Chiang Saen : aux portes du Triangle d’Or

Chiang Saen : aux portes du Triangle d’Or

Chiang Saen est une ancienne cité frontalière avec le Laos tout au nord de la Thailande. Si le terme triangle d’or pourrait vous évoquer quelque chose concernant la Thailande, Chiang Saen vous est probablement moins familier. Pourtant, si vous vous y êtes rendu, vous y êtes probablement passé à côté ou aurez à y passer.

Triangle d’or : aux confins du nord de la Thailande

Lorsque vous entendez ces termes, cela fait référence à toute la région nord au-dessus de Chiang Rai, jusqu’aux frontières avec le Laos à l’ouest, et la Birmanie à l’ouest. Ces 2 pays se rejoignant également au nord, le mot triangle fait référence à la base toute la zone centralisée autour de cette triple frontière physique entre la Thailande, le Laos et la Birmanie.

Et ce célèbre point de rencontre se situe à seulement 8km au nord de Chiang Saen. La frontière est un point de jonction entre la rivière Ruak, qui coupe la Thailande et la Birmanie et le fameux Mékong, qui fait office de frontière entre la Thailande et le Laos sur plus de 1000 km (pas d’affilé, mais sur 2 zones différentes, l’une au nord, l’autre à l’est, longeant toute la région de l’Issan).

golden triangle nord thailande

Mais l’autre particularité de cette région fait référence au mot « or ». En effet, cette partie de l’Asie du Sud-est fut depuis les années 50 ans une plaque tournante dans la production d’opium et d’héroïne, provenant de la fleur du pavot. Les tribus des montagnes tiraient essentiellement leurs revenus de la production de cette plante jusqu’à ce que la guerre fut déclarée contre les trafics de drogue en Thailande, au début des années 2000.

Le mot « or » fait donc directement référence à la manne financière que représentaient ces surfaces de champs de pavot cultivés dans ces montagnes.

Autant dire qu’à cette époque, c’était une zone plutôt craignos et fermée au tourisme vu les accrochages possibles entre bandes rivales, autorités et dealers, etc. Cette « guerre » fut assez sanglante, car le gouvernement n’y était pas allé de main morte et cela représenta plus de 5 000 morts.

casino laos triangle d'or

Le nouvel eldorado ce sont aussi les casinos côté Laos !

Dans un même temps, le roi Rama 9, soucieux de ne pas enlever du pain de la bouche aux paysans du coin (qui eux, se contentaient de cultiver ce qui « marche », loi de l’offre et la demande oblige…) étudia le terrain, le climat et développa des projets sous patronat royal pour donner aux paysans des outils et techniques modernes d’agriculture et ainsi permettre de diversifier leurs productions.

C’est pourquoi aujourd’hui l’opium a disparu en Thailande et on trouve maintenant dans ces montagnes des plantations de thé, café, maïs, ananas ou autre en fonction des saisons. Et concernant le café, véritable « or noir », les paysans n’ont pas perdu au change contre la culture de pavot, car c’est aujourd’hui quelque chose de beaucoup demandé et consommé et sein même du royaume.

Golden Triangle Park – l’arrêt au Triangle d’or

Voir 3 frontières ça sort de l’ordinaire, c’est bien, mais ce n’est pas tout ! Que peut donc voir à ce fameux point de réunion entre les 3 pays ?

Déjà, vous remarquerez direct la grande statue de Bouddha dorée, posée sur un bâtiment représentant un bateau. Vous passerez aussi devant les statues d’éléphants, encadrés par les grands panneaux dorés de style Lanna.

grand bouddha doree triangle d-or - thailande

Difficile de la louper.

Vous pourrez admirer les voisins, avec notamment la particularité d’y voir des casinos luxueux juste en face, côté Laos. Comme c’est une zone économique spéciale, gérée par la Chine, il n’y a pas besoin de visa pour s’y rendre via les bateaux qui font la traversée.

À défaut de traversée, vous pouvez simplement faire une balade le long du Mékong, longeant tantôt la Thailande ou la Birmanie d’un côté, le Laos de l’autre.

Une fois bien imprégné des lieux en bas, pourquoi ne pas prendre un peu de hauteur ? Pour se faire, il fait se rendre au Wat Pra That Pukhao, situé sur la petite colline juste derrière le site.

Le temple est en 2 parties. Une 1re est accessible via des escaliers bordés de Nâgas si vous êtes à pied, sinon une route y mène et se poursuit jusqu’au parking au sommet.

De là, vous aurez une superbe vue sur la zone birmane à gauche, le Mékong et le Laos sur la droite. Il y a bien évidemment tout ce qu’il faut dans la zone, niveau restaurants, cafés et échoppes pour souvenirs.

Pour compléter la visite du coin, vous pourrez vous rendre au musée de l’opium (Hall of Opium, 100 Bahts il me semble l’entrée).

Situé à seulement 2km du point du triangle, le musée illustre via des scénettes la vie du temps où l’opium régnait dans la région. C’est franchement bien foutu, bien renseigné et intéressant pour comprendre la vie de l’époque.

escalier naga wat pra that pukhao - triangle d-or

point vue triangle d-or - nord thailande

Birmanie à gauche, Laos à droite et moi en Thailande.

temple sommet triangle d-or - wat pra that pukhao

Temple au sommet du point du Triangle d’or, au village de Sop Ruak.

Histoire de Chiang Saen

Si Chiang Saen aurait été fondé dès le 6 ou 7e siècle par des immigrants Tai provenant du Yunnan, il y a peu de preuves concernant cette époque plus lointaine. Les premières traces écrites attestant de la présence de la ville remontent à la fin du 13e.

Mengrai, futur premier roi du royaume Lanna, y serait né, dans ce qui s’appelait alors le royaume de Ngoen Yang (aussi appelé Hiran), petit royaume à cheval entre l’actuelle Thailande et le Laos.

rives mekong chiang saen - thailande

Lorsqu’il succéda à son père Lao meng et devint le 17e roi du royaume de Ngoen Yang, ce dernier y resta jusqu’en 1262, date à laquelle il fonda la bien nommé Chiang Rai. À partir de cette date Chaeg Saen une ville importante, jusqu’à être capturé par les Birmans quelques 2 siècles plus tard.

Détruite en 1803 lorsque le prince Kawila de Chiang Mai et le futur roi Rama I (envoyé à l’époque par le roi Taksin, alors que la capitale était Thonburi) pour reconquérir la région des mains des Birmans. La ville fut alors abandonnée pendant 100 ans avant d’être repeuplée.

la vieille muraille entourant chiang saen en thailande

Un bout de l’ancienne muraille entourant Chiang Saen.

Redevenu aujourd’hui une ville de taille moyenne (55 000 habitants), Chiang Saen vit principalement des échanges commerciaux, grâce à sa position stratégique au bord du Mékong, les marchandises provenant des pays le long de la partie supérieure du fleuve transitant par ici.

Que visiter à Chiang Saen (et pourquoi s’y arrêter)

Comme résumé ci-dessus, Chiang Saen possède une longue histoire et donc son lot de traces de ce passé glorieux. À commencer par ses anciennes murailles entourant la vieille cité, dont le 4e mur est formé par le Mékong.

En se baladant à travers la cité paisible, on peut y croiser de nombreuses ruines de petits temples qui remplissaient autrefois l’enceinte des vieux murs (en cherchant bien, il y en aurait pas loin d’une centaine !)

une ruine de chiang saen - thailande

Une ruine dans Chiang Saen.

Si l’histoire et l’artisanat vous intéressent, vous pourrez vous rendre au musée national de Chiang Saen, lui-même situé à côté d’un temple important, le Wat Phra That Chedi Luang. Pour 100 Bahts, ce musée, aussi modeste soit-il expose une importante collection d’artefact et objets anciens retrouvés à proximité dont les plus anciens remontent à 15 000 ans (ouvert du mercredi au dimanche de 8h30 à 16h30).

Enfin, c’est une petite ville au bord du Mékong, une atmosphère de bourgade typique de province, faisant face au Laos.

chiang saen riverside - thailande

Coucou Laos!

tuk tuk chiang saen - thailande

Les tuk tuk locaux.

Les temples à Chiang Saen

Le Wat Phra That Chedi Luang est situé au milieu de grands arbres, dans un environnement calme. Vous remarquerez tout de suite son grand chedi qui donne son nom au temple. Érigé au début du 14e siècle dans le style traditionnel Lanna, reconnaissable avec sa base octogonale entre autres, ce chedi en impose avec ses 18m de haut et malgré les tremblements de terre qui ont eu lieu dans la région, celui-ci est toujours bien débout.

Phra That Chedi Luang est un terme qui peut vous être familier (cela signifie le temple au chedi royal) car on en retrouve plusieurs à travers la Thailande dont le plus connu est celui de Chiang Mai, autre cité fondée comme nouvelle capitale par le roi Mengrai.

Pour avoir une vue sur le Mékong, vous aurez 2 choix. Première option, le Wat Phra That Chom Kitti, un vieux temple perché sur une colline à l’arrière de Chiang Saen. Il est connu pour son chedi qui contiendrais 3 pièces fragmentées du Bouddha. Le chedi aurait été construit au 15e siècle quand le temple aurait été fondé dès le 10e siècle (beaucoup de conditionnel car difficile à vérifier les infos…).

C’est un endroit paisible car assez peu visité et entouré de verdure. La vue est visible depuis une terrasse aménagée devant le petit temple voisin de style Lanna, le Wat Chom Chong. Après, ce n’est pas une vue à tomber par terre.

Pour s’y rendre vous pouvez monter les 350 marches, bordé par un grand Naga, vous passerez alors à côté des doubles chedis du Wat Suan Sanuk, au pied de la colline, qui sont pas tout jeune non plus. Notez que dans ce même coin se trouve de vieilles ruines, simplement référencées comme Ancien Monument N0 13.

Pour aller plus vite, il y a une route qui mène au sommet.

wat phra that chom kitti - chiang saen

Le petit Wat Phra That Chom Kitti Chiang Saen.

vieux chedi wat phra that chom kitti - chiang saen

La seconde option, qui permet sans conteste une bien meilleure vue n’est pas à Chiang Saen même, mais à 4km au sud de la ville, direction le Wat Pra That Pha-Ngao. Le terme Pha Ngao peut se traduire par « à l’ombre du rocher », car il y a en effet un gros rocher sur lequel trône un chedi, jouxtant le bâtiment principal au pied de la colline. On dit que les habitants du coin aimaient s’y rendre pour profiter d’une atmosphère paisible et ombragée, d’où ce surnom.

Le bâtiment principal contient les restes d’une ancienne statue de Bouddha. Le temple dans son ensemble est un assez grand complexe qui se composent de 3 parties. La partie basse d’abord, avec en face du grand bâtiment principal, un beau bâtiment tout en bois, et à côté, une allée menant vers une autre construction tout en bois, elle-même posée au milieu d’un bassin rempli de poissons et tortues.

À l’intérieur se trouve des écrits religieux contenus dans des sortes de mobilier liturgique, chacun ayant un style différent puisque provenant de pays différents.

En montant, vous pourrez voir un autre bâtiment richement décoré à l’extérieur comme à l’intérieur dans le style Lanna. Enfin au sommet, vous verrez un grand chedi blanc, lui-même recouvrant les ruines d’un ancien chedi, conservé en son centre.

La vue permet de voir le Laos en face ainsi que la ville de Chiang Saen sur le côté gauche. Vous aurez là l’occasion de vous octroyer une pause sur la terrasse du café situé là à côté de cette belle vue.

Pour compléter ses visites, il suffit de se balader dans les petites rues de Chiang Saen pour y croiser les ruines de petits temples et chedi, dispatchés à travers la ville. 2 autres temples si vous en êtes férues peuvent valoir le coup d’œil, le Wat Phra Chao Lan Thong, un vieux temple remontant à la fin du 15e, surtout connu pour abriter une importante statue en or de 3m et pesant 1200kg !

Enfin, situé à 600m du Wat Phra Chao Lan Thong, juste à l’entrée ouest du mur d’enceinte de la vieille ville, vous pourrez voir le site historique du Wat Pa Sak (signifiant bois de teck, car 300 arbres de ce type y furent plantés à sa création à la fin du 13e).

ruines chiang saen - thailande

vieux temple chiang saen - thailande

Les marchés à Chiang Saen

Laissez vous happer par l’atmosphère tranquille d’une petite ville de province. Si certaines rues font clairement plus penser à un village de campagne, ce n’est pas pour autant que la ville est complètement endormie. Vous pourrez voir de l’animation autour de son marché de jour, dont l’activité s’étalera de tôt le matin jusqu’en milieu d’après-midi.

Celui-ci est situé le long de la route 1016 qui passe en plein centre de Chiang Saen, à 200m des rives du Mékong (cherchez Sin Sombun Market sur Google Maps).

ville chiang saen - thailande

Globalement Chiang Saen c’est calme…

marché chiang saen - thailande

Heureusement qu’il y a un marché pour égayer tout ça !

Les rives, justement, sont aménagées avec une promenade, le long duquel des restaurants de rue offrent de délicieux poissons et autres mets frais, vous pourrez vous asseoir au nord de la rivière sur des tables basses posées sur des nattes, ambiance locale garantie !

Si vous êtes à Chiang Saen un samedi, ne manquez pas son marché du soir, qui débute au croisement des routes 1016 et 1290, depuis la Police station jusqu’au niveau d’un temple (le Wat Pha Khao Pan) 400m plus loin.

marché du samedi chiang saen - thailande

marché samedi chiang saen - thailande

restaurant long mekong chiang saen - thailande

chiang saen - marché samedi soir - thailande

Vous pourriez enchaîner avec le marché du dimanche matin (dès 7h !) plus étalé, qui proposent beaucoup de produits importé de Chine. Chiang Saen est aussi connu pour son imposant marché aux oeufs, et qui dit oeufs dit aussi volailles dont les fameux coqs de combat.

J’ai par ailleurs, vu que ça se passe le Dimanche, pu apercevoir un petit marché comme ça au bord du Mékong où les propriétaires ont toilettés leur champion direct après le combat.

combat coqs chiang saen - thailande

Combat à points, pas à mort, jamais.

coqs chiang saen - thailande

Ils en prennent soins.

Comment se rendre à Chiang Saen

Le plus simple est depuis Chiang Rai. Vous aurez des bus faisant la liaison en un peu plus de 2h pour moins de 40 Bahts (45 Bahts si avec air-condition).

Il existe aussi une liaison via songthaew depuis Mae Sai, comptez 1h de trajet pour 50 Bahts. Certains passent dans ce cas par le point du triangle d’or, mais s’il est possible de s’y arrêter, pas sûr de savoir combien de temps vous aurez à attendre avant le prochain passage puis rejoindre Chiang Saen.

port chiang saen - mekong thailande

Et en bateau, c’est possible aussi.

Dormir à Chiang Saen

J’en parle bien évidemment sur ma page de référence où je marque tous les hôtels testés à ce jour en Thailande, mais pour simplifier la tâche, voici ceux que je connais à Chiang Saen :

Dans la ville

Golden Nakara Place

Budget : à partir de 750 Bahts (20€)
chambre golden nakara place chiang saen

Le premier hôtel testé lorsque je me suis retrouvé à dormir à Chiang Saen. Le Golden Nakara est situé dans une petite rue au calme qui n’était pas évidente à trouver en premier abord. C’est un hôtel clairement destiné aux Thais (avec un accueil quasi-inexistant), d’un extérieur sans attrait (une dirait une sorte d’immeuble lambda pour appartements). En tant que tel, il fait l’affaire, mais j’ai trouvé mieux et moins cher depuis. Autrement, les chambres sont propres, le lit est bien confortable. Le tarif comprenait un petit dej standard et y’a un grand parking (un critère pour moi qui me déplace en voiture), le tout pour un prix restant raisonnable.

En savoir plus et réserver le Golden Nakara Place

Tararin

Budget : à partir de 610 Bahts (14€)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’un seul bâtiment à l’origine, le Tararin en comporte déjà 2 qui se font face avec une cour au milieu servant de parking. C’est un hôtel où je me suis arrêté plusieurs fois lorsque je passais par Chiang Saen. Pour ce petit tarif, on a droit à une grande chambre, propre et c’est tout ce qui compte (car sinon oubliez la déco et le charme). L’hôtel est juste derrière le Wat Phra Tha Chedi Luang et à 5min à pied de la promenade le long du Mékong.

En savoir plus et réserver le Tararin

Gin’s Maekhong View Resort and Spa

Budget : à partir de 700 Bahts (16€)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une excellente alternative au Tararin est le Gin’s Maekhong View. La chambre possède un certain charme, mais son attrait réside surtout dans son jardin avec la petite piscine qui va bien et surtout son emplacement, car, comme son nom l’indique, il est situé au bord du Mékong juste en périphérie de Chiang Saen.

En savoir plus et réserver le Gin’s Maekhong View Resort and Spa

Au Triangle d’or

Imperial Golden Triangle Resort

Budget : à partir de 1400 Bahts (38€)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le seul testé vers le point du « Triangle d’or », au village de Sop Ruak, l’hôtel fait un peu vieillot et aurait besoin d’une petite cure de rajeunissement, mais il jouit d’un superbe emplacement, avec vue sur le Mékong. Il y a aussi une piscine si jamais cela vous tenterai.

En savoir plus et réserver le Imperial Golden Triangle Resort

Si vous n’êtes pas trop dans le speed, j’espère que cet article vous aidera et vous donnera envie de vous arrêter dans cette petite bourgade typique du nord de la Thailande ! Car oui, le triangle d’or ça ne se résume ni à Chiang Rai, ni au point physique lui-même !

Chiang Saen : aux portes du Triangle d’Or
5 (100%) 3 votes
Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

2 Avis

  1. jean 6 jours ll y a

    bonjour et bravo pour votre site qui est plein d’avis et conseils sur des sites hors des sentiers battus. On sent un amoureux de la Thaïlande…

    • Auteur
      Romain 6 jours ll y a

      Merci à vous pour votre commentaire qui me pousse à continuer le partage !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Chiang Saen : aux portes du Triangle d’Or

by Romain time to read: 12 min
2