Haut
  >  Voyage en Thaïlande   >  Région nord   >  Chiang Mai   >  Balade à pied pour découvrir Chiang Mai autrement
traversée pont vers wat ket karam chiang mai
5
(2)

Chiang Mai, la “rose du nord” est une ville particulièrement propice pour s’y promener à pied et y visiter ses nombreux temples, parmi les plus anciens du royaume, autrefois royaume indépendant du Lanna.

Beaucoup, à raison, se contenteront volontiers du carré central. Ce dernier définissant le vieux Chiang Mai historique, toujours partiellement délimité par les restes de son ancienne muraille. C’est par ailleurs dans cette zone centrale que se trouve la plupart des vieux temples qui font la renommée de la vieille ville (bien qu’on en trouve d’autres tout aussi intéressant dans les alentours immédiat, j’en parle dans un article détaillant 5 temples à voir hors de la vieille ville).

Aujourd’hui, je vous invite à parcourir une autre partie de Chiang Mai, s’étalant jusqu’à la rivière Ping, qui traverse la cité à l’ouest. Une balade à pied centrée notamment autour du fameux Warorot Market (aussi appelé Kad Luang). Ce petit tour que je vous propose permet de découvrir des bâtiments aux architectures intéressantes et de s’immiscer dans les marchés qui rythment la vie locale.

La balade sur une carte

Ce n’est pas à proprement parlé une boucle, et pour être transparent, je ne l’ai pas fait moi-même dans sa totalité à pied (j’avais loué un scooter ce jour-là, notamment parce qu’on allait ce matin-là faire un tour au marché Jing Jai, situé à l’écart plus au nord). Pour autant, le trajet global fait moins de 4 km et peut donc allègrement se faire sur 2-3h sans soucis.

Point de départ : Si Phum corner

C’est depuis l’un des coins marquant l’ancienne muraille de Chiang Mai que je vous propose de démarrer cette visite personnalisée. Les murs en brique rouge qui entouraient la cité sont, en effet, toujours visibles, plus particulièrement dans les coins et autour des anciennes portes, notamment celle de Tha Phae, qui sert ici de point d’arrivée à cette balade à pied.

mur si phum corner chiang mai

Les fortifications ont été construites il y a 700 ans par le roi Mengrai, alors qu’il établissait Chiang Mai comme sa nouvelle capitale (qui pour rappel, signifie “ville nouvelle”). Nous sommes alors au 14e siècle, l’âge d’or du royaume Lanna, qui s’étendait sur toute la région nord de la Thaïlande, et Chiang Mai allait remplacer l’ancienne capitale, située plus au nord, la bien nommée Chiang Rai.

En plus du mur, vous apprécierez le charme des canaux (les anciennes fosses entourant la ville), mais vous aurez aussi une vue imprenable sur la montagne indissociable de Chiang Mai, le Doi Suthep.

doi suthep vue depuis si phum corner chiang mai

Vue sur le Doi Suthep depuis le coin de Si Phum.

canaux entourant vieille ville de chiang mai

Les fameux canaux entourant la ville de Chiang Mai.

Pause café au brewginning coffee

Pas forcément indispensable, cette première étape peut être l’occasion de tester l’un des nombreux cafés de Chiang Mai (et du pays). Cela ne transparaît pas forcément au premier regard, mais si vous êtes un fin connaisseur du blog, peut-être avez vous déjà remarqué mon attrait pour les cafés, d’autant qu’ils sont de plus en plus nombreux ses dernières années à proposer de très bons cafés (arabica qui plus est), et les environnements et/ou décors sont souvent originaux et agréables.

Bon après ici, je n’ai en fait pas testé leur café, mais je m’y arrêtais, car je voulais faire quelques photos du quartier. Je remarquais notamment cette boutique juste à côté, vendant des sacs et paniers en osier. Ce magasin est manifestement populaire auprès de la gente féminine venant y faire un shoot parfait pour Instagram…

Perso je m’intéressais plus à l’architecture rétro du brewginning coffee et aux quelques peintures murales qui se trouvaient dans les environs.

Chinatown et Warorot market

Il se trouve que le marché de Warorot est au cœur du petit chinatown de Chiang Mai. À vrai dire, les lieux sont comme un mini centre commercial, car on y trouve autour un marché aux fruits, le marché aux fleurs de Chiang Mai, mais aussi le marché voisin de Ton Lam Yai. Ce dernier par ailleurs, combiné à Warorot, sont connus localement sous le nom de “Kad Luang” (qui peut simplement se traduire par “grand marché”).

Autrefois, le lieu était une place servant aux crémations des membres de la famille royale de Chiang Mai. C’est à partir de 1910 que c’est aménagé en marché sous l’impulsion de la princesse Dara Rasmi et nommé Warorot en mémoire de son frère, Intawaroros Suriyawong, qui fut le 8e roi de Chiang Mai.

De nos jours, c’est un important marché apprécié autant des touristes que des locaux venant s’approvisionner des spécialités du nord. En effet, ce marché est réputé pour la vente de produits locaux, plus rare dans d’autres régions.

On y trouve par exemple la fameuse saucisse épicée du nord (Sai Oua), un autre type de saucisse de porc, d’origine vietnamienne (Moo yo), une pâte de curry pimenté au poivre vert (Nam phrik num), et je peux également citer les assortiments de fruits secs. Outre la nourriture locale, on y trouve également des vêtements, de la céramique, du tissu, des appareils de broderie, des fleurs, etc.

Le tout est organisé sur plusieurs étages, avec pour simplifier, la nourriture en bas et les vêtements aux étages. Après Warorot, on passait également au marché voisin de Ton Lam Yia, organisé de manière similaire à son voisin, on trouve de tout, comme ce petit coiffeur, calé entre deux boutiques. Cela nous faisait ressortir du côté du marché aux fleurs, bordant la route qui longe la rivière Ping.

entrée ton lam yai market chiang mai

marché ton lam yai chiang mai

L’intérieur du marché de Ton Lam Yai.

coiffeur marché ton lam yai chiang mai

Petit salon de coiffure perdu au milieu de tout ce joyeux bordel.

songtaew jaune devant ton lam yai market - chiang mai

Chansom Memorial Bridge et Charoen Rajd Road

Situé en face du marché, il s’agit d’un pont pour piéton, reliant la zone de Kad Luang à celle du Wat Ket Karam. Il existait un pont ici dès 1892, appelé Khua Kula, Khua signifiant “pont” dans le dialecte nord Thaïlandais, et Kula est un ancien terme désignant les étrangers (ce que vous connaissez aujourd’hui comme farang). La référence à étranger étant que le pont d’origine était construit en bois de teck et conçu par le Dr. Marion A. Cheek, un ancien missionnaire américain travaillant pour le compte de la Borneo Company, une entreprise britannique d’exploitation forestière, spécialisé justement dans le teck.

Ce dernier sera fortement endommagé par une inondation en 1932, laissant les habitants dans l’obligation d’emprunter un ferry pour traverser. Comme cette jonction entre ces deux quartiers était importante, il y a eu par la suite un pont en bambou construit pour palier à ce manque. Mais ce dernier était évidemment fragile, essentiellement utilisé en saison sèche et nécessitant des réparations chaque année. Les habitants pouvaient même rester plusieurs années sans pont.

La “délivrance” viendra en 1965. Cette année-là, Chansom, femme d’un homme d’affaires d’origine pakistanaise, décède. Ce dernier, Montri Kosalaphirom, est propriétaire d’un magasin de tissus au marché de Warorot. Il finance alors la construction du pont en sa mémoire, d’où le nom Chansom Memorial, mais aussi Khua Khaek en Thaï, le terme “Khaek” désignant les individus Pakistanais/Indiens. Le pont d’origine ayant, là encore, subit trop de dégâts suite aux importantes inondations de 2011, il fut remplacé par le pont actuel, plus large et moderne, en 2015.

pont chansom memorial wat ket karam - chiang mai

Le Wat Ket Karam visible de l’autre côté du pont.

sur le chansom memorial bridge chiang maivue rive rivière ping chiang mai

Si l’on ne visitait pas le Wat Ket Karam en question, qui comporte un musée pouvant valoir le coup d’œil, on s’intéressait surtout au quartier entourant le temple, qui inclut beaucoup de petit cafés sympas, notamment le long de la rivière.

Les façades sont colorés, ça a du charme. Après avec la pandémie, c’est désespérément désert et la moitié des cafés sont par ailleurs fermés…

On y croise aussi quelques belles bâtisses, certaines faisant partie aujourd’hui d’hôtels de prestige. Je peux citer le 137 Pillars House, qui incluait ni plus ni moins les bureaux de l’Américain cité plus haut, mister Cheek ! On y passait pas devant, par contre on croisait la route du Baan Orapin Bed & Breakfast, où se trouve devant un café que je vous indique sur ma carte, car ce dernier a excellente réputation.

Malgré ça, ce n’est pas là qu’on jetait notre dévolu pour un petit break qui commençait à se faire ressentir. En poursuivant notre route vers le pont Nakhon Ping, histoire de revenir de l’autre côté, on passait devant une galerie d’art, logée dans une ancienne maison dont je situerai son style architectural dans les années 50. Pensant qu’on y trouverait aussi de quoi se restaurer comme c’est souvent le cas en Thaïlande, on décidait de jeter un œil à La Luna Gallery.

façade maison charoen rajd road chiang maicafé maison jaune charoen rajd road chiang maicharoen rajd road chiang maivieille maison rive gauche chiang mai

baan orapin bed and breakfast chiang mai

Entrée menant au Baan Orapin Bed & Breakfast.

khna coffee brewers chiang mai

Le Khna Coffee Brewers, autre bon spot pour une pause café.

la luna gallery chiang mai

La Luna Gallery.

Malheureusement, on a vite compris qu’il n’y avait pas là de café… Mais pour le coup, pandémie oblige, y’avait pas grand monde et le staff était ravi de nous présenter les œuvres alors exposées (et en vente…). Au carrefour avant de traverser le pont, on croise une autre maison en bois, assez imposante et sur deux étages.

Voyant qu’elle est en vente, on fantasme sur le prix que peut valoir un tel emplacement, avec un joli terrain jouxtant la rivière. C’est peu après le pont qu’on posait finalement nos fesses pour ce café tant attendu, au Rustic Boutique River. Si je ne doute pas que ce soit un hôtel accueillant (les critiques sont plutôt excellentes), ce n’est pas là que je conseillerais de profiter d’un bon café (pour ça je vous renvoi au khna coffee brewers, accolé au Baan Orapin).

vieille baraque chiang mai

A vendre.

rustic river chiang maiintérieur rustic river chiang maicyclo taxi chiang mai

Le marché Hmong

Une fois notre pause terminée, on revenait vers le quartier autour du marché de Warorot, car il nous restait une partie à visiter. Avant d’y aller, je jetais un oeil au passage au petit sanctuaire chinois de Kuan U, rien de bien folichon quand on est habitué à ce genre de lieu, mais bon, des fois on trouve des surprises dans des temples alors pourquoi pas.

C’est aussi l’occasion de se balader dans des rues marchandes animées comme la Thaïlande sait si bien nous offrir. La zone est surtout occupée par des vendeurs de vêtements en tout genre, même si on y retrouve des teintes d’indigo et des motifs et couleurs plus typiques du nord.

Et puis plus loin, au détour des allées, se trouve en effet un autre marché, appelé “Trok Lao Zhou” (ตรอกเล่าโจ๊ว), avec des produits chinois et de la communauté hmong. Les Hmong y apportent des produits locaux et de l’artisanat, vendus dans ses ruelles et dans une petite zone dédiée regroupant plusieurs familles.

J’imagine qu’en temps normal c’est plus animé, là y’avait personne… ça n’empêchait quelques moments de bonheur comme ces deux petits garçons dégustant leur glace avec un plaisir non dissimulé !

Tha Pae Road

Pour terminer cette balade, comment ne pas terminer par l’une des principales artères menant à Chiang Mai, Tha Pae Road. La route s’étant depuis l’ancienne porte fortifiée “Tha Pae Gate”, et rejoint le bord de la rivière Ping au niveau du pont Narawat, le premier pont de Chiang Mai.

On y trouve quelques anciennes maisons, pour certaines centenaires, et même rénovées récemment. Dommage toutefois qu’il y a un manque de mise en valeur et que beaucoup d’anciennes maisons ont aujourd’hui disparues.

L’une des plus connues est la demeure de Yong Chiang, un marchand chinois qui fit construire cette maison de deux étages en 1903. Elle est située au carrefour de Tha Pae et Wichayanon Road. La première fois que je l’avais vue il y a de ça quelques années, elle semblait en sale état et plus ou moins à l’abandon. Dernièrement, elle a retrouvée une seconde jeunesse, et c’est plaisant de voir un tel patrimoine préservé tant les vieilles maisons disparaissent trop souvent en Thaïlande.

tha pae road chiang mai

Le long de Tha Pae Road.

demeure de yong chiang

La demeure de Yong Chiang.

repos du tuk tuk chiang mai

Les tuk tuk n’avaient pas grand monde à trimballer…

Autre exemple de préservation, le manoir Kitipanit. Une superbe bâtisse de deux étages en bois de teck, dont la construction remonte à 1880. C’était alors le premier magasin général de Chiang Mai, ouvert par une famille d’immigrés chinoise. Maison qui appartient toujours à la cinquième génération des descendants qui sont arrivés ici à l’époque, et qui, après avoir délaissé l’établissement pendant 70 ans, a finalement transformé l’endroit en un chouette restaurant.

Évidemment en étant attentif, on remarque d’autres façades, sans que je puisse pour autant nommer ces bâtiments et en connaître l’origine. Mais pour qui s’intéresse à l’architecture, c’est intéressant à observer. Et la boucle sera (presque) bouclée en arrivant sur la place de la porte de Tha Pae, véritable symbole de la ville.

kitipanit chiang mai

La superbe maison de Kitipanit.

belle maison tha pae road chiang mai

Une autre ancienne maison bordant Tha Pae Road.

Pour nous, la journée n’était pas terminée, mais il étant temps de faire un break, et pour vous de même ! La suite vous mènera vers les temples situés juste au nord de la ville, mais je découperai ça dans un autre article que je vous partagerai prochainement, alors comme on dit, stay tune !

Bilan de cette balade sinon ? Et bien ça m’a permis de voir une autre facette de Chiang Mai, autre que des temples déjà, et c’est un très bon moyen de s’imprégner des charmes de la ville. Sans tous les touristes en plus, j’ai redécouvert avec plaisir les recoins de Chiang Mai que je connaissais le moins et je me suis régalé à faire ce parcours.

L'article vous a plu ?

Note globale 5 / 5. Nombre de votes : 2

Pas encore de vote. Soyez le premier à noter cet article !

L'article vous a plu ?

Suivez moi sur les réseaux sociaux

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.