Haut
  >  Voyage en Thaïlande   >  Provinces du Centre et l'Ouest   >  Uthai Thani : visite de l’étonnant Wat Tha Sung (temple de cristal)
4.1
(9)

Le Wat Tha Sung, son nom générique, auquel je me réfère aujourd’hui, est aussi connu sous le nom de Wat Chantharam. C’est l’une des principales attractions de la province d’Uthai Thani, région situé à 200 km au nord de Bangkok.

Le temple immanquable de la province d’Uthai Thani

Je l’évoque en intro, le Wat Tha Sung est certainement l’une des attractions majeure d’Uthai Thani. C’est la raison même pour laquelle je me suis personnellement intéressé à m’arrêter dans cette province jusqu’alors ignorée de mes « radars » d’intérêt.

Le temple possède une architecture unique, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur, lui valant plusieurs sobriquets en plus de ses deux noms officiels. Ce qui fait que moi-même, je l’appelais pendant longtemps par l’un de ces surnoms, le temple aux miroirs. Ce qui reste un surnom « non-officiel », car il est plus généralement appelé le temple de cristal ou comme je l’ai connue auparavant, le temple de verre. Autant d’indications qui donne clairement une idée de ce qui en fait un temple à part.

Petite histoire du Wat Tha Sung

Son histoire moderne va démarrer sous l’impulsion du vénérable moine, Luang Pho Ruesi Ling Dam. En effet, le temple d’origine datant de l’époque d’Ayutthaya, était alors un petit temple un peu endormi et oublié sur les berges du Sakae Krang. Le moine va réussir à attirer du monde en transformant le site en centre de méditation d’abord, et comme ce dernier était réputé pour cela, le temple va dès lors se développer en un complexe abritant quelques merveilles architecturales, attirant toujours plus de monde.

Ce « pari » réussi a fait de Luang Pho Ruesi Ling Dam une véritable « star » locale, et la popularité du site à fait s’étendre le temple des deux côtés de la route. Pour autant, de son vivant, le Wat Tha Sung restait encore qu’un temple assez modeste parmi tant d’autres. Son véritable essor démarrant il y a moins de 10 ans, vers 2013. Dans cet ensemble, on compte plusieurs zones, dont un parc, pour pratiquer la méditation dans un environnement naturel ainsi qu’une école.

portrait venerable luang pho ruesi ling dam uthai thani

Un portrait du vénérable moine.

Les bâtiments composant le temple

Ce qui frappe dès la première fois, c’est qu’on sent la taille importante du temple. Aujourd’hui, la partie au bord de la rivière, accueillant toujours un petit ubosot historique, n’est que la partie émergé de cet iceberg qu’est ce site religieux de premier plan. Le gros de son espace est maintenant situé de l’autre côté de la route. Rendez-vous compte, le temple s’étale aujourd’hui sur plus de 50 hectares (j’ai même vu le chiffre hallucinant de 80 hectares !), s’agrandissant en rachetant les terres avoisinantes au fur et à mesure des besoins pour le développement.

plan wat tha sung uthai thani - thailande

Une carte du temple, tellement c’est grand.

Des espaces pour méditer

Cet espace comprend divers bâtiments ainsi qu’un parc, et même une petite forêt à l’arrière. Vous pouvez marcher pendant 3 km et être toujours dans le temple.

Et pour se faire d’ailleurs, vous pouvez utiliser le mur d’enceinte, qui est aménagé autour des bâtiments principaux et du parc, comme un chemin de ronde, parfait pour s’adonner à la méditation (enfin, si ce dernier était 100 % fini). Tout le long, sont alignées des centaines de statues de bouddhas hautes de trois mètres.

mur enceinte du wat tha sung uthai thani - thailande

Un bout de l’enceinte entourant le Wat Tha Sung.

Viharn Kaeow : la chapelle de verre

C’est la « pièce maîtresse » du temple, malgré ça, la première fois j’ai même eu du mal à trouver l’entrée (étroite) vers ce qui est pourtant l’un des principaux édifices composant le temple, le Viharn Kaeow (วิหารแก้ว).

  • วิหาร ou « viharn » en latin = salle de prière, chapelle
  • แก้ว ou « kaeow » = verre (le matériau, mais désigne aussi le récipient)

Vous comprenez maintenant l’origine du surnom au temple. Mais pourquoi ce nom exactement ? En pénétrant le grand hall (attention aux horaires, voir ci-après), vous comprendrez tout de suite. L’effet Waow est garanti. On a l’impression de voir une espèce de galerie des glaces, sans l’aspect dorure et finesse des détails mais quand même.

devant hall wat tha sung uthai thani - thailande

L’entrée du grand hall aux miroirs.

entree plafond wat tha sung uthai thani - thailande

couloir wat tha sung uthai thani - thailande

Le Viharn est un long bâtiment de 100 m, recouvert de petits miroirs, partout. Sur les poteaux, au plafond, agrémenté par des lustres en cristal, tout brille de mille feux, nos yeux y compris. En s’habituant à ce scintillement, on commence à s’intéresser à ce qui se trouve dans cette salle. Et d’un côté, souvent bondé de fidèles y faisant une prière, se trouve une cloche de verre, exposant le corps momifié du vénérable Luang Pho Ruesi Ling Dam, décédé en 1992.

Il est courant en Thaïlande d’exposer des moines de cette manière, si ces derniers sont particulièrement reconnus comme maître de la méditation. De plus, si le Wat Tha Sung est devenu un monastère de premier plan, c’est grâce à l’influence et la ténacité de ce moine de partager son savoir. Cette grande salle fut par ailleurs inaugurée en 1987 par le roi Rama IX en personne, preuve de l’importance du temple obtenue dès cette époque.

De l’autre côté, vous remarquez un autel qui présente une statue de Bouddha. Cela pourrait être un peu n’importe quel style à vos yeux, mais il s’agit en fait d’une réplique du Phra Phuttha Chinnarat (พระพุทธชินราช), une représentation du célèbre Bouddha, qui se trouve au Wat Phra Si Rattana Mahathat à Phitsanulok et est considéré comme l’un des plus beaux de Thaïlande.

L’entrée est gratuite. En revanche, il y a des horaires particuliers pour accéder à l’intérieure de la chapelle de verre :

Horaires d’ouverture : 9h00 – 11h45 le matin puis 14h00 – 16h00 l’après-midi.

Prasat Thong Kham : le château doré

Autre construction valant le coup d’œil, le Prasat Thong Kham. Il faudra, pour vous y rendre, marcher un peu, si vous êtes sans transport, bien qu’il y ait souvent (plus le week-end) des tuk tuk locaux pour se faire. Ce n’est à vrai dire qu’à 700 m, en vous dirigeant vers la gauche en sortant du grand hall de verre.

Vous longerez d’abord un parc, que vous verrez bordé par le fameux mur d’enceinte et ses bouddhas. Vous passerez aussi devant un grand bouddha debout tenant un bol d’aumône, calé entre deux ailes d’un immeuble qui fait partie du complexe du Wat Tha Sung.

prasat thong kham uthai thani - thailande

Le « château » doré, Prasat Thong Kham.

En arrivant vers la structure à base carré, s’élevant telle une pyramide, vous comprendrez qu’il s’agit là du Prasat Thong Kham. L’allure générale ressemble beaucoup au Loha Prasat, un bâtiment annexe au Wat Ratchanatdaram, situé à Bangkok. On y retrouve les chedis habillant chaque toit au dessus des fenêtres, trois étages dont le dernier, abrite une statue de Bouddha, ici visible et dans un style typique de Sukhothai (debout en « train de marcher »).

Pour donner une idée de l’échelle de temps. Ce bâtiment en particulier, se voulait un cadeau pour célébrer les 50 ans de règne de Rama IX. Entamé en 1996, l’extérieur vient d’être seulement complété en 2018. Lors de ma première venue, les plafonds n’étaient pas encore compléter à 100 % avec leurs dorures et les prises électriques restaient sans interrupteurs pour la lumière.

Ce sont maintenant les finitions intérieures qui sont appliquées, dont les étages, pour l’instant fermés aux visiteurs. Cette structure, reprenant les codes de « château » plus ancien, similaire au Loha Prasat, se veut aussi résolument « moderne » puisque ce dernier inclut une batterie d’appareils permettant de contrôler l‘hydrométrie, important pour aider à la conservation du bâtiment.

L’intérieur est aussi scintillant, mais dégage une ambiance différente. Ici, c’est tout dans la dorure et parait plus élaborée si l’on tient compte des figures présentes sur les poteaux et les portes. C’est aussi parce qu’à l’heure actuelle, l’ensemble est vide. Seuls quelques coffres-forts pouvant accueillir des dons en guise de « meubles. Face à cette « pyramide », vous avez une place au bout, un autre bâtiment, blanc et plus sobre, dont je n’en connais pas la fonction, car je l’ai toujours vu fermé.

batiment sombat pho hai - wat tha sung uthai thani - thailande

Juste en face de la pyramide dorée.

Autres bâtiments

En plus des principaux cités, qui sont l’essentiel à voir au Wat Tha Sung, on peut y croiser d’autres bâtiments aux fonctions secondaires ou servant à héberger les laïques venant pratiquer la méditation (qui, soit dit en passant, semblent être majoritairement, si pas exclusivement des femmes).

Le mot d’ordre quant au style architectural global semble être « l’argent et le brillant », car c’est ce qui ressort sur pas mal de structures. On peut aussi y croiser un Bouddha debout juste devant un petit immeuble en U, et l’ensemble est une véritable curiosité à voir dans la région.

Emplacement et surface du Wat Tha Sung

L’article vous a plu ? partagez sur le Pinterest !

L'article vous a plu ?

Note globale 4.1 / 5. Nombre de votes : 9

Pas encore de vote. Soyez le premier à noter cet article !

L'article vous a plu ?

Suivez moi sur les réseaux sociaux

0

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.