Retour à Siem Reap 7 ans après, quelles différences ?

Retour à Siem Reap 7 ans après, quelles différences ?

Voilà moins d’un mois, je revenais d’un voyage au goût particulier, en effet, je revenais pour la seconde fois à Siem Reap voir les temples d’Angkor et par là même revenais également au Cambodge pour la première fois depuis 7 ans. Alors que peut-on constater sur l’évolution touristique des lieux en presque une décennie ?

1 dollar, 1 dollar vs tuk-tuk tu-tuk ?

Pour ceux ayant visité les lieux vous n’y avez probablement pas échappé, ces groupes d’enfants s’aglutissant autour de vous dès que vous approchez ou sortez d’un temple étaient plus que courant. C’est ce qui m’avait particulièrement fatigué lors de mon premier séjour en 2007, au point même que j’en étais revenu avec le sentiment assez franc « J’aime pas le Cambodge… »

1 dollar kid

« One dollar », on l’a vu arriver de loin.

1 dollar kid

A peine levé et encore en pyjama…

Faut quand même remettre un peu le contexte, à l’époque c’était mon premier voyage hors Thailande, je découvrais donc un autre pays d’Asie et il faut admettre qu’autant son voisin s’en tire plutôt haut la main niveau économie, autant le Cambodge lui, est toujours hanté par les fantômes de son lourd passé et les Cambodgiens sont là pour vous le rappeler…

Bonne nouvelle cela s’est amélioré ! Alors oh non il y a toujours bien sûr quelques enfants, mais bien moins qu’auparavant, de plus il y avait aussi tous ces vendeurs de livres et autres marchands à chaque temple qui s’empressaient d’essayer de vous vendre quelque chose (ce qui marchait, car j’avais fini par acheter un livre histoire de dire aux autres, « c’est bon, j’ai »), ce qui aujourd’hui est moins le cas.

enfant angkor cambodge

En revanche de l’autre côté de la balance il y a maintenant plus de chauffeurs de tuk tuk que la demande… Résultat, vous êtes constamment harcelé dès que vous allez manger vers le vieux marché (à côté de la pub street de Siem Reap), à peine vous vous levé en finissant votre repas que vous aurez déjà 3, 4 chauffeurs vous guettant prêt à vous « sauter » dessus… C’est assez pénible et même moi qui suis d’un tempérament calme, je me suis « gentiment » énervé en expliquant à 2 reprises que si je voulais un tuk tuk j’en demanderai un, ça sert à rien de héler comme ça dans le vague et ça gêne tout le monde, le problème étant qu’ils le savent probablement mais faute de boulot, ne trouve pas mieux à faire… du moins c’est mon ressenti car j’arrive pas à comprendre sinon ce mécanisme les poussant à faire quelque chose qui, à mes yeux, est d’un illogisme totale.

Les rénovations ont toujours lieux

Si la dernière fois il n’y avait peu voire pas du tout de rénovation en cours, en dehors de l’Angkor Wat où son dernier étage était inaccessible, cette année les travaux battent leur plein. En plus d’Angkor Wat qui était toujours en travaux (façade avant), ils refont les murs et galeries du Ta Prohm, retapent le Phnom Bakheng et le Bayon.

Angkor Wat en 2007.

Angkor Wat en 2007.

Angkor Wat en 2014

Angkor Wat en 2014

Ta Prohm

Ta Prohm en 2007.

Ta Prohm rénovation

Ta Prohm, la même façade en 2014.

Ta Prohm

Racines au Ta Prohm en 2007.

Ta Prohm

Les mêmes en 2014.

Ta Prohm

Avant / Après

Ta Prohm rénové

Ta Prohm rénové.

Les vieux temples sont de véritable puzzle géant. Certaines parties étant complètement écroulées, rassembler le tout demande beaucoup de dextérités, d’autant plus qu’ils essayent en général de respecter le mode opératoire de l’époque afin de réserver le savoir-faire, sous-entendu qu’ils ne recollent pas tout ça à coup de béton et autres.

Je vous conseille de visionner cette vidéo ci-dessous expliquant comment le temple principal d’Angkor Wat fut bâti, c’est en Anglais mais très instructif, et ils expliquent sur une partie de la vidéo comment se passe justement la rénovation et les impératifs à rencontrer.

Parfois des pierres ne trouvent pas place et sont placés en rang près de l’endroit auxquelles elles appartiennent.

ruines d'Angkor

Puzzle oublié…

Mais je dois avouer que si la préservation de ces sites est importante, trop de rénovations tuent un peu le charme des lieux… Quand je vois dans le Ta Prohm, toutes ces passerelles en bois, ses galeries entièrement refaites, c’est parfois comme si on cherchait à effacer les années qui ont passé, même si je sais d’un autre côté que faute d’entretien suffisant tout pourrait s’effondrer. Mais je pense qu’il y a un juste-milieu, surtout lorsqu’on remplace sciemment des vieilles pierres par des neuves et rajoutent des statues, neuves elles aussi comme ici au temple de Banteay Srei :

Banteay Srei

Banteay Srei en 2007.

Banteay Srei 2014

Banteay Srei en 2014 avec des statues neuves.

Pour éviter d’abîmer les marches des différents temples, il devient rare de pouvoir utiliser les marches d’origines, je me souviens par exemple du temple de Phimeanakas, lequel on pouvait gravir ces petites marches étroites et pentues sur le côté du temple, aujourd’hui impossible et accessible via un rampe d’escalier en bois aménagé derrière (à laquelle une pouffiasse, désolée, pas d’autre mot, nous balançait un sec, « c’est la descente ici » alors que c’est un double sens, car il n’y a pas d’autre issue…)

Phimeanakas

Au Phimeanakas en 2007 (c’est moi le schtroumpf en bleu en train de grimper).

phimeanakas 2014

Le temple de Phimeanakas en 2014, l’herbe reprend ses droits…

Globalement, j’aurais dû regarder les photos de 2007 avant, histoire de prendre les même angles mais cela donne une idée des éventuels changement entre 2007 et 2014. Une dernière comparaison pour la route, le temple de Pre Roup qui, je me souviens, était à payer séparément du pass à l’époque, du coup on ne l’avait pas visité en 2007 (peut être que les gardiens cherchaient juste à se faire quelques extras) mais ce fût chose faite cette année.

Pre Roup

Pre Roup en 2007.

Pre Roup 2014

Pre Roup en 2014

Tonlé Sap, village flottant méconnaissable

J’ai su que c’était devenu très touristique, ça l’était déjà en 2007 mais ça avait toujours son charme, au fameux village principal de Chong Khneas, d’où l’on prenait le bateau pour aller voir les villages flottant Vietnamiens.

Mais en arrivant sur place, ce fut un peu le choc. Je ne reconnaissais absolument rien sauf sur la longue route avant la colline. En arrivant, c’est une large route, pas encore goudronné, mais bien large, la rue déserte ou presque. Un peu plus loin, on y voit un grand parking en train d’être aménagé. Et là en arrivant devant ce bâtiment servant de quai, je me suis carrément senti mal à l’aise, où sont passés ces petits bateaux qui viennent vous récupérer directement sur le bord du lac à côté des maisons, où est passée la vie du village ??

Village de Chong Khneas en 2007

Village de Chong Khneas en 2007.

Village de Chong Khneas en 2014

Village de Chong Khneas en 2014.

On descendait quand même du tuk tuk vite fait mais on se demandait quoi faire et je savais qu’il y avait un autre village plus loin, il n’aura pas fallu longtemps pour me décider à y aller et quitter cet endroit tombé dans le tourbillon du tourisme de masse, direction un autre village, Kompong Phluk (je raconterai ça dans un autre article plus en détail, stay tune !).

quai Chong Khneas

Le quai de Chong Khneas.

Quid du nombre de touristes ?

Et bien en août ce n’est pas vraiment la pleine saison, c’est censé être la saison des pluies (censé, parce que là on a pas eu une seule goutte de pluie, même les Cambodgiens dont notre chauffeur, disaient que c’est pas normal, en revanche il faisait une chaleur écrasante !!!), on arrive vers la fin des vacances d’été donc un monde plus que raisonnable.

En fait, j’ai suivi les bons conseils de Tugdual, du blog Visapour, j’en détaillerais moi-même ma version sur le blog, mais globalement, il est impératif de se lever tôt pour espérer du calme. Là entre ces conseils et le presque hors saison, c’était que du bonheur, globalement peu de monde, parfois l’impression d’être seul, le meilleur moyen d’apprécier les lieux.

Bayon 2014

Temple du Bayon (dans Angkor Thom).

Dit autrement il est toujours possible, malgré le nombre sans cesse grandissant de touristes, d’éviter les troupeaux et de visiter sans avoir l’impression d’être un mouton, en disant cela je pense par exemple à Amandine, du blog Unsacsurledos qui n’a pas pu apprécier les lieux comme il se doit.

Donc oui Angkor reste un incontournable qui a encore de beaux jours devant lui malgré le tourisme de masse.

Avez-vous visité les temples d’Angkor ? Qu’en aviez-vous pensé ? Avez-vous évité les foules ? Quelle opinion sur les Cambodgiens ? Pensez vous y retourner un jour ? (sachant que dans mon cas que j’y retournerai probablement une 3e fois…)

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

2 Avis

  1. Tugdual@visa_pour 3 années ll y a

    Et bien ! Je suis surpris de lire qu’en 2007 il y avait beaucoup plus d’enfants qu’aujourd’hui, ça devait être vraiment fatigant à l’époque ! Enfants ou pas, les vendeurs sur les temples m’ont toujours agacés avec leur systématique « buy one sir », mais encore une fois, si ça marche, c’est bien qu’il doit y avoir des gens qui aiment ça les pacotilles. Je crois que le pire, c’était la vente de fringues au Ta Som avec un mannequin poqué au milieu des ruines. Ou alors c’est juste moi qui ne suis pas normal car je n’aime pas les souvenirs ?
    Intéressantes les comparaisons avec les photos 2007/2014. Idem, j’ai du mal à me positionner entre la conservation et l’over-conservation. D’ailleurs il est dit que nombreuses plateformes en bois ont été construites pour préserver les pierres mais l’autre fois, un guide leur donnait aussi une autre raison d’être en taclant sans retenu certains touristes : « bah oui là ils ont fait des escaliers parce-que les chinois ils arrivaient pas à descendre tout seul », « ici aussi les vieux ils avaient du mal donc on a mis des passerelles ».

    • Auteur
      Romain 3 années ll y a

      En effet c’était pire… dire si non seulement c’était effectivement fatiguant mais ça nous avait un peu dégoûté du pays… Même là les vendeurs il y en avait peu. Je suis par contre tombé sur un mec qui me proposait un Bouddha (un vrai, original, dans un temple !), 10 000$, j’ai cru que c’était une blague au début…

      J’avais effectivement entendu que les plateformes servent à préserver les pierres, malheureusement les sites étant victimes de leur succès je ne vois pas comment les sites pourraient ne pas s’abîmer autrement…

Laisser un commentaire

Retour à Siem Reap 7 ans après, quelles différences ?

by Romain time to read: 6 min
2