Haut
  >  Voyage en Malaisie   >  Ipoh   >  Découvrir Ipoh en 2 jours : entre passé colonial et street art
cover ipoh malaisie

Ipoh est une ancienne ville sortie de terre du fait de l’exploitation des mines d’étain qui jalonnait la vallée du Kinta. Aujourd’hui, l’étain n’est plus vraiment présent, mais des mines sont toujours exploités, grattant aujourd’hui les falaises de roches karstiques pour extraire sa chaux blanche.

Ipoh se situe entre Penang, d’où nous venions, et Kuala Lumpur. C’est aussi au pied des montagnes où se trouvent les Cameron Highlands, connus pour ses plantations de thé.

 

rue ipoh - malaisie

 

Ipoh n’est généralement pas très connue des touristes occidentaux mais apprécié des locaux pour son géoparc, abritant des grottes et falaises millénaires. Son autre charme, plus récent, réside dans son centre-ville, qui outre d’aligner des bâtiments dans le style sino-portugais que j’affectionne (voir mon dernier article sur Phuket Town qui est en un bon exemple), regorge de peintures murales.

Selon le même système à succès de George Town, des œuvres de street-art (dont beaucoup sont justement du même auteur qu’à Penang, Ernest Zacharevic) sont disséminés dans la vieille ville, permettant une sorte de « chasse » et donne un fil conducteur sur les zones à parcourir afin de s’imprégner de l’atmosphère de cette antique cité minière.

Si l’on compte également une attraction locale atypique qu’est le château de Kellie, 2 jours pour visiter Ipoh ne sont pas de trop ! Petit tour d’horizon.

Se rendre à Ipoh (et en repartir)

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut bien évidemment aborder l’option transport. Si vous prévoyez par exemple de faire un trajet Kuala Lumpur – Penang via les Cameron Highlands ou vice-versa, considérez un stop à Ipoh, ça vous coupera la route en 2 (même si le trajet global n’est pas excessivement long).

Même s’il existe une ligne de train passant par Ipoh, le plus pratique dans notre cas restait le bus.

Car c’est depuis Penang qu’on débarquait à Ipoh. Partis de la station de Sungai Nibong, il a fallu à peine plus de 2h pour rejoindre le terminal de bus d’Ipoh pour un coût de 24 RM (5€).

Powered by 12Go Asia system

Depuis Kuala Lumpur, il faut compter à peine plus, de l’ordre de 2h30 pour un tarif à peine plus cher, 27 RM (6€). Si vous rejoignez ensuite les Cameron Highlands comptez 20 RM chacun, vous arriverez à la station dans le centre de Tanah Rata en moins de 3h.

Autre possibilité, rejoindre l’île de Langkawi, près de la frontière avec la Thaïlande (30 RM pour rejoindre Kuala Perlis, où prendre le ferry).

Dans tous les cas, c’est au nouveau terminal de la ville, le Terminal Amanjaya que vous arriverez et repartirez d’Ipoh. Ce terminal est un peu excentré dans une zone commerciale sortant de terre, à 20 min du centre-ville d’Ipoh.

 

bus terminal amanjaya ipoh

Vous aurez classiquement des taxis qui vous attendront à la sortie. Si vous voulez une option évitant les embrouilles, il y a l’appli Grab, très populaire en Asie qui est un équivalent d’Uber (comptez 13 RM pour rejoindre le centre-ville).

Nous, on optait pour une location de voiture. Car en planifiant ce petit séjour, on s’apercevait que les sites étaient pas mal distant les uns des autres, car outre le Kellie’s Castle, il y a aussi des temples à l’écart du centre-ville.

Location de voiture

C’est en utilisant un site d’un loueur local que je réservais une petite voiture Malaise, une Perodua Viva Elite.

Un petit gabarit réduisait le coût mais largement suffisant pour l’utilité qu’on en avait.

Coût pour la journée et demi de location : 165 RM (environ 36€) avec une prise en charge et retour depuis le terminal Amanjaya, pratique.

location voiture ipoh - malaisie
La Perodua, petite voiture bien pratique.

Que faire à Ipoh ?

Je l’expliquais en intro, il est possible de faire un parcours afin de voir les principales œuvres de street art dans le centre-ville. Pour se faire, direction l’office de tourisme afin de vous procurer les plans indispensable pour suivre cette visite, le Ipoh Mural Art Trail et le Ipoh Heritage Trail.

Notez que si pour notre part on voulait surtout se focaliser sur les peintures murales, et qu’on a donc surtout utilisé le premier plutôt que le Heritage Trail, qui lui, fait passer par des bâtiments coloniaux tels que la gare, l’hôtel de ville etc.

jalan sultan yusof ipoh - malaisie

Ipoh Tourists Information Centre, Jalan Bandar, 31650 Ipoh, Perak, Malaisie

À côté du parc Padang.

Ouvert tous les jours de 09h à 13h puis de 14h à 18h sauf le Vendredi de 09h à 12h15 puis de 14h45 à 18h

Si l’info vous intéresse, je vous mets ici la carte du Heritage Trail.

Heritage Trail

1e jour : Sur la piste des street art (vieille ville)

On se garait quelque part proche de la tour de l’horloge et notre première étape fut donc d’aller au White Coffee situé au coin de la rue où se trouve la peinture « Old Uncle » et l’office de tourisme.

En plus de la réputation de ces cafés au lait Malais, il faut noter que c’est justement originaire d’Ipoh ! Sa particularité vient du fait que les grains de café sont torréfiés dans de l’huile de palme et le café issu de ces grains est servi avec du lait condensé.

Cette pause après notre bus du matin et la prise de la location de voiture était une manière de prendre un peu d’énergie avant de se lancer dans la marche à pied.

 

horloge jejak heritaige trail ipoh - malaisie

En se rendant au White Coffee, on passait à proximité de la tour de l’horloge.

 

old town white coffee ipoh - malaisie

Le Old Town Coffee, véritable institution en Malaisie (un peu le Starbucks local d’une certaine manière).


parc padang ipoh - malaisie

La place de Padang, située à côté de l’office de tourisme et en face du White Coffee.

Le parcours effectué ressemble peu ou prou à celui que je vous ai mis sur la carte ci-dessous. Sachant dans notre cas qu’on a un peu tâtonné et tourné viré pour voir aussi des attractions autres que les peintures, notamment la petite ruelle nommée Concubine Lane.

Parcours dans la vieille ville

Kong Heng Square et les principales street art

Après donc cette pause café et quelques photos de la place de Padang située à côté, on jette d’abord un œil à notre première street art, paper plane. Un gamin au t-shirt jaune en train de voltiger sur un avion en papier (d’où le titre).

Puis on repasse dans la rue principale, passant à côté d’un bâtiment faisant le coin de la rue, qui peut vous servir de repère, le Chung Thye Phin Building. On croise quelques pas plus loin des peintures, dont une Marylin Monroe et un gamin. C’est peu juste à ce moment là qu’on s’engouffre dans une petite ruelle, direction Kong Heng Square.

peinture murale paper plane - ipoh - malaisie

Street Art « Paper Plane ».

peinture no future ipoh - malaisie

ruelle lazy lane kong heng square ipoh - malaisie

En se rendant vers Kong Heng Square.

 

nasi goreng ipoh - malaisie

Déjeuner du jour.


Kong Heng Square est un petit havre de paix aménagé dans un ensemble de vieille maison de style coloniale avec un mélange de rénové et d’ancien. C’est un peu la zone hipster avec petits cafés, boutique de vêtements hype et souvenirs.

C’est d’ailleurs là qu’on a fait quelques emplettes et qu’on en profitait pour manger un bout.

Après avoir déambulé là-dedans et profité des toilettes (info qui peut servir…), on ressort et on s’enchaîne 3 street art importante. La 1re, intitulé Hummingbird (colibri), est une belle fresque qu’il est difficile de louper.

la 2nd c’est Kopi-O, un ensemble de sachet renfermant le précieux café local (un café noir cette fois). Enfin le 3e est une très grande fresque nommée « evolution », faisant référence au passé minier de la ville.

Cette dernière fresque est à côté d’un petit musée local, Han Chin Pet Soo, qu’on ne visite pas mais je le note ici si ça vous intéresse. Notre dernière visite pour cette première partie de balade à pied au vieux centre d’Ipoh, se termine en traversant la ruelle appelée Concubine Lane.

peinture murale hummingbird ipoh - malaisie

Street Art « Humming bird ».


peinture murale kopi-o ipoh - malaisie

Street Art « Kopi-O ».


peinture murale evolution ipoh - malaisie

Street Art « Evolution ».

architecture sino portugaise ipoh - malaisie

han chin pet soo museum ipoh - malaisie

Le musée Han Chin Pet Soo.

Concubine Lane

Concubine Lane, ou l’allée des concubins en bon français, est connu des locaux parlant le cantonais comme Yee Lai Hong (et officiellement c’est la rue Jalan Panglima).

concubine lane since 1908 ipoh - malaisie

 

C’est une ancienne ruelle centenaire qui était jusqu’à il y a seulement quelques années dans un état d’abandon avancé. La plupart des bâtiments la longeant se recouvrant de plantes grimpantes et devenant des ruines car abandonnés. Mais il a été récemment revitalisé par le Conseil local afin d’en faire une attraction et attirer les touristes.

Bingo !

Ça marche, car effectivement, il y avait pas mal de monde. Des photos que j’ai pu voir, ça a bien changé en effet. L’allée a été complètement refaire avec des dalles, les façades refaites et les bâtiments rénovés, sont aménagés en restaurants et boutiques souvenirs ou autres.

Comme avec la plupart des lieux historiques, il y a plusieurs histoires entourant les origines du nom unique de la rue. La plus populaire étant qu’à l’époque, Concubine Lane aurait été un lieu de rendez-vous où les riches marchands chinois et les officiers britanniques rencontraient leurs maîtresses.

Mural Lane

Après ce début d’après-midi déjà bien entamé, on veut bouger et visiter une autre partie de la vieille ville, situé plus à l’est. On reprend alors la voiture pour se garer dans cette nouvelle zone (histoire de grappiller un peu de temps, car c’est heureusement facile de trouver de la place) puis on partait de nouveau faire une boucle à pied.

Ce qui donne ceci :

Comme évoqué dans le titre, c’est une rue entière appelée Mural Lane qui nous intéresse. On se gare dans la rue de la mosquée (Jalan Masjid), que vous pourrez aller voir au passage.

On s’est planté dans un premier temps en partant dans la mauvaise direction avant de revenir sur nos pas et emprunter une petite ruelle. Cela nous menant tout droit vers Mural Lane, nous faisant alors passer devant une série de murs bien colorés.

 

rue coloree ipoh - malaisie

Une rue colorée, juste dans le prolongement de Mural Lane (adjacente à la rue de la mosquée).


mosquee ipoh - malaisie

La mosquée en question.

peinture murale fillette ipoh - malaisiepeinture murale couple dansant ipoh - malaisie

 

peinture murale lion chinois ipoh - malaisiepeinture murale happy fathers day ipoh - malaisie

 

Mural Lane est un ensemble de peintures murales, particulièrement colorés et plutôt jovial dans l’ensemble. Vu que c’est un peu plus à l’est, c’est une partie de la vieille ville déjà moins visité, c’est pas compliqué, on était tout seul.

Après avoir traîné un bon quart d’heure dans cette rue, on poursuit notre balade. On passe vers un parc du coin où se trouve une allée couverte avec un food court, le Medan Selera Dato Tahwil Azar. L’avantage de ce système est de proposer pleins de petits plats variés à pas cher, très commun en Asie.

medan selera dato tahwil azar ipoh - malaisie

Le parc où se trouve le food court.


food court medan selera dato tahwil azar ipoh - malaisie

Le food court.

On croise quelques bâtiments semblant ancien, le tout est très calme. Peu de monde sur les trottoirs, pas de voitures, ça fait tellement bizarre par rapport à Bangkok…

On finit même par se demander si c’est pas un jour férié ou quoi… Le temps de finir notre boucle dans ce quartier et il est était déjà 17h. On est alors dans une zone commerciale avec quelques restaurants, épicerie et magasins de biscuits locaux. Les bâtiments sont globalement dans le style sino-portugais, contrastant pas mal avec les immeubles qu’on aperçoit en fond d’ici (des hôtels à priori).

La nuit tombant, il était temps de rejoindre notre hôtel.

vieille maison ipoh - malaisie

Jolie maison.

carrefour ipoh - malaisie

rue deserte ipoh - malaisie

Mais où sont passés les gens ??

jalan dato tahwil azar ipoh - malaisie

new vs old ipoh - malaisie

Du vieux et du moins vieux.

superette pomelo ipoh - malaisie

2e jour : les sites extérieurs (grotte, temples, château)

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

La grotte de Kek Lok Tong

Première visite de la journée, la grotte de Kek Lok Tong. Devenu lieu de culte dès les années 1920, la grotte résista tant bien que mal aux destructions des compagnies minières alentours, dont le site faisait partie dans les années 60.

À l’intérieur, outre quelques stalactites et stalagmites visibles, on peut y voir diverses statues de Bouddhas et divinités chinoises. Les parois hautes de cette cavité sont joliment sculptées par les siècles d’érosions.

entree grotte kek lok tong ipoh - malaisie

L’entrée de la grotte.


dragon kek lok tong ipoh - malaisie

Un dragon avec une bonne bouille.


grotte kek lok tong ipoh - malaisie

L’intérieur de la grotte.

priere kek lok tong ipoh - malaisiestatue kek lok tong ipoh - malaisiekek lok tong ipoh - malaisie

 

Couplé à la grotte, qu’on peut traverser de part en part, se trouve un espace jardin, avec un lac en son centre. Dans le fond, on peut malheureusement voir le carnage des mines, qui sont toujours actives dans la région, alors qu’on aperçoit une falaise complètement grignotée.

La plupart des gens fréquentant l’endroit sont d’origines chinoises, descendant des ouvriers exploitant les mines au commencement du développement d’Ipoh.

jardin grotte kek lok tong ipoh - malaisie

La partie arrière de la grotte (voyez l’état de la falaise dans le fond…)

bouddha chinois kek lok tong ipoh - malaisiesculpture jardin kek lok tong ipoh - malaisie

jardin kek lok tong ipoh - malaisie

Le lac du jardin.

Kek Look Tong, Gunung Rapat, Ipoh, Perak

Ouvert tous les jours de 7h à 18h

Entrée gratuite.

Temple de Ling Sen Tong

Après la grotte, on contournait la zone des falaises pour se rendre cette fois à l’ouest de celles-ci, la grotte étant à l’est de ce même lot de pics karstiques. Dans cette zone, se trouve une série de plusieurs temples chinois.

Implantés parfois à même la roche, avec des petites grottes contenant des statues de Bouddha, on commençait dans l’ordre par le temple Ling Sen Tong. Ce dernier, un temple Taoist, contient un jardin rempli de statues colorés. On y retrouve diverses divinités et animaux reprenant les motifs de la mythologie chinoise, notamment celle de l’épopée du roi singe.

Depuis la plateforme située à gauche du temple, on peut voir une vue globale du temple, niché à même la falaise. D’ailleurs, son nom anglophone veut dire Rock of Heavenly Spirits, ce qu’on peut traduire en bon français par le « rocher des esprits célestes ».

Sur l’autre bout de la plateforme se trouve une statue couché de Bouddha, bon rien de transcendant dans l’ensemble donc on s’attardait pas non plus.

temple ling sen tong - ipoh - malaisie

Vue d’ensemble du temple Ling Sen Tong.

porte chinoise ling sen tong temple - ipoh - malaisie

Ling Sen Tong, Gunung Rapat, Ipoh, Perak

Ouvert tous les jours de 9h à 18h

Entrée gratuite.

Temple de Nam Thean Tong

Aussi orthographié Nan Tian Tong, ce temple nous parait direct moins intéressant, donc pour résumer, une petite photo et puis s’en va 😉

Pour vous donner quelques infos, c’est tout de même un temple fondé voilà plus de 120 ans, alors qu’un moine Taoïste découvrait la cavité au pied de cette falaise. Car la façade du bâtiment qu’on voit, ne sert en fait qu’à couvrir cette cavité.

La grotte renferme diverses statues de Bouddha et divinités que le temple précédent (et le suivant, vous comprenez donc la répétitivité). le nom du temple d’ailleurs pourrait se traduire simplement par grotte pour accueillir les différentes figures bouddhistes du « ciel méridional » (le « paradis » en somme).

temple bouddhiste nam thean tong ipoh - malaisie

La façade du temple de Nam Thean Tong.

Nam Thean Tong, Gunung Rapat, 31350 Ipoh, Perak

Ouvert tous les jours de 9h à 18h

Entrée gratuite.

Temple de Sam Poh Tong

Sans doute le plus intéressant des 3 à mes yeux. Ne serait-ce que pour le jardin du plus bel effet. Avec les carpes Koï qui nagent paisiblement dans le bassin, d’où sortent des structures rocheuses agrémentés de plantes et petits arbustes.

La pagode telle un bateau qui flotte complète la scène, qui même si cela remonte à 1993, avait fallu à cet espace le titre de meilleur jardin paysager en Malaisie. Avant même le jardin, on remarque surtout la grande porte chinoise qui mène vers la partie grotte du temple, oui oui, comme pour les autres temples.

Mais là, c’est quand même une grotte avec un haut plafond dont on peut en admirer la profondeur en montant via une série de marches à un promontoire dominant le lieu de prière.

bassin sam poh tong temple ipoh - malaisie

Le jardin du temple Sam Poh Tong.


sam poh tong temple ipoh - malaisie

La pagode « flottante ».


sam poh tong ipoh - malaisie

La porte chinoise et la grotte derrière moi.


grotte sam poh tong temple ipoh - malaisie

À l’intérieur de la grotte du Sam Poh Tong temple.

statue bouddha temple sam poh tong ipoh - malaisie

Sam Poh Tong, Gunung Rapat, 31350 Ipoh, Perak

Ouvert tous les jours de 9h à 18h

Entrée gratuite.

Kellie’s castle – Le château inachevé

Ce château atypique et non terminé est l’oeuvre de William Kellie Smith, un ingénieur écossais parti faire fortune en Malaisie en 1890. Le début du succès venant grâce à son partenariat avec un propriétaire d’une entreprise négociant des contrats d’exploitation de terrains et de création de route dans l’état du Perak, Alma Baker.

Faisant fructifié ces revenus, Smith acquît un bout de forêt de 400 hectares, au sud d’Ipoh, y exploitant une plantation d’hévéas (arbre à caoutchouc) et misant sur l’exploitation minière de l’étain.

kellies castle ipoh - malaisie

Kellie’s Castle.

 

Son commerce florissant, il fait venir son amour de toujours depuis l’écosse en 1903, Agnès. Cette dernière lui donnera une fille un an plus tard. En 1909, il faut construire sa première demeure, Kellas House. Déjà atypique et renommé de par son architecture mélangeant divers styles architecturaux, Smith voulu célébrer l’arrivée de son fils héritier en 1915.

Il entreprit alors la construction d’une demeure sous forme d’un véritable château. Ayant une certaine fascination pour l’Hindouisme et l’Inde, il importa les briques et le marbre depuis ce pays, jusqu’à même employer 70 ouvriers spécialement affrétés depuis l’Inde pour travailler sur cet ouvrage mélangeant les styles écossais, maure, et indien tamil.

En proie à une épidémie de grippe espagnole, ces derniers demandèrent à construire un lieu de culte non loin de là. Smith accepta sans broncher et en remerciement obtenu une statue à son effigie sur l’édifice, c’est pourquoi vous trouverez un petit temple hindou à 1,5 km du château, dédié à la divinité Mariamman.

temple hindou sri maha mariamman ipoh

Le petit temple hindou, non loin du château, alors qu’on passait devant.

Lors d’un voyage d’affaires à Lisbonne en 1926, Kellis Smith tomba malade et mourut à 56 ans d’une pneumonie. Le chagrin étant trop grand, son amour de toujours rentra en Écosse avec ses 2 enfants, laissant le château inachevé. Il fut vendu à une entreprise anglaise, Harrisons & Crosfield.

Aujourd’hui exploité pour le tourisme, on le dit hanté par les membres de la famille, n’ayant jamais pu profiter des lieux, notamment William Kellie Smith qui rôderait dans les couloirs… Pour la petite histoire, sa fille n’y est jamais revenue et son fils a été tué lors de la Seconde Guerre mondiale.

toit kellies castle ipoh - malaisie

Vue sur le toit et la tour.

piece interieur kellies castle ipoh - malaisie

ruines chateau kellie ipoh - malaisie

Les ruines de la maison Kellas (celle d’origine avant la construction de l’édifice devant).


kellies castle complete

Ce à quoi aurait ressemblé le château une fois terminé.

 

Une pièce a été réaménagée dans un style de l’époque pour donner une idée de ce que cela aurait donné. Le reste n’est composé que de pièces vides avec un panneau explicatif indiquant quel était le fonctionnement prévu pour tel ou tel espace. On peut aussi y voir des aménagements de couloirs et pièces secrètes.

Dans la grande tour de 6 étages est aménagés un espace qui était prévue pour un ascenseur, qui aurait le premier dans toute la Malaisie.

Il n’y a pas un monde fou donc la visite est plutôt agréable. On apprécie la vue depuis le toit, conçu et prévu pour y admirer le paysage autour. On voit aussi très bien les ruines de la maison d’origine (Kellas House, évoqué plus haut) dont il ne reste plus que les façades jaunes extérieures.

Kellie’s castle, 31000 Batu Gajah, Perak, Malaisie

Ouvert tous les jours de 9h à 18h

Entrée payante : 10 RM par adulte et 9 RM pour les enfants (quelle réduc…) – Ceci étant pour les étrangers (sinon c’est respectivement 5 RM et 3 RM pour les Malais)

Gunung Lang Recretional Park

Prévu dans mes visites à la base, mais trop juste niveau timing, on ne fait que se garer et jeter un œil à cet espace entouré de falaises karstiques. Le tout est un parc aménagé avec des jeux d’enfant, de quoi pique-niquer, un mini-zoo.

C‘est un lieu de sortie pour les familles le week-end, profitant du cadre et du lac, couvrant la moitié de la surface sur les 30 hectares du parc.

Taman Rekreasi Gunung Lang, Off Jalan Kuala Kangsar, 30010 Ipoh, Perak

Ouverture : Lundi au Jeundi – 8h – 12h / 13h30 – 19h
Vendredi – 8h – 12h / 14h45 – 16h
Samedi / Dimanche et jours fériés – 8h – 18h30

Entrée payante (pour tour en barque) : 3 RM par adulte et 1.5 RM pour les enfants (pas vérifié)

Quoi voir d’autre à Ipoh

Qu’on se le dise, sur un temps aussi court, nous n’avons pas eu le temps de tout voir. S’il y a bien sûr des choses connues dans ce coin qui ne nous intéresse pas, on est quand même passé à côté de certains sites qu’on aurait aimé voir. Plusieurs sites cités ci-dessous sont situés autour du village de Gopeng, au sud-est d’Ipoh, qui peut s’avérer donc un point de chute envisageable une fois fait le tour des sites à Ipoh même.

A noter aussi que dans cette même région, qui touche le bord de mer, vous pouvez après vous détendre sur l’île de Pangkor, sans avoir à remonter jusque Penang.

La grotte de Gua Tempurung

Probablement celui que j’aurais aimé le plus voir dans cette liste. Cette grotte renferme des salles avec des hauteurs sous plafond atteignant les 120 m ! Possible de la visiter selon 4 parcours différents, selon le temps que vous voulez y accorder, de 40 min pour le plus court jusqu’à un tour complet pour traverser cette grotte de plus de 3 km de long ! Le retour se faisant via la rivière souterraine.

Pusat Pelancongan Gua Tempurung,, 31600 Gopeng, Negeri Perak, Malaisie

Ouverture : tous les jours de 9h à 16h (dernière admission à respectivement 15h, midi ou 11h selon le tour 2, 3 ou 4)

Entrée payante (par adulte, moitié prix pour les enfants) :

  1. Tour – 40 min GF (Golden Flowstone) – 20 RM par adulte
  2. Tour – 1h45 TOW (Top Of the World) – 30 RM
  3. Tour – 2h30 TWR (TOW + Short River Adventure) – 40 RM
  4. Tour – 3h30 GT (Grand Tour) – 50 RM

Lost World

Ipoh est aussi connue pour ses parcs à thème. S’il y en a un nouveau à côté du nouveau terminal de bus d’Amanjaya, le plus célèbre est le Lost World. Qui porte plutôt bien son nom puisque niché au pied de falaises aux roches karstiques.

C’est un parc à thème divisé en plusieurs thème, le plus « artificiel » étant la partie aquatique. Le reste étant beaucoup des activités profitant du cadre offert par les falaises. On trouve en effet des activités telles que via ferrata, canoë, zipline, trek dans la jungle dans la partie du parc intitulé Adventure Park.

Une sortie envisageable en famille car il y en a pour tous les goûts.

31400, 20-32, Jalan Sci 3/13, Sunway City Ipoh, 31400 Ipoh, Perak, Malaisie

Site officiel : https://sunwaylostworldoftambun.com/

Ouverture : tous les jours sauf le mardi de 10h30 à 23h (pour la partie nocturne du parc)

Entrée payante : 117 RM (par adulte), 110 RM pour les enfants

Perak Cave Temple

Autre temple avec grotte, celui-ci est dans une zone différente des autres (au nord quand les autres sont au sud du vieux centre d’Ipoh). Ce qu’il a en plus des autres ? Une belle vue sur la vallée du Kinta, ce qui peut justifier d’y jeter un œil.

Jalan Kuala Kangsar, Kawasan Perindustrian Tasek, 31400 Ipoh, Negeri Perak, Malaisie

Ouverture : tous les jours de 8h à 17h

Entrée gratuite

Temple tibétain (Enlightened Heart Buddhist Temple)

Allez, probablement le dernier temple de cette liste, mais celui-ci est un brin particulier (sinon je vous bassinerai pas avec). C’est un temple tibétain (repéré Tibetan temple – Tambun sur Google Maps) fondé en 1976.

Ce qui le démarque entre autres est sa tour de 13 étages, terminée en 2009. Vers son sommet, une statue de Bouddha niché entre les étages, en plus de la grande statue plus « conventionnelle » qu’on retrouve au pied d’une falaise karstique. C’est cette dernière qui fait d’ailleurs tout le charme de cet endroit.

Off Jalan Ampang (Jalan Ampang Baru 6 sur Google Maps) Tambun, 31400 Ipoh, Perak, Malaysia.

GPS: E101 8 41.4 N4 35 45.4

Ouverture : tous les jours de 8h à 17h

Entrée gratuite

Hoga : Gaharu Tea Valley

Si vous voulez voir des plantations de thé atypique, alors Gaharu Tea Valley est fait pour vous. En effet, il ne s’agit pas de classique plantation de thé Oolong ou thé vert, plus classique et poussant sur des genres de haie ne dépassant normalement pas le mètre.

Ici, il s’agit de Gahuru, une variété poussant sur des genres de petits arbres atteignant les 2 m de haut. C’est un thé apprécié pour ses vertus médicinales particulièrement réputées.

Le site se visite via un tour en van. On peut y goûter le fameux thé sur la terrasse d’une des boutiques et apprécier le paysage bien vert entourant le domaine.

Lot 9840, Jalan Sungai Itek, Kampung Sungai Itek Ipoh, 31600 Gopeng, Negeri Perak, Malaisie

Site officiel : https://hoga.my

Ouverture : tous les jours sauf le mardi de 9h30 à 18h

Entrée payante : 10 RM par adulte / 5 RM par enfant

Trek vers les Rafflesias

Dernière info, parce que je vais pas tout mettre non plus (j’ai fait le tri pour vous 😉

Il est possible de faire un trek dans la montagne voisine pour y voir la fameuse Rafflesia, la plus grosse fleur du monde( qu’on trouve aussi en Thaïlande, notamment au parc national de Khao Sok).

Accessible depuis le village de Ulu Geroh, lui même à 12 km de Gopeng évoqué plus haut, les treks démarrent typiquement à 9h pour un retour avant 17h.

Où dormir à Ipoh

Beaucoup préféreront, pour des raisons évidentes, séjourner au cœur de la vieille ville afin de rester au plus près des attractions principales et pour bénéficier des restaurants et transports de la ville plus aisément.

Ayant une voiture de loc, notre raisonnement était tout autre, laissant le champs libre pour dormir dans une zone inattendue, ce qui nous permettra au passage de tester une zone de petits restaurants locaux.

restaurants ipoh - malaisie

Non loin de notre hôtel, quelques restaurants.

Notre choix d’hôtel à Ipoh

Travelland Hotel

En regardant sur mon site favori (je parle bien sûr d’Agoda), je tombais sur cet hôtel. Excentré certes, mais comme on avait la voiture, cela ne me dérangeait pas.

L’idée était d’avoir un hôtel sympa à petit prix, sans pour autant se cantonner à la vieille ville (d’autant que je voulais absolument un parking attitré pour pas galérer)

Avec ces critères c’est donc au Travelland Hotel qu’on réservait notre seule nuit sur place pour 114 RM (environ 25€) avec petit-déjeuner inclut.

chambre travelland hotel - ipoh - malaisie
Notre chambre au Travelland.

D’autres choix d’hôtels à Ipoh

Parmi les hôtels qui reviennent dans les choix « habituels », on a le French Hotel, que je ne choisis pas juste à cause du nom. C’est un hôtel bon marché (à partir de 20 €), situé à seulement 1 km de la vieille ville.

Si vous êtes en solo, le Beds In Garden Hostel devrait vous convenir pour un tarif de lit à partir de 6€, même si un peu plus excentré à l’ouest (1,2 km). L’hôtel est récent, tout propre. Ils ont une version avec un large matelas pour les couples.

Pour notre part, j’avais hésité en extérieur de la ville avec le Merton Hotel, qui possède un certain style même si cet aspect mur en béton ciré devient trop récurrent ces dernières années. Et comme c’était un chaouia plus cher et petit-déj non inclus, c’est pourquoi on se reportait sur notre choix ci-dessus.

Plus au sud mais à peu près à la même distance du centre (1 km donc), il y a le M Boutique Hotel. Plus cher (à partir de 32€) mais nettement plus stylé, et petit-déj inclus.

Le bon plan si vous êtes en famille, The Majestic Condo Ipoh, un appartement de 2 chambres avec une piscine dans l’immeuble. Par contre 20 min de marche pour rejoindre la vieille ville (ce qui n’est pas excessif non plus).

Réserver un hôtel à Ipoh

Si vous ne trouvez pas votre bonheur avec les propositions ci-dessus, faites votre propre choix en jetant un œil aux différentes options à Ipoh via l’outil de recherche. Je tiens à rappeler que toute réservation d’hôtel via le site me rapporte une commission, sans impact pour vous en terme de tarif, mais qui peut m’aider à continuer de faire tourner ce blog. Vous remerciant par avance, bonne recherche !

Mon avis sur Ipoh

Pour une fois, ce n’est pas complètement par « obligation » qu’on a atterri à Ipoh. Si effectivement cette sortie en Malaisie fut la conséquence d’une de mes sorties « visa » fréquente, le choix de passer par Ipoh était bien voulu et réfléchi. Preuve en est qu’il y avait suffisamment d’attractions pour nous faire venir.

À la base, c’est Jitima qui m’en parlait. Ipoh devenant une destination à la mode pour les Thais. L’attrait venant entre autres des peintures murales et du côté ancien, mélange hipster rendant le tôt assez photogénique.

Et perso je n’ai pas de regret. Entre le charme des vieux bâtiments coloniaux, l’aspect assez « propre » de la ville (Je dis ça dans le sens ou comparé au bordel des fils électriques des villes Thailandaises, ça change! ) et surtout, les street art qui égaillent la visite, Ipoh a bien des atouts.

La raison première me concernant étant qu’Ipoh se situe en zone montagneuse et est notamment entouré de plusieurs falaises à roche karstique. Cet aspect-là m’a malheureusement un peu déçu, car ces dernières ont du mal à résister à l’appel de gain et la folie destructrice des compagnies minières. Les collines se font alors gentiment raboter de par et d’autres (bien que des associations locales combattent ce phénomène pour préserver leur héritage).

Pour une période d’un ou deux jours, qui ne sont pas de trop, c’est une étape que vous devriez considérez lors de votre futur séjour en Malaisie.

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrir Ipoh en 2 jours : entre passé colonial et street art

by Romain time to read: 28 min
0