Kyoto by the sea : Roadtrip d’Amanoshidate au village de pêcheur d’Ine

Kyoto by the sea : Roadtrip d’Amanoshidate au village de pêcheur d’Ine

Bien décidé à sortir un peu de Kyoto même, on partait pour un petit roadtrip, direction le nord de la préfecture de Kyoto pour Amanoshidate. De par la proximité et l’intérêt des lieux, on poussait ce jour là notre excursion jusqu’au village de pêcheur d’Ine.

Amanoshidate, l’une des 3 vues les plus célèbres du Japon

Ce n’est pas moi qui le dis hein, mais c’est l’info qui ressort directe quand on se renseigne sur Amanoshidate. Les 2 autres vues étant celle de la baie Matsushima et Miyajima, nom communément donné à l’île d’Itsukushima, dans la baie d’Hiroshima, où se trouve le fameux Torii géant posé sur la mer.

Amanoshidate (天橋立, ce qui signifie « le pont du ciel ») est connue pour sa longue bande de sable de 3 km de long, agrémenté de pins, séparant la baie de Miyazu de la mer Asumi. Nous concernant, c’est suite à un repartage à la télé, ici en Thailande, qu’on avait envie de jeter un œil dans ce lieu dégageant une atmosphère particulière, presque romantique, je dirais.

pont du ciel amanoshidate japon

Le « pont du ciel » d’Amanoshidate.

C’est malheureusement sous la pluie qu’on quittait Kyoto ce matin-là, après avoir récupéré la voiture près de notre hôtel (chez Rent-a-car car c’était un des seuls site en anglais pour réserver, avec une branche pas loin de là où on était et avait besoin de revenir).

Heureusement pour moi, je suis habitué à la conduite à gauche, pour les démarches afin de conduire au Japon, je vous renvoi vers mon article dédié.

Kyoto by the sea

En prenant l’autoroute (qui est limitée pour beaucoup à 70 km/h, car passage en montagne en 1×1 voie régulièrement !), il nous a fallu environ 2h pour atteindre Amanoshidate. La pluie ne nous aura pas lâchée de la matinée… Au moins un avantage, en arrivant, aucun souci pour trouver une place de parking, car il n’y a évidemment pas grand monde dehors avec ce temps de chien.

tunnel route vers amanoshidate kyoto prefecture

Beaucoup de tunnels aussi le long de cette autoroute.

parking amanoshidate japon

On s’est garé dès qu’on a croisé un panneau en indiquant.

rue commercante amanoshidate japon

La rue commerçante en arrivant, déserte.

On avait heureusement un parapluie et un k-way pour moi, m’enfin pour prendre des photos et se promener avec cette météo, c’est jamais vraiment le mieux pour apprécier un endroit. Bon gré mal gré, on commence à s’engager sur le petit pont joignant une petite île juste avant la bande de sable d’Amanoshidate qu’on atteignant via un second pont. On croise quelques couples de sorties. À l’origine, on avait prévu de faire une balade autour en bateau, et éventuellement allez voir le fameux point de vue en contre-haut.

Notre plan tombe à l’eau (c’est le cas de le dire) mais notre moral reste au beau fixe, ça n’empêche pas de nous prendre en photo et faire quelques clichés de l’endroit bien trempée. Pour autant, on ne se sent certainement pas de s’enfoncer sur la bande. On a fait à peine 250m jusqu’à un coin resto/snacks et après quelques photos de la plage et ses sapins, avec un paysage brumeux en fond, on rebroussait déjà chemin.

baie amanoshidate japon

Sale en arrivant à Amanoshidate.

pont amovible amanoshidate japon

En traversant le premier pont.

stele amanoshidate japon

photo sous la pluie amanoshidate - japon

Chantons sous la pluie !

pont amanoshidate japon

statue amanoshidate japon

sur le pont du ciel amanoshidate japon

Le coin snack à gauche.

promeneurs sous pluie amanoshidate japon

Quelques promeneurs courageux.

plage amanoshidate japon

La « plage » d’Amanoshidate, bordée de pins.

gouttes sapins amanoshidate japon

Ça goutte !

pins amanoshidate japon

On n’est pas allé jusqu’au sanctuaire shintô se trouvant 400 m plus loin. Cela ne faisait que 15 minutes qu’on était arrivé… En revenant vers la terre ferme, on repasse le 1er pont rouge, appelé Kaisenkyo, sans avoir remarqué que c’est un pont pivotant, pour laisser passer les bateaux faisant la boucle autour d’Amnoshidate. Alors qu’un arrivait justement pour passer et le staff demandait aux gens d’attendre, je me pressais de finir mes photos et me posais à attendre à l’autre bout. Jitima étant trop absorbé dans ses photos, n’avait pas du tout calculé que le pont s’apprêtait à bouger…

Le timing était parfait car on avait faim. On décide alors de se poser dans l’un des restaurants ouvert, alors qu’une petite dame accueillante à l’accueil appelait les chalands à venir se restaurer. Ce que l’on fit avec plaisir vu comment je commençais à être trempé. Le temps pour moi de m’engloutir un petit tonkatsu (curry japonais) et on ressortait.

pont pivotant kaisenkyo amanoshidate japon

Le pont en train de pivoter.

restaurant amanoshidate japon

Ce n’est pas le restaurant où on était (qui est derrière moi).

presentation plats restaurant amanoshidate - japon

La présentation des plats se fait très souvent de cette manière.

menu restaurant amanoshidate - japon

Alors, au menu du jour ?

tonkatsu restaurant amanoshidate - japon

Simple, mais efficace.

Chion-ji, le temple de la sagesse

On le voyait juste avant de passer le pont, je tenais quand même à aller voir le temple local avant de quitter Amanoshidate. Nous voilà donc à passer l’imposante porte du Chionji Temple, au fond de la petite rue commerçante jouxtant l’accès au pont. Porte qui fût réalisé en 7 ans par pas moins de 8 780 charpentiers et dont la construction d’acheva en 1767.

Dédié à l’un des trois Monju (saint bouddhiste), connu comme « Monju de la sagesse », c’est un temple populaire auprès des étudiants soucieux de réussir leur examen. Du fait de sa localisation au pied du Amanohashidate, il y avait tout de suite pus de monde que sur le banc de sable. Ce temple Zen remonte au 9e siècle et si les bâtiments actuels ne le sont pas, il y a tout de même une belle pagode Tahoto date de 1501.

porte entree temple chionji amanoshidate japon

On aperçoit la grande porte en bois du temple Chion-ji.

temple de la sagesse amanoshidate japon

eventail voeux amanoshidate japon

pagode tahoto chionji temple amanoshidate japon

La pagode du temple, érigé en 1501.

J’ai trouvé ces infos sur le site de Japan Hoppers en rédigeant cet article, car sur le moment, je ne m’étais pas renseigné en amont et en avais aucune idée. Les gens faisaient des prières, achetaient des petits éventails ou petit panneau en bois à vœux qu’ils accrochent ensuite aux branches des arbres ou poteaux du temple.

Il y avait aussi une dégustation de thé. L’air de rien, de voir du monde, des sourires, une ambiance sereine, ça faisait du bien. Car en voyage, une pluie comme ça, c’est clairement déprimant. Et avec tout ça, la météo commençait enfin à nous laisser du répit, le temps de notre visite du temple, en gros une vingtaine de minutes, la pluie cessait plus ou moins.

Mais si on ne montait quand même pas au point de vue (qui était sous les nuages), situé au Amanohashidate View Land et accessible via un téléphérique, on prenait le temps de se poser à un café local. Surtout en voyant le panneau en français « Café et Pâtisserie », on n’était pas contre une pause gourmande et un bon café, par ce temps, ça revigore et c’est parfait !

chat porte bonheur amanoshidate japon

cafe patisserie amanoshidate - japon

pause cafe amanoshidate - japon

Pause café.

Une fois ressaisi, on reprenait la voiture. Pas pour longtemps, car je m’arrêtais quelques centaines de mètres après, alors que je voyais un grand parking avec vue sur la baie de Miyazu et la bande de terre d’Amanoshidate passant au milieu.

Sans la pluie, c’est quand même déjà plus agréable à regarder. La brume lointaine donne un petit cachet en plus à l’ensemble même si le paysage reste assez chargé en nuage donc manque clairement de couleur pour vraiment tomber sous le charme. Mais cela fait parti des aléas du voyage, il faut faire avec et il nous fallait donc tirer un trait sur Amanoshidate, après 2h30 sur place.

Une visite express donc, mais on espérait avoir un meilleur temps pour la suite donc on s’empressait de partir pour Ine, quelque 30 km plus haut. D’autant qu’on est pas parti très tôt de Kyoto et que l’heure tourne vite.

baie miyazu amanoshidate japon

Se rendre à Amanoshidate

En supposant que vous n’avez pas de voiture et n’êtes pas à l’aise avec la conduite à l’étranger (ou la conduite tout court…), il est possible de se rendre à Amanoshidate assez facilement depuis Kyoto ou Osaka.

– En train :

+ Depuis Kyoto, il faut prendre les trains limited express Hashidate (はしだて) qui circulent 4 fois par jour et relient la gare de Kyōto à Amanohashidate en 2 h (4 500 Y). Il y aussi le train limited express Kinosaki (きのさき) de Kyoto à Fukuchiyama (福知山) mais il faut changer pour le train limited express Tango Relay pour Amanohashidate.

+ Depuis Osaka, prendre le train limited express Kōnotori (こうのとり) pour Fukuchiyama, et changer pour le Hashidate ou le Tango Relay (2h15 de trajet pour 5 380 Y).

Notez que dans les 2 cas, si vous avez un Japan Rail Pass et prenez le Hashidate ou le Tango Relay, vous aurez à payer un supplément de 1 520 Y (un aller) car le trajet emprunte la ligne privée Kita-Kinki Tango Miyafuku. De plus, la gare d’Amanoshidate se trouve sur une ligne secondaire de la ligne principale (qui passe par la ville de Miyazu), ne soyez pas surpris si le train s’arrête puis change de direction à la gare de Miyazu pour aller sur une ligne différente vers Amanohashidate.

– En bus : Plus simple et moins cher, il faut prendre les bus Tankai (丹海バス)

+ Depuis Osaka : comptez 2h45 de trajet pour un tarif de 2 650 Y. Il y a des départs 3 fois/jour. Les bus partent de la gare Hankyū Umeda et Shin-Osaka) et vont à la gare ferroviaire d’Amanohashidate.

+ Depuis Kyōto : comptez 2h de trajet pour un tarif de 2 800 Y. Il y a des départs également 3 fois/jour. Les bus partent de la gare de Kyōto (plate-forme C2) également jusqu’à la gare ferroviaire d’Amanohashidate.

Le village de pêcheur d’Ine et ses Funaya

Ine-cho est un petit village de pêcheurs perdu dans un golfe de Wakasa à l’est de la péninsule Tango, au bord de la mer du Japon. Là encore, un autre reportage nous avait attiré l’œil concernant ce village, considéré comme l’un des plus beaux villages du Japon.

bateau pecheur village ine-cho - japon

Il abrite des maisons construites sur pilotis appelées Funaya. En fait des maisons servant aussi de cale à bateau, situé au rez-de-chaussée avec accès direct à la mer, quelle que soit la marée. Ceci est possible, car la baie d’Ine est protégée des marées.

Toutes les maisons n’en sont en fait pas, certaines sont bien habités quand d’autres servent de cabanes de pêche. Dans ce cas, les pêcheurs habitent généralement dans la maison juste de l’autre côté de la rue.

En tout, on compte plus de 200 « Funaya » répartie dans la baie. Il faut admettre que la première impression en longeant la route en bord de mer, est plutôt bonne. Malgré le temps toujours maussade avec les nuages bas, le paysage est réussi. D’ailleurs, on sort un coup de la voiture prendre quelques photos du village voisin d’Oshima, juste le dernier virage avant d’arriver sur la baie d’Ine.

village oshima pres ine - japon

Au village d’Oshima, juste avant d’arrivée sur la baie où se trouve Ine.

voiture location stop ine - japon

Notre titine pour ce petit roadtrip, la route longeant la falaise rétrécissant d’un coup après.

bord de mer vers village ine - japon

Quelle vue…

arrivee au village ine - japon

Nous apercevons la baie où se trouve Ine.

Intérieurement, je peste un peu contre ce ciel gris (Je sais, j’insiste… Mais c’est jamais un plaisir niveau lumière pour la photo). Mais il y a quelques couleurs grâce aux teintes de vert des arbres et l’atmosphère se prête bien au côté village du bout du monde.

On croisera en tout est pour tout moins de 10 personnes dans le village. C’est calme, très calme. Les rues non dénuées de charme sont vides. On s’arrête une première fois faire quelques photos puis on s’avance jusqu’au parking à côté du port principal pour explorer un peu plus le village.

Là encore, on mitraille un petit coup, on se demande un peu quoi faire. Mais le temps presse un peu car la nuit va pas tarder à tomber. Après un peu moins d’1/2h sur place et tout juste 1h en tout dans la baie d’Ine, nous décidons de poursuivre notre route. Notre roadtrip n’étant pas encore terminé, on avait encore presque 2h pour rejoindre notre hôtel du soir, un Ryokan, vers la localité de Miyamacho Tsurugaoka.

Se rendre au village d’Ine

Depuis Amanoshidate, 1 heure par le bus Tango Kairiku Kotsu (transport terrestre et maritime) depuis l’arrêt Amanohashidate sur la ligne Kita-kinki Tango.

Il y aussi un bus à l’arrêt Amanohashidateeki, juste à côté de la gare, de la ligne Tantetsu Miyamai-Miyatoyo, idem, 1h pour un tarif de 400 Y.

facade poissonerie ine - japon

En route vers notre ryokan

À l’origine, quand on avait planifié cette journée, on pensait se rendre voir une plage plus au nord-ouest de la péninsule, la plage de Kotohiki. Mais le mauvais temps et le manque de temps nous poussait à revoir notre programme pour nous contenter de revenir dans les terres.

Avant de reprendre l’autoroute, je re-longeais un moment la mer et, profitant qu’il n’y avait plus de pluie, je faisais un petit stop photo. Je m’arrêterai une ultime fois près de Hioki, en allant voir un peu les rizières qui venait tout juste d’être planté. Cela offrait un cadre photogénique avec l’eau reflétant les maisons et collines, la lumière de fin d’après-midi et la mer et les montagnes, visibles de l’autre côté.

route bord de mer pres village ine - japon

Route côtière entre Amanoshidate et Ine.

rizieres nord kyoto pres village ine - japon

rizieres hioki nord kyoto - japon

Village et rizière vers Hioki, à une dizaine de kilomètres d’Ine.

maison bord de mer hioki nord kyoto - japon

Après un faux départ parce que je me suis planté d’entrée d’autoroute (Confusion sur la voie à prendre indiqué par le GPS… Ce qui est rare normalement dans mon cas), on arrivait de nuit, avec un peu l’angoisse de savoir si on trouverait facilement malgré les coordonnées marqués sur le GPS. Finalement, on arrivait en déduisant que le bâtiment qu’on venait de passer en bord de route, près du point indiqué, devait être le ryokan.

Pour ce premier séjour au Japon, on tenait à expérimenter une nuit dans un ryokan, des auberges traditionnelles, sortes de maisons d’hôtes au charme typiques du Japon. Sachant qu’on comptait visiter le village aux chaumières de Miyama no Kayabuki no Sato, c’est donc non loin de là au Kigusuriya Ryokan qu’on prenait nos quartiers.

Mais ça, ce sera pour un autre article ! To be continued…

Kyoto by the sea : Roadtrip d’Amanoshidate au village de pêcheur d’Ine
5 (100%) 4 votes
Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Kyoto by the sea : Roadtrip d’Amanoshidate au village de pêcheur d’Ine

by Romain time to read: 10 min
0