Retour à Hanoï, 5 ans plus tard

Retour à Hanoï, 5 ans plus tard

C’est un peu une sensation étrange que de remettre les pieds dans une ville visitée quelques années auparavant. À la fois la sensation de connaitre, de retrouver ses « marques » mais aussi une redécouverte, un nouveau regard.

Revenant depuis Thai Nguyen, j’appréhendais un peu ce moment de retrouvaille, connaissant le chaos de la circulation avec ce tourbillon de 2 roues arrivant de toute part…

rue hanoi

Premier contact avec la vieille ville.

Le chemin du retour vers Hanoi ne fut d’ailleurs pas une partie de plaisir. Une route très poussiéreuse, parcourue par des camions en nombre, et des motos déboulant de toute part, cela demandait une concentration olympienne avec mes yeux qui piquait quasiment en permanence (je n’avais pas de visière…) et mon bras toujours endolori (voir ici pourquoi)

Alors que nous allions entrer la ville par un des ponts à l’est, la police nous arrêtait. Je n’étais pas inquiet, car je possède le permis Thai, valable dans tous les pays de l’ASEAN. Au final, même pas le temps de le sortir, pensant que ma femme était Viet, il comptait sur elle pour faire office de traducteur, celui-ci ne parlant pas anglais…

Comprenant finalement qu’elle n’est donc pas Viet, il nous laissait repartir aussi sec…

Une fois le pont traversé, le chaos était bien là. Le truc tout bête étant de se fondre dans la masse et suivre le mouvement… En ayant pris soin au préalable de bien vérifier mon parcours sur le GPS, je ramenais sans encombre notre bécane dans les locaux de Flamingo Travel, en plein cœur du vieux quartier d’Hoan Kiem, après un périple de 1 500 km dans les montagnes du nord du pays.

Voici mon ressenti sur un retour à Hanoï, 5 ans après notre précédent passage.

L’importance de la météo

Ben oui, la première grosse différence entre ce séjour-ci et le précédent, le temps. S’il y a 5 ans le temps était maussade dans cette partie du pays, cette année, c’était un beau temps ensoleillé qui nous accompagnait.

Et cela donne une toute autre impression. Morose, limite dépressive avec le temps frais, un brouillard matinal et un temps bien humide, dans un cas, ville pleine d’énergie et pas désagréable dans l’autre.

Bien sûr, c’est un résumé un peu exagéré, car non, on n’avait pas détesté ni déprimé lors de notre premier séjour… Mais il est évident que cette météo clémente pour ce nouveau passage me fait apprécier la ville sous un nouveau visage, plus rayonnant.

lac Hoan Kiem Hanoi

rue hanoi

lac Hoan Kiem Hanoi

dien bien phu avenue hanoi

La ville est bien boisée, le cadre autour du fameux parc et son île de l’épée (avec la tour de la tortue) en devient un lieu indispensable à venir y flâner, on y ressent comme un air de printemps avec les arbres en fleur, les gens assis sur les bancs qui profitent du soleil pas vraiment brûlant en cette saison.

Ces arbres, je me dis vraiment, voilà ce qu’il manque à Bangkok, de gros bons vieux arbres qui font de l’ombre, mais ajoutent un charme indéniable à cette ville grouillante ou les motos sont rois.

Choisir son jour

Autre chose que je remarquais, si possible, choisissez le jour (ou les) où vous serez à Hanoï. Pour nous, ce n’est pas super grave puisque nous y étions donc déjà venus, mais voulant profiter justement du beau temps et d’un appareil photo plus performant (et le grand-angle surtout !), je comptais bien revenir vers les précédents lieux de visites, comme la pagode au pilier unique, et en voir de nouveaux comme la citadelle.

Sauf qu’on était Lundi… Et tout comme en Thailande, le Lundi, les musées ferment… En plus, nous étions en période de fête (40e anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam, marquant la Réunification nationale), donc impossible d’approcher des monuments comme le mausolée d’Ho Chi Minh…

citadelle Hanoi

La citadelle, vue de l’extérieur.

entrée temple pilier unique hanoi

L’entrée vers la pagode au pilier unique.

mausolé Ho Chi Minh Hanoi

Un aperçu du mausolée d’Ho Chi Minh, de loin.

Bref, niveau visite culturelle, on repassera…

Large choix de souvenirs

Déjà, la dernière fois, on revenait chacun avec plusieurs achats, notamment des sacs à dos pour moi. Cette année, on reprend plaisir à déambuler dans les rues, certes touristiques, autour du lac.

J’en profitais pour réparer mes chaussures dont la semelle se barrait auprès d’un cordonnier dans la rue. Avant de faire les boutiques. En l’occurrence, je dirais même LA boutique… Puisqu’au final, on revenait vers exactement la même boutique qu’il y a 5 ans. On aime bien leur style de bibelots et Jitima ne manquait pas de faire la remarque (Je doute que la vendeuse allât nous reconnaître 5 ans plus tard… Sachant que je ne sais pas moi-même si c’était bien la même personne)

rue hanoi

On repartait bien chargé et je me voyais déjà le défi de devoir rentrer tout ça dans le nouveau sac à dos acheté au passage. Sac à dos qui est un peu l’achat « de base » à Hanoi tant on en trouve en profusion, parfois accroché autour d’un poteau ou d’un arbre, telles des feuilles d’une arbre d’un nouveau genre.

Plaisir culinaire

Ce que j’attendais aussi beaucoup en revenant à Hanoï, c’est avoir enfin du choix, après avoir passé 2 semaines en se posant la question « hummm, Pho ou riz frit », là, on avait vraiment tout type de cuisine à disposition.

On commençait par un restaurant mexicain (dont certains trouveraient que c’est un sacrilège de faire ça au Vietnam), un excellent choix, car c’était bien bon, peut être parce que ça faisait particulièrement du bien de changer de saveurs dans nos palais assoiffés de bonnes choses.

restaurant hanoi

Aïe caramba !

En début d’après-midi, après une petite balade dans les rues autour du lac Hoan Kiem, on cherchait un café où se poser. Sachant qu’à Hanoi, il est possible d’en trouver avec une vue sur le lac, cacher dans les arrière-boutiques du coin.

Notre choix se portait sur le Lake Vieux Café (ou Café Pho Co), dont il faut traverser la boutique souvenir au rez-de-chaussée avant de pénétrer dans une arrière cour au décor original. Malheureusement la « view » n’est plus puisqu’un bâtiment s’est construit juste devant le balcon et l’on aperçoit à peine le lac du coup…

Mais cela n’en reste pas moins un café à l’atmosphère unique.

lake view café Hanoi

Il faut se rendre dans cette boutique pour trouver le « Lake View Café »

lake view café Hanoi

Longer le couloir.

lake view café Hanoi

Et voilà !

lake view café Hanoi

lake view café Hanoi

Bon par contre pour la vue il faudra aller ailleurs…

Plus tard dans l’après-midi, je me laissais tenter par une pause sandwich, le Vietnam étant, après tout, aussi connu pour ses fameux Ban Mih.

Enfin en soirée, c’est au Ladybird restaurant qu’on jetait notre dévolu. Là encore, un bon choix, par contre le restaurant est assez petit donc vous ne pourrez débarquer à 15 là-dedans (bon en même temps, je ne pense pas que vous êtes beaucoup à voyager à 15…)

rue hanoi

Ça mange partout.

rue hanoi

rue hanoi

rue hanoi

Un sandwich ça vous tente ?

restaurant Hanoi

Façade du Ladybird restaurant.

L’ambiance de rue

Hanoi est une digne représentante d’une ville d’Asie, à savoir, grouillante de vie ! On y voit du monde, des touristes, des locaux, en moto, en pousse-pousse, dans les magasins, les rues, en train de siroter un verre de thé, déguster une baguette où je ne sais quelle autre activité.

Déjà que Bangkok est réputé pour sa vie active dans ses rues, autant de jour que de nuit, Hanoi est quelque part un cran au-dessus, en tout cas dans les vieux quartiers, puisque c’est surtout là que nous sommes restés.

Une des raisons étant ce défilé permanent de 2 roues déboulant de toute part, ici clairement, ils sont les rois, et les piétons n’ont qu’à bien se tenir !

Hanoi by night

La nuit, la ville reste tout aussi dynamique, mais l’ambiance reste un peu plus agréable, mois de chaleur, moins de circulation, des marchés, des restaurants, on passe une dernière soirée en soufflant de ce voyage épuisant mais ô combien époustouflant, se pose maintenant la question, reviendra-t-on à Hanoi ?

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

rue Hanoi de nuit

Hanoi de nuit

Réponse dans 5 ans peut-être !

Où dormir à Hanoi

Ne voulant réexpérimenté notre expérience d’hôtel d’il y a 5 ans à Hanoi (voir ici et comparer au passage l’ambiance grisatre d’il y a 5 ans), on décidait cette fois de réserver un truc bien correct dès le départ. Le choix ce fut porté sur un nouveau dans le coin, le Milton Boutique Hotel, un petit hôtel pas bien grand mais qui veut s’en donner les allures.

La chambre étant pas spécialement spacieuse et sans fenêtre mais bien confortable et du coup plutôt calme, d’autant que l’hôtel est un peu à l’écart de la partie la plus animé, tout en restant proche de celle ci (à peine 500m), le tout, pour un tarif dépassant à peine 20€.

rue hanoi

La façade discrète de l’hôtel.

Hotel Hanoi

Le hall de la réception !

Hotel Hanoi

Et la chambre au Milton Boutique.

Et vous ? Êtes vous déjà revenu dans une ville au quelle vous ne vous y attendiez pas forcément ? (ce fut aussi le cas pour moi à Amsterdam !) Quels effets avez-vous ressenti ?

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

11 Avis

  1. Charlie 2 années ll y a

    Ahhhh trop chouette l’article. J’étais moi même à Hanoi il n’y a pas longtemps (enfin ça commence à dater mais j’ai l’impression avec tes photos d’y être encore!). Premier jour pour moi, sous la pluie (septembre/Octobre) c’est vrai qu’avec le décalage horaire et le choc culturel, le temps joue beaucoup sur les premières impressions d’une ville. Bon moi j’y suis restée plus d’une semaine, j’ai eu le temps de vivre la canicule et les moussons. Hanoi est une ville remuante et très très bruyante mais j’ai apprécié son rythme et ses habitants. La nourriture, la fameuse bière Ha Hoi et se perdre dans toutes ces petites rues (en évitant de se faire renverser par les scooters), j’ai adoré. Concernant le mausolée nous aussi nous avons essayé sur plusieurs jours d’y aller jusqu’au moment où nous avons compris qu’il était fermé jusque mi 2016 pour restauration… donc pas de regrets! Merci pour cet article!!!

    • Auteur
      Romain 2 années ll y a

      Salut Charlie !

      Merci pour ton com’ ça fait bien plaisir à lire ! Pour le mausolée, je l’avais vu de plus près il y a 5 ans donc pas de regret mais le pilier unique ça m’aurait bien dit. Tu parles de la bière fraîche, la Bia Hoi ? Pas testé pour ma part…

  2. En tant qu’expatrié, tu en es plutôt content ? Je veux dire, la vie en Thaïlande se passe plutôt bien par rapport à la France ?

    On réfléchit de plus en plus en ce moment à s’expatrier mais on ne sait pas encore où exactement, c’est pour cette raison que l’on échange avec des personnes ayant sauté le pas pour avoir des retours concrets.

    Après, j’ai souvenir que Chouchou et moi on a pas trop aimé la Thaïlande, même si je sais que beaucoup de français travaillant dans le mileu du web sont basés à Chiang Maï…

    • Auteur
      Romain 2 années ll y a

      Bonjour à vous deux ! Ma vie en France, d’un point de vue professionnelle fut assez brève, j’y étais surtout en tant qu’étudiant puisque parti assez tôt en Thailande, du coup c’est assez difficile à comparer. Dans l’absolu oui, je suis satisfait, sinon je n’y habiterais plus, mais c’est pas toujours évident, il faut savoir y faire sa place.

      Qu’est-ce qui vous a déplu avec la Thailande ?

  3. Merci Romain pour ton retour ! Quand on est arrivé en Thaïlande, on venait de passer 1 mois en Inde en sac à dos et je pense que ce voyage a grandement influé notre vision de ce pays, car on arrivait pas à se faire comprendre. Même à Bangkok, parler anglais c’était galère, ils nous parlaient et écrivaient des adresses en thaï (normal en même temps tu vas me dire puisque c’est leur langue) alors qu’en Inde, même dans le village le plus reculé du pays, on arrivait toujours à se faire comprendre.

    L’autre truc, c’est qu’ils ont une façon bien à eux de communiquer. Quand t’arrives d’Inde, tu te sens agressé, on les a senti vachement agressifs envers nous.

    Après, on s’est pas senti beaucoup dépaysé dans la mesure où on a croisé plein de français. En fait, on avait l’impression de revenir en France au niveau des infrastructures : il y avait des routes, pas d’animaux sur les plages etc c’était beaucoup civilisé mais malheureusement beaucoup moins humain selon nous.

    Quand on demandait notre chemin en Inde, ils te renseignaient toujours avec un sourire. En Thaïlande, ils en avaient rien à foutre. Pas tout heureusement, je ne veux pas généraliser. On a croisé des personnes très sympa là-bas.

    Au niveau de la nourriture, je n’ai pas aimé. Chouchou un peu plus mais on avait tous les deux le mal du pays.

    Après voilà, je ne dis pas que la Thaïlande est à éviter, car c’est notre expérience et c’est subjectif, mais en tout cas, nous, on a pas accroché 🙂

    • Auteur
      Romain 2 années ll y a

      Il en faut pour tous les goûts. Par contre je ne suis pas fan du raisonnement, « pays civilisé= moins humain », cela revient à reprocher à un pays de se moderniser ou, dit autrement, « restez pauvre, vous serez plus authentique », ce qui, vous conviendrez, n’est pas très classe.

  4. Amelia 1 année ll y a

    Sublimes photos… elles rendent nostalgiques.

  5. Blondel Sophie 1 année ll y a

    Bonjour Romain,
    Premier voyage au Vietnam en 2013. Nous nous sommes concentrés durant 3 semaines sur le Nord et donc aussi Hanoi. Nous avons adoré cette ville, son énergie, la conservation du vieux quartier (même si délabré mais une architecture splendide…). Vos yeux ne sont jamais au repos, toujours quelque chose à observer ! Cette ville grouille, possède une énergie qui se transmet et en même temps, à certaines heures, une douceur typique de l’Asie. Depuis, nous y sommes retournés 2 fois et à chaque fois nous l’apprécions et découvrons davantage de choses ! Nous nous sommes fait des amis vietnamiens là-bas et nous approchons la vie quotidienne des vietnamiens de plus près. J’ai un sentiment étrange là-bas, j’ai toujours l’impression d’être « chez moi » et de plus en plus…je m’y sens bien ! J’adore ce pays, sa population, son histoire et la faculté des vietnamiens à regarder vers l’avenir ! Nous y retournerons d’ailleurs dès janvier (l’hiver pour le coup) lors d’un périple de 6 mois sur ce continent magnifique en vue d’ailleurs de s’expatrier ! Merci Romain de nous replonger dans cette ville.

    • Auteur
      Romain 1 année ll y a

      Je ne serais pas aussi élogieux envers le Vietnam, qui selon les régions, nous a donnés des ressentis différents sur la population, je comprends par contre tout à fait le vôtre, puisque c’est celui que j’ai en étant en Thailande, et pour les mêmes raisons que vous aimez beaucoup Hanoi, j’aime ma ville d’adoption, Bangkok.

      Toujours un plaisir de partager et raviver des souvenirs ou donner envie à d’autres 😉

  6. Hypno 180 11 mois ll y a

    Et ben franchement j’ai envie de dire un grand merci pour ton article car il mérite d’être complet et honnête et c’est appréciable quand on voit le nombre de blogs où on idéalise chaque lieu. Je vais partir en mars prochain au Vietnam et j’ai trop hâte d’y aller. Par contre je pense que je vais éviter les grandes villes parce que j’ai peur de faire vite le tour et j’aimerais me rapprocher de la population locale. Au plaisir d’échanger !!

Laisser un commentaire

Retour à Hanoï, 5 ans plus tard

by Romain time to read: 7 min