Top
  >  Voyage en Thaïlande   >  Région nord   >  Lampang   >  Wat Phra That Lampang Luang – le temple immanquable à Lampang
wat phra that lampang luang nord thailande

Le temple le plus connu de Lampang n’est en fait pas située dans la ville même, mais à quelque 15 km au sud du centre-ville. Mais de par son nom et son importance, il est pour moi indissociable d’une visite à Lampang, dont le charme de la vieille vaut aussi une visite. Sa fondation remonterait au moins au XIIIe siècle, même si, selon la légende, Bouddha lui-même serait venu sur ce site en faisant don d’un cheveu, auquel s’ajouta plus tard des parties d’os en guise de relique, aujourd’hui à l’abri sous le chedi principal du temple. D’où le nom, Wat Phra That Lampang Luang, qui littéralement veut dire le “temple aux reliques sacrées de Bouddha de Lampang“.

Haut-lieu historique et architecture Lanna

Le temple est l’un des meilleurs exemples d’architecture de style Lanna en Thaïlande. Ses viharns, ouverts de tous côtés, sont typiques du style ancien Lanna, avec un mélange de style Thai Lü. Alors que certains temples ont été restaurés à l’aide de matériaux modernes et de techniques de construction modernes, le Wat Phra That Lampang Luang a été conservé dans son état d’origine.

De l’époque de sa fondation, on peut notamment y admirer une statue de Bouddha, placée dans une chapelle, une pièce unique d’une époque où cette partie de la Thaïlande s’appelait encore le royaume de Lavo. Le temple est situé sur une petite colline artificielle et pourrait avoir aussi servi d’avant-poste aux Birmans conquérant, d’où le mur d’enceinte fortifié l’entourant. Ce mur entourant le temple aurait donc été ajouté au début du XVIIe siècle. Plus tard, les villageois du coin, dirigé par Thippachak, réussirent à reprendre les lieux eds Birmans, valant une statue sur le côté du temple, en l’honneur du valeureux guerrier local.

Devant, on y croise des calèches à chevaux, devenu un des symboles de Lampang. Elles ont été amenées par le gouverneur local depuis Bangkok vers 1916, quand la ligne de chemin de fer est arrivée jusque Lampang. Utilisé alors comme taxi, c’est devenu au fil des ans une attraction touristique à part entière (aussi décriée soit-elle).

Un tour autour de la ville commence à 200 baht et dure environ 30 minutes. Si vous voulez un trajet plus long, le tarif est de 300 bahts / heure.

Emplacement du Wat Phra That Lampang Luang

Les différents bâtiments composant le temple

Déjà en arrivant au parking principal, vous serez baigné dans un ambiance typique de temple important comme ce dernier, où se forme toute une véritable économie autour. Plusieurs marchands ambulant se posent à même l’espace de stationnement, autour d’un arbre, seule source d’ombre. Les autres se repartissent dans des boutiques autour du grand parking, laissant de quoi acheter des souvenirs et se trouver à manger, un petit café et autres petits plaisirs si caractéristique de la Thaïlande. Vous aurez même plusieurs distributeurs si jamais vous êtes à cours de cash.

Avant même de se diriger vers l’entrée principale, vous pouvez si vous êtes curieux, jeter un œil au bâtiment secondaire qui se trouve juste en face du parking, là où stationnent plusieurs calèches alignées le long du mur. Vous aurez là un exemple typique de façade de temple du nord, chargée de décoration et colorée (des dorures sur fond rouge).

monsieur joue guitare lampang nord thailande

Un vieux monsieur jouant un instrument traditionnel sur le parking du temple.


viharn secondaire wat phra that lampang luang

Bâtiment secondaire en face du parking principal.

En repiquant sur le côté, vous verrez un escalier sur la gauche, qui mène à la partie arrière du temple, où se trouve les musées (j’en parle plus bas). Vous avez là la statue du héros local, évoqué plus haut ainsi qu’un service de location de sarong. Comme pour bon nombre de temples en Thaïlande, il est nécessaire de se couvrir les jambes et les épaules (pour mesdames) avant d’accéder au complexe. Si jamais vous n’avez pas de quoi faire, vous pouvez donc louer ici un sarong pour 20 bahts seulement.

En face du complexe, se trouve un bassin, dont je ne connais pas vraiment l’histoire, mais que je pense être d’origine, et pas loin sur la gauche, vous voyez un toit protégeant ce qui était soit l’ancien petit marché local. Nous sommes alors devant les marches menant à la grande porte d’entrée élaborée qui donne accès au complexe. L’escalier étant “classiquement” bordé de Nagas, qui sont gardés par deux statues de lions de chaque côté.

vue bassin wat phra that lampang luang - thailande

Vue du temple depuis le bassin.


escalier naga wat phra that lampang luang - thailande

L’imposant escalier menant au temple.

Viharn Luang

Une fois en haut, on se retrouve face à cet imposant viharn en bois de teck, construit en 1476, ce qui en fait l’un des plus anciens en Thaïlande.

Il a la particularité d’être ouvert sur tous les côtés. À l’exception des panneaux de bois en dessous du toit, qu’on peut qualifier de “murs” et qui contiennent du coup de magnifiques peintures murales représentant les histoires des vies antérieures du Bouddha, mais aussi quelques références historique. En regardant bien, vous y verrez des figures arborant des costumes de puissances étrangères. La raison étant que ces peintures sont plus récentes et datent du XIXe siècle, alors que la Thaïlande avait déjà plusieurs relations diplomatique avec l’Europe et les US.

Sous l’imposant toit à trois étages du Viharn Luang, tout respecte le style Lanna, à commencer par les piliers, décorés de lai kham, des motifs dorés sur laque noire. Sur l’espace central, on peut voir une zone dégagée avec des tapis au sol pour prier, devant une structure dorée, aux reliefs élaborés. C’est ce que l’on appelle un Ku, une sorte de niche où des images importantes de Bouddha sont enchâssée. Ici, il s’agit de Phra Chao Lan Thong.

Cette structure n’a pas été construite en même temps que le viharn, mais en 1563. Elle mélange les styles d’art de Chiang Saen et de Sukhothai, ce qui révèle le lien entre les royaumes de Lampang et de Sukhothai dans le passé.

Le chedi

Situé derrière le viharn, se trouve l’imposant chedi, recouvert de feuilles de bronze et de cuivre. Ces dernières ayant résisté au fil des siècles, elles ont changé de couleur pour donner cette teinte noire. Ce chedi est probablement la plus ancienne structure du temple, bien que l’on ne sache pas exactement quand il a été construit. Mais il est établi qu’une structure existait déjà à cet emplacement avant l’ajout des bâtiments actuels. On connaît par ailleurs la date à laquelle il a été agrandi et reconstruit, en 1449. Il sera de nouveau agrandi à la fin du XVe siècle, atteignant sa hauteur actuelle d’environ 45 mètres.

Ce stupa abrite selon la légende toujours, un cheveu du Bouddha. Une relique particulièrement importante faisant du Wat Phra That Lampang Luang l’un des temples les plus vénérés du royaume. De nombreux fidèles viennent ici chaque jour en faire trois fois le tour en priant (après je vous rassure, c’est pas blindé de monde tous les jours).

Si vous faites également le tour, vous verrez un panneau avec une indication en anglais ce qui est censer être une trace de balle, évoquant le passé “guerrier des lieux” du temps de l’invasion Birmane au XVIIe siècle.

chedi principal wat phra that lampang luang thailande

Vue arrière du Wat Phra That Lampang Luang et son chedi.


Une particularité du temple est cette possibilité de faire une donation afin de bénir le chedi. Il faut alors accrocher son billet sur un fil, lui-même relié au chedi. Puis vous pourrez faire monter une petite nacelle sous laquelle se trouvera un seau rempli d’eau bénite, qui, une fois hissée jusqu’au sommet du chedi versera par système de poulie, l’eau bénite en question.

Vous pouvez sinon comme on retrouve couramment dans les temples en Thaïlande, écrire sur un tissu vos vœux, ou simplement noms prénoms, date, etc. Ce long ruban à la teinte orangé, sera alors plus tard enroulé autour du chedi.

Viharn Phra Put

À côté du chedi se trouve le Viharn Phra Put, un viharn en bois plus petit sur une base en pierre avec un toit à deux niveaux. Ce viharn a été construit plus récemment en 1802, en remplacement d’une structure beaucoup plus ancienne. Il est toujours soutenu par ses piliers en bois de teck d’origine. Sa façade en bois magnifiquement sculptée est incrustée de mosaïques de verre colorées.

Sur chaque côté, vous verrez deux petites statues de bœuf, car ce temple a été construit l’année du bœuf. Il est donc considéré comme plus auspicieux pour les natifs de ce signe et considéré comme LE temple du bœuf en Thaïlande. Sachant qu’ailleurs dans le pays, vous trouverez des chedis et temples important correspondant à chacun des 12 signes zodiacales du calendrier chinois.

À l’intérieur, vous serez accueilli par l’image principale de Bouddha, dans sa position assise de “prise de la terre à témoin”, un classique. Ce dernier, posé sur un haut piédestal en face de l’entrée du viharn, mesure 5 mètres de haut. Sur la droite, vous verrez quelques statues de moines en cire très réaliste. Et dans le coin, vous y verrez quelque chose d’assez insolite ; un interstice permet de laisser passer la lumière, et par la même, le chedi vient se refléter sur une surface blanche telle une photo sur un négatif (surtout s’il fait plein soleil, par temps couvert ça marche forcément moins).

L’ubosot et Ho Phra Phutthabat

En faisant le tour de la cour, et donc du chedi, vous rencontrerez un ensemble d’autres chapelles. À commencer par la plus “visible” puisque cette dernière se trouve sur base en pierre, accessible par quelques marches. La chapelle Ho Phra Phutthabat abrite une petite sculpture “d’empreinte” du pied de Bouddha. Ce serait aussi la plus ancienne structure du temple puisque datant du XIIIe siècle.

Si vous lisez les petits panneaux, vous remarquerez alors que la chapelle est interdite d’accès aux femmes… Après vous ne loupez pas grand chose dedans, si ce n’est qu’un interstice au-dessus de la vieille porte en bois laisse passer la lumière. Cela provoque du coup un phénomène similaire au Viharn Phra Put. Un drap blanc occupe toute la transversale du petit intérieur et projette une belle image renversée du chedi.

À côté du Viharn Phra Put justement, sur la gauche du Ho Phra Phutthabat, se trouve un petit ubosot, qu’on appelle aussi salle d’ordination. Également construit vers la fin du XVe siècle, la structure a été entièrement rénovée en 1924. Elle possède un toit à deux niveaux et une façade avant magnifiquement habillée de dorures.

petit ubosot wat phra that lampang luang

L’ubosot.


Viharn Phra Sao Sila, Viharn Nam Tam et Viharn Ton Kaeo

Toujours en poursuivant le tour du chedi, vous passerez d’abord devant le viharn Phra Sao Sila, avec un toit à trois étages. Il s’agit d’un viharn également “ouvert” sur les côtés, arborant une architecture d’un style annonçant les prémices de ce qui allait caractériser le style Lanna. Il a probablement été construit au XIVe ou XVe siècle. La façade avant contient une figure Thewada (une sorte d’être céleste) et finement décorée avec une dominante de couleur or mais aussi du bleu.

Au fond, se trouve un ensemble de statues de Bouddha dont certaines doivent avoir de la valeur puisqu’elles sont derrière une grille fermée.

viharn phra sao sila wat phra that lampang luang

Le viharn Phra Sao Sila.


Le musée et autres bâtiments du complexe

À l’extérieure de l’enceinte principale du temple, à gauche du viharn phra Put, on peut visiter toute une autre partie du temple. Vous croiserez d’abord un bel arbre de la bodhi, l’arbre sacré du bouddhisme, juste à côté de la fortification. Vous ne pourrez pas le louper, car vous verrez une série de bâtons posés au pied de ce dernier et soutenant ses vieilles branches.

C’est aussi là que se trouvent les habitations des moines et les bâtiments pour l’administration du temple. Vous avez aussi trois petits musées, dont l’un demande une petite collation.

On y trouve des objets de cérémonie bouddhiste, des pièces de monnaie et billets de différentes époques, différentes statues de bouddhas, objets d’art, mais aussi des céramiques et divers manuscrits.

Informations pratiques

Se rendre au Wat Phra That Lampang Luang

Pour s’y rendre, il faut prendre soit un songthaew en le privatisant, soit un taxi depuis le centre de Lampang. Il n’existe malheureusement pas de transport public pour se rendre au village où se trouve le temple. Il y a 15 km séparant le temple du centre-ville donc comptez une vingtaine de minutes pour faire le trajet. Le coût devrait se situer autour des 200-300 bahts logiquement.

Horaires d’ouverture et tarif

Les portes du temple sont ouvertes de 7h30 à 17h00, tous les jours. Fait rare pour un monument de cette importance, l’accès est gratuit ! Évidemment une donation est toujours appréciée, mais nullement obligatoire et à défaut, le montant reste à votre discrétion et non imposée.

L'article vous a plu ?

Note globale 0 / 5. Nombre de votes : 0

Pas encore de vote. Soyez le premier à noter cet article !

L'article vous a plu ?

Suivez moi sur les réseaux sociaux

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

Comments:

  • Patrick

    10/08/2020

    Salut Romain
    Pas très assidu à tes carnets de voyage, car fort occupé…mais dès que je peux, je me délecte!!
    Une petite remarque, j’aime toujours pouvoir situer rapidement, géographiquement…merci de commencer tes articles avec un plan précis,s’il te plait!
    Bon voyage et qui sait, peut être un jour, sur les routes!
    Patrick de Belgique

    reply...

post a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.