Haut
  >  Voyage en Thaïlande   >  Culture et festivals Thaïs   >  Assister à la cérémonie du Kathina à Kanchanaburi
procession en attente - ceremonie kathina kanchanaburi
5
(4)

Il y a de ça quelques mois, on était invité par une amie à Jitima à assister à la cérémonie pendant la période du Kathina (Thod Kathin (ทอดกฐิน), l’une des importantes fêtes religieuses rythmant le calendrier chaque année en Thaïlande. Cette cérémonie s’effectue dans la période suivant la fin du carême bouddhiste, une retraite monastique annuelle s’étalant sur trois mois lunaires et qui se termine vers octobre/novembre. Cette période s’étale sur un mois et la fin coïncide avec la fête de Loy Kratong.

La principale caractéristique du kathina pour les laïcs, consiste à offrir une nouvelle robe aux moines. Traditionnellement, c’est même une pièce de tissu qui est offerte, cette dernière devant être transformé en robe monastique en une nuit. Et si tout le village participe pour ces célébrations organisées par le temple, il est aussi possible pour les particuliers d’organiser une procession, notamment lorsque le don au monastère est important. Et c’est précisément cette procession qu’a organisée l’amie en question et dont nous étions invités à y participer. Vu qu’on n’a évidemment pas choisi le lieu, on était donc parti au Wat Nong Phang Tru (วัดหนองพังตรุ) à Kanchanaburi, pour assister à cet événement auquel finalement on avait jamais participé depuis que je suis en Thaïlande…

wat tham khao pun kanchanaburi

Paysage à Kanchanaburi.

Les origines du Kathina

Penchons nous d’abord sur le terme de “kathina”, qui provient du sanskrit, quoiqu’on pourrait lui attribuer également des origines pali, autre langue ancienne utilisé dans les traditions bouddhistes. En tant que tel, le kathina désigne le cadre servant un tendre un tissu pour la couture. Il est parfois fait mention qu’il désigne le tissu lui-même mais cette précision du mot explique l’origine du nom de ce festival, célébré également au Cambodge, Laos, Myanmar, Sri Lanka et même en Indonésie (notamment à Borobudur sur l’île de Java).

Chaque année, les moines effectuent une retraite monastique, au lendemain du jour de pleine lune du mois de juillet, appelé Asanha Bucha. Ce jour commémore celui où le Bouddha donna son premier sermon suivant son illumination. Le jour d’après, Khao Pansa, marque le début de la retraite, souvent considéré (à tort) comme le carême bouddhiste. La kathina est la période suivante cette retraite monastique, dont la tradition remonte au temps du Bouddha.

meditation moine wat umong - chiang mai

Il est mentionné dans un canon pali qu’un groupe de trente moines cherchaient à se rendre à Savatthi (en Inde), afin de passer la saison des pluies, durant laquelle se déroule la retraite monastique (de juillet à fin octobre/début novembre), auprès du Buddha. Ne pouvant y arriver à temps, ils durent s’arrêter pendant la période des 3 mois avant de reprendre leur route, non sans avoir toujours à faire à une pluie battante.

Arrivés trempés à destination, il est dit que Gautama Sidhartha (le Bouddha) les réconforta aussitôt en leur fournissant une nouvelle garde robe, en plus de les dispenser temporairement des strictes règles de la vie monastique. Il est avéré que la période de retraite monastique était suivie d’un mois de confection de nouvelles robes, opérées en commun par les membres de la communauté, est que le relâchement de quelques règles était simplement de mise pour faciliter le travail de préparation.

Quoiqu’il en soit, la tradition perdure, bien que de nos jours, les robes qui peuvent être données au quotidien par les laïcs, suffisent normalement à couvrir les besoins vestimentaires des moines, mais cette tradition de confection en commun permet de contribuer à souder la communauté. La tradition de la robe fabriquée en une nuit viendrait quant à elle de celle tissée par la propre mère adoptive du Bouddha (sa tante maternelle, Mahaprajapati Gautami, qui devint doyenne des nonnes).

Rendez-vous au Wat Nong Pang Tru

Maintenant que vous connaissez les origines, voici le déroulé de la journée. D’un point de vue organisation, on était arrivé la veille pour visiter un peu, et la cérémonie se déroulait le matin suivant. Le rendez-vous était concrètement sur le parking de l’école adjacente au temple (ce qui est très commun en Thaïlande).

wat nong pang tru ceremonie kathina kanchanaburi

Le Wat Nong Pang Tru.

Il faut comprendre que ce genre de cérémonie n’est pas systématique, car ce sont les dévots qui demandent à ce que la kathina soit organisée. L’abbé du temple sera alors celui qui fixe la date, en accord avec les demandeurs. La procession quant à elle, dépendra de l’importance du don et ce jour, c’était plutôt des personnes bien généreuse donc grosse procession.

La première étape, outre évidemment de saluer les organisateurs – ce qui passe par l’incontournable photo souvenir – consistait à faire un don en glissant un billet sur la structure en forme de bateau qui sera par la suite paradé autour du temple avec tous les participants.

photo souvenir ceremonie kathina kanchanaburi

Photo d’accueil.

billets donations ceremonie kathina kanchanaburi

Si on zoom sur les nombreux billets ornant la structure en forme de bateau.

30 minutes s’écoulaient avant que la fanfare démarrait ses premières notes. La procession commence à se mettre en place. Le couple organisateur prend place sur des chariots en bois décorés, tirés par des vaches arborant un collier de clochettes et pompons colorés. Les dresseurs procèdent aux dernières répétitions des mouvements de marches des chevaux qui accompagneront également la procession, ces derniers étant non monté donc purement “décoratif”.

La cérémonie du Kathina

Nous voilà dans le vif du sujet. Le cortège, joyeusement accompagné par la fanfare, représente un ensemble d’une bonne cinquantaine de personnes, incluant les amis et la famille plus ceux qui encadrent cette procession. Concrètement, du parking de l’école jusqu’à l’entrée du temple, il n’y a que 220 m à parcourir, mais avec ce monde et les festivités qui ont aussi démarré dans le temple avec les habitants du coin, ça bouchonne un peu.

Nous sommes alors sur la route, un service d’ordre local gérant la circulation, moindre sur cette petite route secondaire heureusement et les habitants du coin reste habitué à voir ce genre de manifestation, même si cela attire indéniablement les regards, ce qui est un peu le but aussi. Car en effet, en Thaïlande, les pratiquants estiment que la ou les personnes finançant ou parrainant une procession pendant la kathina, acquière ainsi beaucoup de mérite, les voir ainsi défiler sur une route publique implique une fierté pour ceux qui sont au centre de l’attention et une sorte d’admiration en retour pour les personnes qui assistent à cet évènement.

cortege ceremonie kathina kanchanaburi

Ça en fait du monde.

jitima procession ceremonie kathina kanchanaburi

Jitima dans le cortège.

vue sur procession ceremonie kathina kanchanaburi

tete cortege ceremonie kathina kanchanaburi

Les porte-drapeaux.

procession ceremonie kathina kanchanaburistatue naga ceremonie kathina kanchanaburi

fanfare en action - ceremonie kathina kanchanaburi

Ambiance

En vidéo c’est mieux pour se rendre compte (amis des animaux, désolé pour le cheval) :

En piétinant tout du long plus quelques arrêts, le temps de laisser un dragon chinois faire son show tout devant, il faudra pas moins de 20 minutes pour effectuer ses 200 m et enfin pénétrer dans l’enceinte du temple. C’est alors blindé de monde, heureusement que le virus ne circulait pas activement encore dans le pays (la 2e vague ne surviendra que quelques mois plus tard).

Évidemment, tous les regards se posent sur le couple arrivant “triomphalement” sur leurs chariots respectifs, qu’il leur faut maintenant quitter pour rejoindre le viharn autour duquel ils défileront avec les autres habitants du coin venant également déposer des offrandes au temple en ce jour de fête. Et en Thaïlande, qui dit jour de fête, dit nourriture à gogo, mise à disposition gratuitement pour tous les participants ou même simplement aux curieux venu admirer l’animation rythmant la vie de leur village. Je ne sais pas dans ce cas qui entre le temple ou les villageois financent ce festin, mais ça profite au moins à tous, y compris les plus démunis qui bénéficient ce jour d’un bon repas gratuitement.

dragon chinois ceremonie kathina kanchanaburi

Le dragon fait sa danse.

arrivee au temple ceremonie kathina kanchanaburi

Le cheval a fini son job.

statue bouddha procession ceremonie kathina kanchanaburi

spectateurs ceremonie kathina kanchanaburi

Tous les regards sont portés sur la procession entrante.

La procession en elle-même est alors dispatchée, car il faut attendre son tour pour défiler autour de l’ubosot bondé par les habitants et les nombreux dons. C’est le moment pour nous de grapiller un petit quelque chose à manger. Évidemment, il n’y a pas beaucoup d’étranger dans les parages donc pas mal de regards se posent sur moi, pour autant, j’en ai l’habitude et ce ne sont pas des regards inquisiteurs donc ça ne me dérange pas. Comme on n’avait pas petit-déjeuné et que ça faisait déjà 1h30 qu’on était arrivé, le repas fut vite engloutie.

En attendant que “notre groupe” face les 3 tours réglementaire autour de l’ubosot (salle d’ordination, reconnaissable aux stèles l’entourant), on observe Jitima et moi à la ferveur des autres personnes en train de défiler avec chacun leur tissu (même si de nos jours, il est courant d’offrir une robe monastique “prêt à porter” puisqu’on en trouve en général dans les supermarchés…). Outre les robes, le don sous forme d’argent reste le plus commun, et pour la kathina, il est souvent présenté sous la forme d’un “arbre” et fait parti du défilé.

On en revient à la structure en forme de bateau, où se trouvent justement nos billets placés à notre arrivée. Au lieu que ce soit sous la forme d’un arbre, c’est donc un bateau, mais la fonction reste la même, permettre à ces dons de parader autour du bâtiment avant d’être présenté à l’abbé du temple lors de la partie suivante de cette cérémonie. À ce moment-là, j’admire la fanfare qui joue continuellement depuis près de deux heures, certaines personnes profitant de cette ambiance festive pour esquisser quelques pas de danse.

ceremonie kathina arrivee au temple - kanchanaburidistribution repas ceremonie kathina kanchanaburiambiance temple ceremonie kathina kanchanaburiqueue repas ceremonie kathina kanchanaburiprocession autour ubosot ceremonie kathina kanchanaburilaics autour temple ceremonie kathina kanchanaburirobes portees par les laics ceremonie kathina kanchanaburidanse ceremonie kathina kanchanaburilions chinois ceremonie kathina kanchanaburisuite procession ceremonie kathina kanchanaburivillageois procession ceremonie kathina kanchanaburiparade dons ceremonie kathina kanchanaburiarbre argent ceremonie kathina kanchanaburi

Il est alors 11 h quand arrive le moment de rejoindre l’intérieur du principal hall de prière, le viharn. Il est encore vide lorsqu’on se pose avec Jitima et l’une de ses amies communes qui nous avait joints avec son mari pour cette journée particulière. Je remarque que chaque poteau est accolé par un bananier qui fait office, j’imagine, de don pour les jardins attenant au temple. Le hall se retrouve vite rempli par les fidèles venus nombreux ce jour, en moins de 10 minutes, la salle est comble et la prière collective avec les moines peut commencer.

Environ 20 minutes plus tard, les chants de moines se terminent et chacun commence à faire la queue pour déposer leur offrande aux pieds des religieux. Tout ça est bien ficelé, avec derrière chaque bonze, un volontaire du village voisin pour empiler ces nombreuses robes oranges, auxquelles s’ajoutent d’autres dons plus classiques comme des produits d’entretien et de première nécessité ou de la nourriture/boissons.

donations fruits ceremonie kathina kanchanaburi

hall ceremonie kathina kanchanaburi

L’intérieur du viharn juste avant de se remplir.

moines debut ceremonie kathina kanchanaburi

Les moines viennent de s’installer.

ceremonie kathina kanchanaburi

Le temple va être “refait” avec tout ça.

fideles pendant ceremonie kathina kanchanaburi

Le viharn une fois plein.

prieres ceremonie kathina kanchanaburi

Pendant la prière commune.

Là encore, cela prends tout juste 20 minutes après quoi les gens sortent pour manger si ce n’est pas déjà fait. Dedans, il est temps de dégager les billets de leur arbre ou embarcation respective et de faire les comptes. L’argent n’est pas tabou comme par chez nous, une profusion de liquidité à la vue de tous reste complètement normal. Tellement normal qu’on saura même le montant récolté ce jour, et ce, sans compter l’important don à la base fait par les initiateurs de la procession. Pour les curieux, le temple a récolté ce jour-là plus d’un million de bahts, soit plus de 27 000 €, plutôt pas mal pour un petit temple local !

De base, ces dons financiers servent à maintenir le temple en état et accessoirement à faire des agrandissements, les constructions permettent alors de donner du boulot aux villageois. Dans l’absolu, si le temple est déjà bien entretenu et pas de constructions de prévus, l’excédent budgétaire se retrouve en général distribué auprès de ceux dans le besoin.

remises robes monastique ceremonie kathina kanchanaburi

Distribution en cours.

distribution dons ceremonie kathina kanchanaburi

couple organisateur ceremonie kathina kanchanaburi

Les initiateurs de la procession (qui nous ont invité donc) ont les honneurs du temple avec leur affiche.

classique photo souvenir ceremonie kathina kanchanaburi

Photo souvenir.

pile robes derriere abbé ceremonie kathina kanchanaburi

Remarquez la pile de robe derrière l’abbé du Wat Nong Pang Tru.

comptage des billets ceremonie kathina kanchanaburi

C’est l’heure des comptes !

les 3 amies ceremonie kathina kanchanaburi

Les 3 amies, vous reconnaitrez bien sûr Jitima à gauche, au milieu, l’amie commune nous ayant invité et à droite une amie d’enfance à Jitima.

L'article vous a plu ?

Note globale 5 / 5. Nombre de votes : 4

Pas encore de vote. Soyez le premier à noter cet article !

L'article vous a plu ?

Suivez moi sur les réseaux sociaux

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.