Haut
  >  Voyage en Thaïlande   >  A voir / A faire dans Bangkok   >  Visiter Bangkok en 2 jours

Vous avez deux jours à consacrer à la visite de la capitale, voici une suggestion de comment remplir vos deux journées pour visiter les principaux sites de Bangkok.

Quelques conseils en général :

Pas besoin de se surcharger de bouteilles d’eau, vous en trouverez en vente partout le long de ce parcours, coût normal 10 ฿. Vous aurez des toilettes un peu partout aussi (si vous ne transpirez pas assez 😄 ) mais il est courant qu’elles soient payantes, souvent à 5 ฿, ayez donc toujours un peu de monnaie avec vous.

La petite astuce pour faire de la monnaie justement, achetez une bouteille d’eau au 7/11 (ces supérettes qu’on voit partout) avec un gros billet, ils auront toujours de la monnaie.

Enfin, geste de bon sens, pensez à mettre un chapeau, le soleil peut taper fort selon la saison.

1er jour à Bangkok

Pour votre premier jour de visite à Bangkok, je vous invite à découvrir les immanquables de la vieille ville, je vous dis tout dans mon article consacré : Visiter l’essentiel de Bangkok en une journée.

2e jour à Bangkok

Après avoir vu l’essentiel de la vieille ville, je vous propose donc de vous intéresser à d’autres quartiers de la ville. Dans l’idée, cela donnerait ceci :

  • Wat Saket (montagne d’or)
  • Maison de Jim Thompson
  • Siam
  • Chinatown

Carte résumant les sites de cette 2e journée à Bangkok

1- Wat Saket (montagne d’or)

Temps de visite : 1h

On commence par un temple à deux pas du centre historique. Le Wat Saket, de son nom complet Wat Saket Ratcha Wora Maha Wihan (en thaï : วัดสระเกศราชวรมหาวิหาร) est surnommé le temple de la montagne d’or, car il est caractérisé par son chedi doré au sommet, dominant une petite butte artificielle de 80 m, vestige d’une construction entamé par le roi Rama III (régnant de 1824 à 1851).

La construction s’affaissa du fait du terrain meuble sur lequel il est construit, juste à côté de deux canaux. Abandonnée pendant un temps, la construction partielle se recouvrit de végétation, lui donnant une allure de petite colline. C’est de cette époque que lui vaut son surnom de Phu Khao (ภูเขา), la colline. 

Son successeur Rama IV (1851-1868), fit alors construire un petit chedi au sommet. Ce dernier fut complété sous le règne de Rama V (1868– 1910). C’est alors qu’une relique importante du Bouddha, provenant d’Inde est enchâssé sous le chedi.

wat saket avant sa completion bangkok

La première version du Wat Saket, qui ne sera jamais terminée.


vieille photo wat saket bangkok

Lorsque le projet fut repris par Rama IV.

Arrivé aux années 50, le temple avait son allure actuelle, après que sa colline fut entourée d’un mur en béton afin d’empêcher la terre de s’éroder. Dernier changement en date, et là, je l’ai appris en rédigeant cet article, mais après avoir passé 111 dans le Wat Saket, la fameuse relique de Bouddha a déménagée.

Et je vous le donne dans le mille, c’est en France qu’elle est depuis 2009 ! En effet, à l’époque, le patriarche de Thaïlande a fait don de cette relique sacré à l’union bouddhiste de France. Cette dernière est depuis enchâssée dans la pagode du bois de Vincennes.

wat saket 1908 canal pont phan fa

Un des canaux au pied du Wat Saket en 1908.


photo recente pont phan fa wat saket bangkok

La même vue de nos jours.

Pour profiter du temple, c’est un peu une visite de « mise en forme », car pour gravir le Wat Saket, il vous faudra grimper les 377 (petites) marches du temple. Mais la vue en vaut la chandelle, car vous dominerez alors tout Bangkok sur un panorama à 360°.

Sur la montée, la première partie est couverte, avec souvent une brume artificielle rafraîchissante. Une cascade artificielle rajoute à ce cadre un peu irréaliste au cœur de Bangkok. Avant de vous attarder dans la partie couverte en haut des marches (gardez vos chaussures pour un fois), je vous invite à monter tout en haut, et faire le tour du fameux chedi dorée.

Vous verrez sur votre droite les tours formant la « skyline » de Bangkok, tourné vers le centre-ville, vous vous rendrez compte de l’étendue de la métropole. On distingue aussi très bien la tour Mahanakhon, plus haute tour de Bangkok à ce jour avec plus de 300 m.

montee chedi montagne or wat saket bangkok

Allez, encore 300 et quelque.


moine priant chedi montagne or wat saket bangkok

Le chedi au sommet.


Bangkok Panorama depuis Wat Saket

Et le panorama qui va avec.

De l’autre côté, vous serez face à la vieille ville. Vous devriez alors repérer le Grand Palais, mais aussi le Wat Pho et le Wat Arun, qui font partie des classiques que vous devriez avoir vu lors de votre première journée si vous suivez les indications de l’article précédent.

Sur l’un des côtés, en contre-bas, vous pourrez voir les habitations des moines du temple tandis qu’au loin, vous serez face à Chinatown. Une fois fait le tour, vous pouvez descendre d’un cran vous attarder sous le chedi, dans la zone de prière.

En dehors de sa « colline », le temple est peu visité, mais il a son charme et recèle quelques surprises, soyez curieux ;)

Tarif d’entrée : 50 ฿

Horaires d’ouverture : 8h00 – 17h00 (tous les jours, sauf exceptions selon événement important)

Chaque année au mois de novembre se déroule une fête importante au Wat Saket. Cette dernière se traduit par une procession puis une ascension du Phu Khao Thong à la bougie.

Se rendre au Wat Saket

Si vous dormez près de Khao San Road (Rambuttri, Phra Athit, Samsen Soi 1 à 4, ), il est tout à fait possible de s’y rendre à pied. Il suffit de remonter l’avenue principale de Ratchadamnoen et avec une carte, vous devriez facilement trouver. Autrement, il reste les tuk tuk.

Si vous arrivez du quartier Siam, Sukhumvit ou quelque part le long du canal de San Saep, vous pouvez emprunter le bateau public y circulant, le Wat Saket se trouvant non loin du terminus de ce dernier.

Normalement, vous devriez arriver par l’entrée de derrière, vers le quartier des menuisiers. Il y aura sûrement quelques tuk tuk stationnées devant (les prenez pas d’ailleurs, c’est surtout des arnaqueurs). Une fois dans l’enceinte du temple, dirigez vous à droite pour arriver aux escaliers de l’entrée, il y a un sens de montée, si vous voyez d’autres marches sans comptoir, c’est parce que c’est la descente (et ce n’est pas bien de gruger).

canal san saep bateau public wat saket

Le canal où passent les bateaux public à côté du Wat Saket.

Quai Phanfa Bridge – 9 ฿ (si provenance depuis Pratu Nam)

Lignes 8, 15, 47, 49 (entre autres) – tarif selon ligne et distance

Avec compteur (meter) – tarif selon distance (autour des 150 ฿)

Il fut un temps où ce temple était encore gratuit à visiter (je parle d’il y a seulement 4/5 ans). Depuis l’arrivée massive des touristes chinois en Thaïlande, le Wat Saket, bien qu’encore épargnée par le trop grand nombre de touristes, est devenue payant, passant dans un premier temps à 20 Bahts, puis 50 Bahts une année plus tard.

Et si auparavant la tenue ne faisant pas particulièrement l’objet de restrictions, les règles sont maintenant devenue plus strictes (après certes, c’est un temple). Gardez à l’esprit qu’il faut avoir les genoux couvert ainsi que les épaules et pas de décolleter pour mesdames.

Il y a sur place des sarongs à louer si vous ne voulez pas ajouter une couche de vêtement sur vous toute la journée.

Bon à savoir

Comme tout lieu touristique, la zone autour du Wat Saket est sujette aux arnaques. Pas de quoi s’affoler, la seule vraiment opérante dans le coin vient de la présence des tuk tuk. Ces derniers, outre d’abuser sur les tarifs, auront tendance à vouloir vous imposer faire une balade en bateau sur les klongs ou autres magouilles relatives aux tuk tuk (boutiques de bijoux, tailleurs, etc.).

Comment éviter cette arnaque ? Éloignez-vous simplement du temple et arrêtez plutôt un tuk tuk en cours de circulation et disponible pour vous emmener à votre prochaine destination. Ou mieux, utilisez l’application Grab.

2- Maison de Jim Thompson

Temps de visite : 1h

La maison de Jim Thompson est un musée situé au cœur du quartier Siam, le centre commercial de Bangkok. L’endroit contraste pas mal du coup avec les buildings modernes entourant la maison composée d’en ensemble de maisons traditionnelles thaïlandaise sur pilotis (si on fait abstraction du quartier de Ban Krua situé juste de l’autre côté du canal, j’en parle plus bas).

maison jim thompson bangkok

Dans la cour de la maison de Jim Thompson

Construite à partir de 1953, celle qui aujourd’hui sert de musée était autrefois la demeure de Jim Thompson, un homme d’affaire américain, connu pour avoir relancé l’industrie de la soie en Thaïlande. Si sa disparition en 1967 reste un mystère, son héritage est lui bien connu. Jim Thompson étant devenu une marque reconnue produisant des vêtements, cravates, sacs et autres accessoires en soie.

Mais la maison est un peu comme une vitrine de cet héritage, un mélange entre les cultures thaïlandaises et occidentales, que ce soit d’un point de vue artisanat, mais aussi architectural.

Jim Thompson était architecte de formation, il a aménagé sa maison avec des touches européennes tout en mêlant le caractère thaïlandais de ces maisons en bois de teck. De plus, c’était un grand amateur d’art et collectionnait des statues et objets anciens aujourd’hui toujours visible dans la décoration composant la maison.

soie jim thompson house

Toujours avec le sourire 😉

Point appréciable, la visite se fait en français et il y a peu d’attente même s’il peut y avoir du monde. Pour compléter la visite, je vous invite à vous rendre dans le quartier originel où était fabriqué le tissu de soie à l’époque où Jim Thompson s’était installé sur les rives du canal San Saep.

Ce quartier, Ban Krua, juste de l’autre côté du canal, possède encore deux maisons produisant artisanalement et à petite échelle, des rouleaux de soie. Pour en savoir plus, je vous invite à lire mon article consacré à la maison de Jim Thompson).

traversée vers le quartier de ban krua bangkok

En traversant le canal après la maison de Jim Thompson pour se rendre au quartier de la soie de Ban Krua.


chemin longeant canal ban krua

Le long du canal.

Tarif d’entrée : 200 ฿ (adulte) / 100 Bahts (moins de 22 ans)

Horaires d’ouverture : 9h00 – 18h00 (tous les jours, dernière visite à 17h)

Se rendre à la maison de Jim Thompson

Si la maison est accessible facilement par BTS (le métro aérien), en s’arrêtant à la station National Stadium puis en prenant la sortie 1 (Exit 1), là encore, je pars du principe que vous suivez les recommandations et donc l’ordre de cet article.

Auquel cas, vous arriveriez depuis le Wat Saket. Dans ce cas, c’est par bateau qu’il est le plus direct et facile de rejoindre la maison. Pour se faire, rejoignez le canal se trouvant non loin de la montagne d’or, à droite en sortant de l’entrée de la rue Boripat (la rue des menuisiers).

Le quai « Phanfa Bridge » se trouvera juste après le pont du même nom (Phanfa). C’est le terminus, donc prenez n’importe quel bateau qui vient d’arriver. Les tickets se prennent dans le bateau directement et coûtent seulement 9 ฿.

Descendez à la station Sapan Hua Chang Pier (il y aura deux arrêts avant).

Quai Saphan Hua Chang – 9 ฿ (si provenance depuis Pratu Nam ou Phanfa Bridge)

Ligne Silom – station National Stadium

Bon à savoir

Au quai Phanfa Bridge, vous verrez un mec à droite cherchant à vous vendre un forfait bateau pour touriste. C’est un bateau qui marche sous la forme d’un « hop on / hop off ». Comprenez par là que vous pouvez monter et descendre à autant de stop que vous voulez, en plus d’être tranquille puisque c’est du coup un bateau dédié (souvent vide).

Ce n’est pas une arnaque mais à 200 ฿ par personne, je trouve que c’est dur à rentabiliser sachant qu’un ticket jusqu’à Pratunam (Central WorldPantip Plaza, Chitlom) est à 9 ฿, et la partie suivante vers Sukhumvit à 20 ฿, il faut au moins s’arrêter 10 à 20 fois pour un tarif équivalent… Disons que c’est bien pour être peinard et ne pas se taper les arrêts, c’est sûr, mais ça enlève au « charme » de prendre les transports en commun comme un local, avec les locaux donc.

3- Quartier Siam

Temps de visite : variable selon vos humeurs et envies de shopping

En tant que tel, vous n’êtes pas obligé de vous y arrêter. Mais c’est l’occasion d’avoir un aperçu d’une autre facette de la ville et ne pas uniquement voir que l’aspect historique de la ville. Depuis la maison de Jim Thompson, je vous propose d’expérimenter les contrastes qu’on peut voir dans Bangkok, en passant du quartier tranquille de la maison au cœur de la frénésie commerciale et moderne. Ce petit tour étant à la base pour rejoindre le train aérien (BTS) à la station Siam et continuer votre journée vers Chinatown.

Personnellement, quand je visite une ville, j’aime bien voir autant le vieux que le neuf, car c’est un ensemble qui compose une cité et pas juste un aspect ou l’autre qui devrait prédominer.

en longeant canal san saep bangkok

En longeant le canal opposé à la maison de Jim Thompson, en revenant de Ban Krua et peu avant de revenir vers l’avenue principale, peu pas être plus précis !

Je précise cela, car certains seraient d’ordinaire pas emballé à l’idée de voir s’étaler des magasins et la richesse sous leurs yeux, partant du principe qu’on peut voir ça ailleurs, et que ce n’est pas vraiment la « culture » Thaïlandaise. Mais ça fait pourtant bien partie intégrante de la vie des Thaïlandais. Beaucoup pensent que ces grands magasins sont destinés aux riches touristes et c’est bien mal connaître le pays.

Les inégalités sont grandes en Thaïlande, c’est un fait, surtout quand on débarque justement du petit quartier voisin de Ban Krua. Mais il y a une large palette de la population appréciant les nombreux commerces, restaurants que l’on peut découvrir à l’abri de la pluie lorsque c’est la saison, et surtout, au frais.

Pour se faire, revenez vers le quai du bateau d’où vous devriez être arrivé si votre journée est toujours basée sur cet article. Et continuez sous le pont. En longeant le trottoir, vous passerez l’entrée du Palais d’une des princesses puis arriverez juste après au Siam Discovery.

centre ville siam discovery bangkok

Une vue sur le Siam Discovery.

Passez à travers le bâtiment, puis, vous entrerez ensuite dans un autre centre commercial, le Siam Center. Il apparaît comme un centre commercial comme un autre depuis sa rénovation complète récente, mais il s’agit là d’un des tout premiers centres commerciaux de la ville, présent dès 1973.

Idem, traversez le, mais en montant à un moment donnée d’un étage. Suivez les panneaux indiquant le BTS, mais sortez plutôt vers l’esplanade devant que vers la station de BTS (qui sera sur votre droite). Vous serez alors sur le parvis du Siam Paragon, l’un de centres commerciaux iconiques de la ville, construit en 2006 en remplacement d’un grand hôtel.

Derrière vous se trouvera alors l’imposante station du train aérien, SIAM, où se croisent les lignes Silom et Sukhumvit. Si vous êtes curieux un minimum, je vous invite à faire un tour à l’intérieur du Siam Paragon. Au 3e étage, vous pourrez même y voir des vitrines exposant des voitures de luxe comme des Roll RoyceAston Martin ou Porsche pour ne citer que celles-là.

centre ville siam center bangkok

Le Siam Center vue depuis l’autre côté de la route.


interieur siam center renove bangkok

À l’intérieur du Siam Center.


place fontaine siam paragon bangkok

Et en déboulant sur la place donnant vers le Siam Paragon.


magasin porsche siam paragon bangkok

Dans le Siam Paragon.

Si vous traversez le bâtiment, vous arriverez vers la zone au sous-sol consacré à la restauration et notamment son food center, sorte de cantine avec plein de choix de plats. Il y a aussi un aquarium géant au sous sol, le SEA LIFE Bangkok Ocean World. Une fois fais le tour comme bon vous semble, vous aurez bien profité d’un peu de fraîcheur, il sera temps de rejoindre la plateforme du BTS de la station Siam et cherchez le quai de la ligne Silom (direction Bang Wa).

Bon à savoir

Si les centres commerciaux ne vous intéressent vraiment pas, rejoignez directement la ligne de BTS Silom, station National Stadium, en revenant sur la rue principale depuis la maison Jim Thompson.

4- Chinatown

Temps de visite : environ 2h à ++

Chinatown représente l’un des quartiers historiques de Bangkok les plus iconiques. D’abord par sa taille, le quartier chinois de Bangkok étant l’un des plus vastes au monde (hors chine) mais aussi par son aspect particulièrement grouillant, de jour, comme de nuit.

Car si en journée c‘est un quartier animé par les nombreux commerces s’y trouvant, le soir laisse place à toute une série de restaurants de rue alignés le long de l’artère principale. Beaucoup proposent des spécialités à base de fruits de mer et crédités, mélangeant les saveurs thaïlandaises et chinoises.

Chinatown est un dédale de ruelles où l’on trouve de tout, parmi les magasins et restaurants, temples chinois, on croise autant des étals avec de la nourriture à gogo, du thé et des épices, des boutiques dédiés à l’aspect religieux et croyances mais aussi toutes sortes de produits à bas coût qui peuvent être acheté en gros, sacs, chaussures, bijoux fantaisistes, you name it.

Là encore, partant du principe que vous suivez toujours les recommandations de cet article. Je résume donc, vous venez de visiter la maison de Jim Thompson, petit tour dans le quartier Siam et vous voilà normalement à arriver en métro. Voici donc partant de ce postulat, quel parcours effectuer à Chinatown pour en avoir un bon aperçu.

porte entree officielle chinatown bangkok

La porte marquant l’entrée du quartier chinois.

Wat Traimit et le Bouddha d’or

Et on commence par un des éléments phare de ce quartier, le temple du Bouddha d’or, et son imposante statue composée de 5,5 tonnes d’or.Avec ces 3 m, c’est la plus grande statue en or du monde. Travaillée dans le style dit de Sukhothaï, son âge exact et sa provenance reste à ce jour un mystère. Plusieurs éléments tendraient à indiquer que cette statue aurait été élaborée il y a 700 ans et proviendrait d’Inde.

Le temple est situé juste à côté de la grande porte indiquant l’entrée officielle de Chinatown (comme c’est généralement dans tous les quartiers chinois du monde).

Ce temple à l’histoire atypique est situé non loin de la gare de Hua Lamphong, d’où vous devriez arriver via le métro souterrain (MRT, voir rubrique se rendre au Wat Traimit).

vue sur porte chinatown bangkok

La porte de Chinatown et le temple.


wat traimit - temple bouddha d'or bangkok

Le bâtiment principal du Wat Traimit abritant aujourd’hui le Bouddha d’or.

Par atypique, j’entends que la statue abritée ici, était située autrefois dans un temple à Ayutthaya, et fut pendant longtemps ignorée quant à sa véritable valeur, et seulement révélée par hasard bien plus tard.

Si je résume, la précieuse statue a été sauvegardée des pillages en étant recouverte de plâtre durant la guerre opposant le Siam aux Birmans, juste avant la chute de l’ancienne capitale, il y a de ça plus de 200 ans. Devenant en apparence une statue comme tant d’autres, elle resta en l’état dans le champs de ruine qu’était devenue Ayutthaya.

Lorsque Bangkok fut fondé en 1782, on rapatria autant que possible les statues en bons états pour les placers dans les nouveaux temples sortant de terre dans la nouvelle capitale. La statue est alors transportée parmi d’autres par bateau via le Chao Phraya et placée dans un petit temple quelconque sur les rives du fleuve. Au début des années 30, le temple en question était à l’abandon et désuet, on hésita pas à le rasé pour faire place à des travaux d’aménagement des berges du fleuve Chao Phraya. Bien que peu reluisante, la statue fut alors déplacer au Wat Traimit Wittayaram, pour rester dans le quartier chinois. 

interieur wat traimit bouddha or bangkok

L’intérieur du temple du Bouddha d’or.

Le temple était alors un petit temple sans envergure, avec peu de moyens et considérant la statue de moindre importance car toujours recouverte de son plâtre, elle fut laissé dehors sous un simple abri en tôle pendant plus de 20 ans. Ce n’est que lorsqu’ils ont réussi à trouver des fonds pour construire un bâtiment supplémentaire qu’ils décidèrent de la placer dedans.

C’est en 1955 que le déplacement se fait. Nous sommes alors en pleine saison des pluies et une grue alors affrété devait la déplacer avec précaution, mais une élingue céda et la statue tomba dans la boue. Selon les croyances locales, ce genre d’incident est considéré comme un mauvais présage. Sur le moment, tous les ouvriers prirent peur et abandonnèrent la statue en l’état. Et en guise de mauvais augure, en effet ce jour-là, un violent orage se déchaîna toute la nuit, noyant la ville sous des trombes d’eau.

bouddha en or wat traimit bangkok

Ça brille bien !

Ce n’est que le lendemain que le moine supérieur de la pagode décide d’évaluer les dégâts. En frottant la boue pour essayer de laver la statue, il distingua une fissure sur la couche de stuc, laissant apparaître dessous un métal brillant. C’est alors qu’après toute ces années, dont le stratagème initial à Ayutthaya avait été complètement oublié, on s’aperçu que cette statue anodine était en fait or massif.

Lorsque la nouvelle fit le tour de la ville, le temple acquit dès lors une renommée et une fréquentation jamais démentie depuis. Le bâtiment actuel où se trouve la statue a été construit spécialement en 2010 pour offrir un abri digne de ce nom.

Tarif d’entrée : 40 ฿ pour le Bouddha + 100฿ pour également voir le musée (soit 140 ฿ pour voir les deux)

Horaires d’ouverture : 8h00 – 17h00 (préférable d’arriver au moins 1/2 heure avant la fermeture)

Se rendre au Wat Traimit

Si vous suivez le fil de cet article, vous aurez donc pris le métro aérien depuis la station Siam, descendez à la station Sala Daeng et suivez les panneaux pour rejoindre l’autre métro, souterrain cette fois (MRT) à la station Silom.

Descendez à la station Hua Lamphong et sortez à la sortie n°1. Allez tout droit pour traverser le pont enjambant un canal et tournez à gauche à la 2e rue (donc pas la rue longeant le canal, celle d’après).

Depuis Siam : ligne Silom jusqu’à Sala Daeng (22 ฿) puis ligne Bleue (Blue Line) – station Hua Lamphong (19 ฿)

Quai Marine Dept. puis 800 m jusqu’au temple en remontant le Soi Wanit 2 puis Soi Yaowarat 1 jusqu’au rond-point de la grande porte.

Bon à savoir

Dress code à respecter là aussi. Vous pouvez louer sur place des sarong pour 20 ฿ si jamais vous ne voulez pas vous charger d’affaires inutilement.

Le ticket d’entrée se décompose en deux partie. Si vous montez qu’en haut voir la statue, c’est juste 40 ฿, mais il est aussi possible si vous en avez le temps, de visiter le musée associé au temple, situé au 2e étage du bâtiment. Ce dernier retrace l’histoire de chinatown et de ce temple, exposant notamment des morceaux du plâtre original qui recouvrait la statue.

Balade à pied à Chinatown

Partant donc du Wat Traimit, sortez devant le temple au niveau de Charoen Krung Road, et remontez la rue par la droite. Vous passerez un premier carrefour et au second, continuez sur Charoen Krung en longeant le trottoir côté droit. Se faisant vous passerez une zone de vendeurs de tickets de loteries, d’amulettes, de babioles en tout genre, restaurants de rue et un premier temple chinois.

Arrivé au prochain carrefour, empruntez la rue Phlap phla Chai sur 30 m et enfoncez vous dans la petite rue Charoen Chai 2. Ne vous inquiétez pas, je sais que dit comme ça, les indications ne sont pas forcément claires sans connaître l’environnement autour, mais je vous fournis une carte après pour mieux situer.

Dans cette ruelle, vous serez entouré par de vieilles maisons qu’on appelle « shophouses » (littéralement, maisons magasins), toute ou presque, dédié à la culture chinoise et notamment celle, consistant au nouvel an chinois et aux dates anniversaires d’un défunt, à lui envoyer des présents dans l’au-delà. Cela se fait en brûlant des effigies en carton représentant des vêtements (généralement de luxe, tant qu’à faire), des billets de banque du « paradis », cartes de crédit, et même carrément des voitures (avec chauffeur) ou des villas entières.

vieille rue chinatown bangkok

Dans une vieille rue de chinatown.

vieille facade chinaotwn bangkok

Au prochain croisement, prenez la ruelle à gauche (Itsara Nuphap) pour revenir vers la route principale de Charoen Krung. Vous serez à côté de la nouvelle station de métro Wat Mangkon, tirant son nom du temple chinois du même nom (le Wat Mangkon Kamalawat) situé non loin sur votre droite. C’est le principal temple chinois et le plus grand de tout Bangkok, fondé vers 1871.

Si vous continuez sur Itsara Nuphap en traversant Charoen Krung, vous serez dans une ruelle dédié à la nourriture. C’est là que vous croiserez toute sorte de spécificités chinoise, dont le canard laqué, choux chinois, beignets à la vapeur (dim som) et des épices, fleurs de thé, etc.

Environ 50 m après l’entrée dans cette ruelle, sur votre gauche, vous pourrez jeter un œil au Leng Buai Ia Shrine. Coincé au milieu des habitations, c’est un petit temple tranquille avec toutes les caractéristiques d’un petit sanctuaire chinois, de l’encens, du rouge, du dragon et du doré. 

interieur wat mangkon quartier chinois bangkok

L’intérieur du Wat Mangkon.


petite rue itsara nuphap commerces epices chinatown bangkok

Dans la petite rue Itsara Nuphap.

commerce ruelle itsara nuphap quartier chinois bangkok

sanctuaire chinois leng buai Ia quartier chinois bangkok

La cour devant le sanctuaire chinois de Leng Buai La, juste en retrait de la petite rue d’itsara Nuphap.


interieur leng buai Ia shrine chinatown bangkok

Le sanctuaire de leng Buai La

Au bout de la ruelle Itsara Nuphap, vous débarquerez sur l’avenue principale composant le chinatown de Bangkok, Yaorawat. C’est l’artère se transformant en restaurant de rue géant le soir venue. En journée, c’est des boutiques vendant des bijoux en or, vendeurs de fruits et une circulation continue donnant aspect assez grouillant à l’endroit. En regardant de chaque côté de la rue, vous serez entouré par toute une série de grand panneaux sur la devanture des différents magasins, tout écrits en chinois, pas de doute, vous êtes bien au cœur du quartier chinois de Bangkok !

Si vous en avez assez, vous pouvez très bien arrêter la visite-là. Certains s’avouent là vaincu, n’étant pas à l’aise avec la foule, conjuguée à la possible chaleur. 

marchands fruits chinatown bangkokpanneaux yaowarat chinatown bangkok

rue principale quartier chinois bangkokrue quartier chinois bangkok - thailande

Pour les autres, traversez juste en face depuis la rue Itsara Naphap pour rejoindre la Soi Yaorawat 11, en passant sous le portique, autour duquel s’agglutine plusieurs vendeurs de fruits (cerises, pommes, fraises, mangues, ananas, un peu de tout selon les saisons). Ne prenez pas la première à droite mais la seconde, qui sera une nouvelle ruelle, assez étroite, Soi Wanit 1 (anciennement connue sous Sampeng Lane).

Le long, vous aurez toute sorte de boutiques avec une particularité, tellement l’endroit est pas large et les magasins ont tous la clim, l’air y est donc frais à même la rue ! Beaucoup de gens l’empruntent pour y dénicher tout et n’importe quoi, des simples montre, aux chapeaux, objets électroniques et d’autres, saisonniers comme les costumes d’Halloween, déco de Noël ou les cœurs de la Saint Valentin pour ne citer que ça.

En sortant de la ruelle au croisement avec la rue Ratchawong, si vous continuez tout droit en poursuivant de nouveau dans la ruelle, couverte cette fois, vous arriverez à Prahurat, le quartier indien de Bangkok. Selon l’heure et votre soif de découverte, ça reste envisageable d’y faire un tour. Autrement, vous pourrez rejoindre le quai pour le bateau public en partant à gauche pour rejoindre le Chao Phraya. Vous croiserez une belle bâtisse au croisement de la rue Song Wat.

sampeng lane chinatown bangkok

Dans la ruelle de Sampeng Lane (Soi Wanit 1).


vieille batisse chinatown bangkok

La belle bâtisse au croisement de la rue Song Wat.

Vous pouvez alors prendre une navette jusqu’à la station Saphan Taksin et prendre le BTS pour revenir vers votre hôtel si besoin est. Vous pouvez aussi descendre à l’arrêt d’après (Wat Rajsingkorn) pour rejoindre The Asiatique, une zone commerciale populaire au bord du Chao Phraya et où se trouve une grande roue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La balade à chinatown résumé sur une carte

2

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visiter Bangkok en 2 jours

by Romain time to read: 23 min
0