Haut
  >  Voyage au Japon   >  Nara   >  Balade dans la vieille ville de Nara, première capitale du Japon
naramachi koshino le nara - japon
0
(0)

Notre séjour à Nara s’est réparti sur plusieurs journées. On va se concentrer ici sur nos déambulations du jour de notre arrivée, débarquant fraîchement depuis Kyoto. J’évoque ensuite les quelques visites faites avant de rejoindre Osaka le surlendemain. Comme je détaille notre principale journée à Nara et ses temples dans cet article, je veux ici me concentrer sur les visites qu’on a faites hors du parc de Nara et ses principaux temples (ceux qui font partie du patrimoine mondial de l’Unesco).

Et par “vieille ville“, je veux bien sûr parler de l’âge lié à l’établissement de la cité comme première capitale fixe du Japon (en 710). Je ne parle pas ici d’un quartier avec des vieux bâtiments d’origines, mais Nara abrite un ensemble de maisons, dans un ancien quartier commerçant, appelé Naramachi. Ces maisons datent de l’époque Edo et certaines ont été converties en musée.

Se rendre à Nara depuis Kyoto

C’est précisément depuis le sanctuaire de Fushimi Inari au sud de Kyoto, qu’on se rendait à Nara. En effet, on avait visité le sanctuaire ce jour là puisqu’il se situait sur la ligne se rendant ensuite à Nara.

Comme expliqué dans l’article sur le sanctuaire aux milliers de torii, nous avions pris le train JR de la ligne Nara depuis la gare de Kyoto. En arrivant à la gare d’Inari quelques stops plus loin, nous avions laissé nos bagages qu’on avait donc avec nous, dans une consigne à bagages (hors de la gare, car ces derniers étaient tous pleins).

gare train fushimi inari japon

A la gare de train de Fushimi Inari.

Après notre visite de Fushimi Inari, on récupérait nos bagages et reprenait le train pour Nara depuis la même gare, pratique.

Si je détaille un peu, vous avez concrètement deux lignes pour se rendre à Nara depuis Kyoto :

JR Nara Line

Celle qu'on a prit. Vous avez alors le Miyakoji Rapid train, qui permet de faire la connexion en 45 minutes seulement. Si vous avez un Japan Rail Pass, c'est la meilleure option. Attention toutefois au type de train que vous prenez, comme il y a 21 stations séparant les deux villes, cela demande 25 minutes de plus pour effectuer le trajet si vous prenez un train local (ce qui était notre cas, car on devrait passer par Fushimi Inari).

Tarifs : 710 yens (6 €)

Horaires : fréquence de 45 à 70 minutes

Kintetsu Kyoto Line

L'alternative, intéressante notamment si vous n'avez pas de JR Pass. L'avantage étant que la gare de cette ligne à Nara (Kintetsu Nara Station) est plus centrale et plus proche des principaux sites de visite (300 m du temple Kōfuku-ji contre 1,4 km pour JR Nara Station). Ce dernier est aussi légèrement moins cher, tout aussi fréquent et l'option la plus rapide si vous y mettez le prix (35 minutes pour le Kintetsu Limited Express à 1 130 yens).

Tarifs : 620 yens (en normal – 4,25 €), 1 130 yens (express – 9,6 €)

Horaires : fréquence de 45 à 50 minutes

Premiers pas à Nara

C’est en fin d’après-midi qu’on débarquait à Nara et la première tâche en arrivant était évidemment de nous rendre à notre hôtel, le Guesthouse Nara Komachi (voir ci-après pour les détails). L’avantage de cet établissement, c’est qu’on n’avait pas à se trimbaler nos bagages pour longtemps vu qu’on arrivait par la JR Nara Station, à seulement 350 m de là.

L’accueil est tranquille et on s’installait vite fait dans notre petit cube qui nous sert de chambre avant de partir un peu explorer la ville. Sachant l’heure, on ne comptait pas se rendre voir les temples, préférant juste un petit repérage des environs et du chemin à emprunter pour se rendre dans la zone des temples.

premier pas rue nara - japon

Où loger à Nara ?

La plupart des gens font un saut à la journée depuis Kyoto mais il y a quand même (évidemment) de quoi loger sur place, si jamais vous poursuivez votre séjour sans revenir à Kyoto, dormir sur place est une option tout à fait possible. Pour les infos concernant notre hôtel à Nara, c’est par ici que ça se passe !

Guesthouse Nara Komachi

Note : 9/10

Budget : à partir de 50€

Évidemment, c’est le Japon, donc même en y mettant un minimum le prix, on avait certes une chambre individuelle, mais de 10 m². Il faut donc voyager plutôt léger pour se permettre ce genre d’accommodation. Mais pour cette gamme d’établissements, c’était un brin coquet, petit certes, mais pratique, avec un vrai lit pour deux confortable.

Le guesthouse était à 1,3 km des principaux temples, ce qui demande à peine 1/4 quart et y’avait la gare de Nara à tout juste 350 m donc emplacement au top.

En complément, je vous laisse un widget de recherche sous forme de carte, bien pratique pour se repérer. Il s’agit là de Booking, avec lequel je suis aussi affilié, je sais que certains parmi vous préfèrent éventuellement à Agoda. Pour ma part, je préfère leur carte à celle proposé par Agoda, mais je tiens à signaler au passage que quelle que soit la plateforme que vous utilisez, elles font partie du même groupe de toute façon ;)

Booking.com

Shimomikadocho

Et notre première étape nous faisait d’abord longer une artère, bordée par quelques magasins et cafés sympas, où l’image du cerf n’est jamais bien loin. Arrivé à un carrefour, on s’enfonçait dans une rue piétonne, passant devant un restaurant avec une belle façade en bois et voyant que l’artère en question est couverte et commerçante.

Juste avant de passer sous l’allée couverte, on s’arrêtait devant la petite boutique d’un artiste local, avec pour thème des chats, sur des sacs peints à la main, des statuettes en argiles et quelques tableaux en aquarelle. On était tenté d’en faire à l’effigie de nos chiens (désolé pour les chats…)

grande rue nara - japonfille et flute cerf rue nara - japon

restaurant grilled eel edogawa in naramachi nara - japon

En arrivant vers l’allée couverte.

L’allée couverte ne présentait rien de réellement intéressante donc on passait vite s’immerger dans une autre petite rue. Jitima ne pouvait résister de mettre sa tête derrière un panneau, l’apercevant à l’entrée d’une boutique, justement de chats porte-bonheur et invitant les passants à se faire.

Car si Nara est connue pour ses cerfs, les chats sont aussi omniprésents, du fait de la popularité du chat porte-bonheur (les fameux Maneki Neko). 

Sarusawa-ike pond

L’objectif de cette balade, s’il n’était pas précis, nous emmenait au niveau du bassin appelé Surasawa, situé au pied du temple Kōfuku-ji (qu’on visiterait le lendemain). En suivant les rues calmes nous y menant, on passait devant un petit sanctuaire Shintô, comme on peut en croiser souvent au gré des balades au Japon.

Peu après on arrivait au bord du bassin. Dans un canal en contrebas, j’aperçois comme une sorte de bateau en pierre avec des statuettes posées dessus. Un lieu de culte, j’imagine. Je me fais la réflexion qu’en Asie, la religion et le culte sont souvent omniprésents, et qu’on finit par ne presque plus y faire gaffe…

petite rue vers shimomikadocho nara - japon

petit sanctuaire shinto rue nara - japon

Petit sanctuaire shinto.

ruelle nara - japon
bateau culte canal nara - japon
pagode visible etang sarusawanoike - nara japon

Au bord de l’eau, quelques personnes pique-nique sur un banc. La vue est pas mal, l’étang est entouré d’arbres, avec au fond la petite montagne, qui inclut notamment le Mt. Wakakusa, lieu privilégié pour prendre de la hauteur sur les temples de Nara.

Sur le côté, on aperçoit la pagode à 5 étages du complexe du Kōfuku-ji, tandis que dans un coin, se trouve une pierre avec une inscription. Le seul bémol dans cet ensemble, c’est ce ciel grisâtre tristounet. C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi je voulais pas visiter de temples cette fin d’après-midi là, car dans l’absolu, on aurait le temps d’en voir au moins un (notamment le Kōfuku-ji, puisqu’il était à côté), mais je préférais avoir une météo plus favorable pour les photos (et heureusement, le lendemain, le ciel bleu était bien là !).

Avant de revenir vers notre hôtel nous poser un peu, on déambulait un peu le long de Sanjo dori, la rue commerçante passant devant le Kōfuku-ji temple et à côté de l’étang. Il y a là des boutiques souvenirs et surtout pas mal de restaurants, un bon spot à retenir pour revenir ce soir.

sarusawanoike pond nara -japon
La vue depuis l'étang.
boutiques souvenirs nara - japon

Boutiques le long de Sanjo dori street.


sanjo dori street nara - japon

Y’a du monde.

Amusement CUE Nara

Après être repassé un temps à l’hôtel, on revenait dans cette même zone. Après un temps d’hésitation, on testait l’un des restaurants de la rue Sanjo dori, et comme je suis pas forcément à faire de la photo de bouffe, ben j’ai rien à vous montrer.

Une fois la panse bien remplie, on poussait la curiosité à rentrer dans une salle de jeux, sobrement appelée Amusement CUE Nara (CUE vaut pour Catch User Emotion, qu’on peut traduire grossièrement par “Capturer l’Emotion des Utilisateurs”).

facade amusement cue sanjo dori st nara - japon

On y retrouve les fameuses machines des fêtes foraines avec les crochets pour essayer d’attraper des figurines, peluches et autres selon ses préférences. Des machines réputées pour leur côté addictif malgré la “valeur” de l’enjeu, CUE, on vous dit. Le bâtiment s’étale sur plusieurs étages, et mes yeux s’écarquillent d’étoiles en voyant une arcade de Mario Kart, qui a “bercé” ma jeunesse. On y croise aussi un simulateur de train, des machines à sous (comme celles des fêtes foraines aussi, pas celles des casinos).

Perso, j’étais bien tenté par quelques bornes … et si je me retenais, l’air de rien, on a traîné presqu’une demi-heure ici !

Dernier pas à Nara

On fait un petit bond dans le temps et nous voilà le dernier jour à Nara, après avoir passé deux nuits sur place. Il nous fallait

Le temps (météo) n’était pas terrible à nouveau, ce qui ne me donnait pas trop envie d’aller compléter nos visites de la veille. Je voulais notamment voir le sanctuaire de Kasuga-taisha, qui me semble photogénique avec ces alignements de lanternes en pierre et entouré par la forêt (mais je me répète, un ciel gris pour les photos et la lumière… c’est bof).

Du coup, changement de plan. Le temps (durée cette fois) manquant, car il nous faut ensuite rejoindre Osaka, notre dernière étape (et point d’arrivée et donc de départ), et qu’on a que cette journée et quelques heures le lendemain pour visiter. Alors on décide ce jour-là de se lever tôt et on part vers les rues de ce qui s’apparente à la “vieille ville”. Comme on ne peut se permettre que quelques visites rapides et à proximité de notre hôtel, c’est un bon compromis.

Gangō-ji

Et on commençait par un temple autrefois important, le Gangō-ji, situé à 300 m au sud de l’étang où nous étions le premier jour. Ce temple fait partie d’une poignée au Japon qui conserve encore une architecture de la période Nara (qui a duré de 710 à 794). De ce fait, il fait partie dse monuments historiques de l’ancienne Nara inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le temple originel a été fondé dès la fin du 6e siècle, mais dans la région d’Asuka, à 30 km au sud de l’actuel Nara. Nommé Hōkō-ji, les résidents locaux l’ont simplement appelé Asuka-dera à la place, d’où un temple de ce nom toujours visible à l’emplacement originel à Asuka.

temple gango-ji nara - japon

Le temple de Gangō-ji.

Le temple est resté à Asuka jusqu’en 718, date à laquelle il a été déplacé à son emplacement actuel après le transfert de la capitale de Fujiwara à Heijō-kyō (l’ancien nom de Nara). Pendant la période Nara, le Gangō-ji était l’un des septs temples prééminents de la capitale et donc du pays, se développant considérablement. À son “apogée”, il occupait neuf blocs de la ville, chaque bloc mesurant environ 120 mètres de côté, sur une configuration 3×3, ça faisait en gros à carré de 360 m par 360 soit une surface de près de 16 hectares.

Difficile en visitant ce qu’il en reste de s’imaginer tout ça, le temple ayant été diminué par les incendies périodiques (malheureusement courant au Japon). À l’heure actuelle, les seules structures qui ont survécu à l’époque de Nara sont le Hondo (本 堂, salle principale) et le Zenshitsu (salle zen), ainsi qu’une pagode miniature de 5,5 mètres. Et même ces deux structures ont toutes deux été fortement remodelées à partir de structures plus anciennes en 1244, à l’époque de Kamakura (1185-1333).

gango-ji nara - japonfenetre bois gango-ji nara - japon

C’est bien beau toutes ces explications à la wikipédia, mais au final, ça donne quoi ? Et c’est le plus terrible… Pas grand chose… En fait, on sentait un certain ennui envers les temples (pour rappel, on est à la fin du séjour) et en plus, voyant que l’entrée est payante, ça nous a un peu rebuté (même si c’est pas cher, 500 ¥, soit 4 €). Du coup, on se contentait de jeter un œil à la cour depuis l’entrée et on en repartait…

Je tiens à dire que ce faisant, je l’apprends en rédigeant l’article, on loupait dans son hall principal un trésor culturel important – ce dernier contenant toujours le Grand Bouddha d’Asuka-dera, la plus ancienne statue de Bouddha du Japon (traditionnellement attribuée à Kuratsukuri no Tori, en l’an 606).

Tarifs : 500 ¥ / 300 ¥ / 100 ¥ (adulte / ado / enfant)

Horaires d’ouverture : 09h00 – 17h00 (tous les jours, dernière admission 16h30)

Naramachi Koshino Ie

La petite explication concernant les “blocs” du temple Gangō-ji, prennent ici tout son sens, car Naramachi (qui peut se traduire par ville de Nara) était un ancien quartier commerçant de Nara, qui se trouve à 350 m environ du Gangō-ji. Avant son développement en un quartier marchand vers le XVe siècle, la zone qui est aujourd’hui Naramachi était occupée presque entièrement par le terrain autrefois spacieux du complexe du temple Gangō-ji.

petite rue naramachi nara - japon

Dans les rues de Naramachi.

naramachi nara - japon

machiya naramachi nara - japon

On y trouve aujourd’hui plusieurs bâtiments résidentiels traditionnels et des entrepôts, préservés et ouverts au public sous forme de petits musées. Beaucoup de bâtiments de Naramachi à l’époque d’Edo étaient ce qu’on appelle des “machiyas“, de longues et étroites “townhouses” ou maisons de ville en bon français, c’est-à-dire qui servaient à la fois de magasins et de logements aux marchands locaux.

Leur particularité étant que les devantures des magasins étaient souvent étroites afin d’économiser sur les taxes, qui étaient auparavant calculées sur l’accès à la rue d’une propriété plutôt que sur sa superficie totale. Aujourd’hui, une poignée de machiyas ont été préservées ou reconstruites et parfois ouvertes au public.

entree naramachi koshino le nara - japon

La façade de Naramachi Koshino Ie.

C’est justement l’une d’elles, répertoriée sous le nom de “Naramachi Koshino Ie” sous Google Maps, qu’on visitait en passant devant. Bien que cette maison ne soit pas originale, c’est une réplique exacte d’une maison de ville traditionnelle et l’une des rares que vous pouvez visiter pour voir comment les gens vivaient en ville à l’époque d’Edo. Géré par le conseil local, Naramachi Koshi-no-Ie (lire ie pour le dernier mot et non LE), également connu sous le nom de Lattice House ou Maison aux treillis en français, a l’avantage d’être gratuite !

À ma grande surprise, on y trouvait à l’intérieur un petit fascicule avec des explications en français. Pratique pour comprendre ce qui nous entoure. Du coup, j’en comprenais le nom et la référence aux “treillis”. En effet, les “koshis”, sont des treillages à lamelles en bois couvrant les fenêtres de la façade, permettant tel une vitre sans tain, de voir vers l’extérieur, sans pouvoir apercevoir l’intérieur. 

Dans les autres explications et selon le plan, on avait :

1. Le fameux jardin intérieur, appelé naka-niwa, fait littéralement le pont entre la maison principale, une pièce détachée (qu’on appelle hanare) et une pièce d’entreposage (kura) à l’arrière. Le tout offrant un accès à la salle de bain et aux toilettes.

2. L’escalier emboîté, appelé hako-kaidan, conçu pour économiser de l’espace, des tiroirs y étaient encastrés afin de fournir de l’espace de rangement supplémentaire.

3. Une partie surélevée du toit (un évent, appelé kemuri-nuki) servait à évacuer la fumée provenant du foyer (kamado).

4. La lucarne (akari-tori) servait à ventiler la cuisine en laissant l’air circuler, tout en permettant à la lumière naturelle de pénétrer.

koshi-no-ie naramachi japon

Tarifs : entrée libre

Horaires d’ouverture : 09h00 – 17h00 (du mardi au dimanche)

Et voilà qui clôturait cette visite, un peu express, il est vrai, de Nara. Il était temps pour nous de poursuivre notre séjour en revenant à notre hôtel procéder au check out et prendre un train direction Osaka, dernière étape de ce premier séjour au Japon (et le seul à ce jour, mais je ne pense pas qu’il sera l’unique !)

L'article vous a plu ?

Note globale 0 / 5. Nombre de votes : 0

Pas encore de vote. Soyez le premier à noter cet article !

L'article vous a plu ?

Suivez moi sur les réseaux sociaux

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.