Haut
  >  Voyage à Hong Kong   >  Victoria Peak : visite au sommet de l’île d’Hong Kong
vue hong kong central victoria peak

Avec une élévation à 552 m, le pic de Victoria, nommée d’après la reine Victoria d’Angleterre (dont je rappelle qu’Hong Kong en était une colonie jusqu’en 1997) est en effet le sommet de l’île principale d’Hong Kong.

C’est le spot idéal pour observer la ville dans son ensemble et notamment le quartier Central, avec ses innombrables gratte-ciels. L’occasion aussi d’utiliser son vieux tram et pour s’y rendre, de traverser des quartiers typiques.

Marché et street art à Central

Mais avant se rendre au sommet, on souhaitait se (re)balader un peu dans le quartier autour de notre hôtel (on partait depuis le Homy Hotel Central). Quand je dis (re) c’est dans le sens où nous étions à Hong Kong il y a tout juste deux mois auparavant et qu’on avait déjà donc été vers le quartier Central même. Le contexte étant que si la première fois, c’était de « simples » vacances, il se trouve que j’allais aux États-Unis deux mois après cette première visite d’Hong Kong. Hors, partir aux US depuis Hong Kong revenait moins cher que depuis Bangkok direct (car plus de choix).

On se retrouvait donc à refouler les pieds dans la région autonome (c’était déjà il y a deux ans, c’est dire le retard que j’ai tendance à accumuler sur le blog…). C’était l’occasion « rêvée » de compléter les visites qu’on n’avait pas eu le temps de faire la première fois, notamment parce que la météo avait été un peu chaotique. On avait donc au passage choisit un différent quartier pour se loger, ce qui explique ce lieu de départ, différent de celui que vous auriez pu lire dans un article précédent concernant nos 5 jours à visiter Hong Kong.

Pour en revenir au fil de mon paragraphe, on avait concrètement 1,6 km pour se rendre jusqu’au tram montant au pic Victoria depuis notre hôtel. Et pour se faire, on n’avait même pas à faire de détour pour faire des visites et un parcours intéressant. En l’occurrence, on passait par Graham Street, où se trouve un marché réputé, notamment pour ses fruits. C’est aussi le long de cette même rue et dans la zone que l’on peut trouver des peintures murales, dont une, qu’on avait « désespérément » cherché la dernière fois ! Et qu’on a justement fini par croiser.

Victoria Peak et le mythique funiculaire

Prochaine étape, rejoindre la station pour prendre le fameux Peak Tram, le vieux funiculaire construit dès 1888, permettant d’accéder au point de vue du pic Victoria. Cela reste le plus pratique et plus sympa à faire, en revanche, ce n’est certainement pas l’option la moins chère. Avec un aller-retour à 52 HK$, cela revient à 6 €, ce qui reste raisonnable mais en bus, vous pouvez prendre la ligne 15 et vous en sortir pour même pas 10 HK$ l’aller soit moins de 2 € l’aller-retour.

Au tarif du tram, s’ajoutait dans notre cas l’accès au Sky Terrace 428, pour 52 HK$ supplémentaires (pour les adultes, moitié prix les enfants et seniors), cela permet d’accéder à la terrasse ouverture d’où l’on obtient la fameuse vue surplombant les immeubles de Central.

Aller :

Aller-retour :

Tarif adulte

37 HK$

52 HK$

Tarif enfant (jusqu’à 11 ans) et senior (+ 65 ans)

14 HK$

23 HK$

Tarif aller : 9.8 HK$

Avant de rejoindre la station, on passait devant quelques bâtiments anciens comme le Fringe Club, avec sa façade daté à 1913 la maison de l’évêque (Bishop’s House) ou bien encore la cathédrale Saint-John (qui en français serait plutôt Saint-Jean).

fringe club - hong kong

Le Fringe Club.

bishops house - hong kong

Bishop’s House.

cathédrale saint john - hong kong

La cathédrale Saint-John.

Il y avait certes du monde, mais ça restant d’autant raisonnable ce jour-là que le tram est régulier, en tout, on a attendu à peine une dizaine de minutes avant d’embarquer. La montée ne dure que quelques minutes et nous dépose à la station juste en dessous du Sky Terrace. La zone a apparemment été complètement refaite et rénovée récemment. En plus des points de vues, il y a aussi des espaces commerciales et de quoi se restaurer.

carrefour entree peak tram - hong kong

En arrivant au quai du funiculaire.

station funiculaire peak tram - hong kong

Dans l’attente du funiculaire.

interieur funiculaire peak tram - hong kong

C’est parti pour la montée avec le « Peak Tram ».

montee funiculaire victoria peak - hong kong

interieur sky terrace 428 - victoria peak - hong kong

À l’intérieur du Sky Terrace pour accéder à la plateforme au sommet.

Malgré une légère brume, il faut admettre que la vue est superbe et nous n’avions pas à nous plaindre sur le temps qui était avec nous ce jour-là. Après être resté 20 minutes à admirer la vue sous tous les angles (on aperçoit aussi la côte sud), on jetait un œil à un autre point de vue après avoir grignoté et fait une pause dans un café. L’avantage de cet autre spot est qu’il est gratuit. Répertorié sous le nom de Victoria Peak’s Lions Pavilion, l‘accès se fait par une porte chinoise (ronde), entouré par deux statues de lions chinois. Si vous êtes sur un budget serré, cette vue est déjà bien suffisante pour apprécier les lieux. On est alors juste au-dessus d’une ancienne station du funiculaire et on peut voir arriver ce dernier au terminus du Sky Terrace.

Hong Kong Park

En redescendant du pic Victoria, on passait par le Hong Kong Park, où se trouve notamment une volière, des bassins à tortues et espaces de jeux pour enfants. Ce qui m’intéressait dans mon cas, c’était la tour d’observation (marqué Vantage Point sur Google Maps), quitte à être dans la journée « point de vue », autant en rajouter une couche. Cette tour permet de dominer le parc et les immeubles du quartier Admiralty l’entourant.

L’avantage d’Hong Kong est de posséder de nombreux petits espaces vert, ce qui fait qu’on trouve toujours un coin de verdure où se poser quelque part. C’est mieux qu’à Singapour, où je vous en parlais dans mon article sur Gardens by The Bay, car si la cité-État comptabilise 77 m² par habitant en espace vert, ce qui est déjà très bien, on dépasse les 100 m² à Hong Kong ! Car oui, tout est perçu comme une ville étriquée et sans espace tout court alors qu’en fait, la région autonome est limitée en zones constructibles. Résultat, pas moins de 75 % sont des espaces verts non construits et protégés pour la plupart.

Hong Kong Park n’est donc qu’un exemple parmi d’autres. Et s’il reste de taille modeste, ça reste toujours agréable de marcher entouré de nature plutôt que sur un trottoir bondé.

Hong Kong Museum of History et Science Museum

Passé le parc, nous étions alors en milieu d’après-midi et Jitima voulait aller à l’un des musées de la ville, situé de l’autre côté vers Kowloon (à côté de Tsim Sha Tsui). C’est donc après un petit coup de métro qu’on se rendait au Hong Kong Museum of History, où se trouve aussi le Hong Kong Museum of science. J’étais amusé par une série de soldats de l’Empire alignés dans les escaliers, référence à une expo Star Wars en cours dans le coin. Par contre le musée lui-même, c’est tombé à l’eau… Puisque ce dernier ferme le mardi, et c’était justement ce jour-là qu’on s’y rendait (comme quoi ça peut aider de se renseigner un minimum en amont…).

rue boisee - hong kong

marches hong kong museum history and science

Les marches au pied des musées.

Pour les infos concernant les musées (horaires et tarifs d’admission) :

Comme jusque-là, on n’avait pas encore mangé, même s’il était assez tôt pour dîner (habitué en Thaïlande à manger à n’importe quelle heure de toute façon), on s’était mis au « défi » de revenir au restaurant où l’ami de Jitima qu’on avait vu lors de notre premier séjour à Hong Kong deux mois plus tôt. Ce dernier était étudiant avec Jitima du temps où elle était en Australie et ils avaient gardé contact. On s’était donc rencontré le temps d’un repas à Tsim Sha Tsui le soir de la journée où nous avions visité le grand Bouddha de Tian Tan et le village de pêcheur de Tai O.

C’était un « défi » en ce sens qu’on s’est laissé porter après s’être donné rendez-vous à une sortie de métro et qu’on n’avait pas vraiment fait gaffe où on s’était rendu. Mais l’ambiance du resto nous plaisait donc on voulait tester d’y revenir par nous-même. Partant de ce même point de rendez-vous, j’ai pu compter sur mon bon sens de l’orientation pour retrouver le discret ascenseur menant à ce restaurant, pour rappel, c’est le Mui Kee cookfood stall, qui fait parti du Carnarvon plaza au 5e étage, mais s’accède via un ascenseur indépendant proche de la rue.

restaurant mui kee cookfood stall - hong kong

Défi réussi !

biere harbin mui kee cookfood stall - hong kong

La bière se boit ici dans un bol.

Et cela concluait cette seule journée de visite qui pour remettre dans le contexte, était une escale volontaire prolongée depuis Bangkok, alors qu’on se rendait aux États-Unis. Le billet principal étant un Hong Kong – Minneapolis, revenant moins cher que depuis Bangkok « direct », il valait mieux faire indépendamment un Bangkok – Hong Kong via une compagnie low-cost comme Air Asia. Au retour on s’y arrêtait donc de nouveau et c’est à ce moment là qu’on faisant la visite de l’île de Lamma, au sud d’Hong Kong.

 

 

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Victoria Peak : visite au sommet de l’île d’Hong Kong

by Romain time to read: 7 min
0