Haut
  >  Voyage en Thaïlande   >  Région est   >  Chanthaburi   >  Chanthaburi : Que visiter autour de la plage de Laem Sing
point de vue laem sing - chanthaburi

Je continue cette exploration de la province de Chanthaburi, située à environ 3h30 de Bangkok. Après vous avoir parlé de la ville et son histoire, de ses principaux parcs nationaux comme celui de Namtok Phlio, le plus « connu » et dernièrement, une balade dans les terres entre le village de Nong Bua et « l’île » de Ko Proet, je vous emmène cette fois le long de la côte.

Et je précise bien qu’il s’agit là de Laem Sing à Chanthaburi, car il existe aussi une plage de ce même nom au milieu de la côte ouest de Phuket (qui vaut aussi le coup d’œil soit dit en passant), même si là il s’agit aussi de tout un district de la province de Chanthaburi en plus d’être le nom de la plage principale.

La plage de Laem Sing

Et on commence donc par le centre névralgique de la zone si je puis dire, la plage de Laem Sing, que l’on peut considérer comme la plage principale de la région. S’étalant sur plus de 3 km, on retrouve une série de petits resorts, essentiellement sur la partie Est de la plage et bien évidemment quelques restaurants. 

Je faisais un premier arrêt photo alors que la distance entre la route et la plage dépasse à peine les 40 m. Pour se faire, je passais à travers un terrain utilisé par un pêcheur local (avec son consentement bien sûr) pour fabriquer ses paniers de pêche en bois. Sur cette portion de Laem Sing, la plage n’est pas très large et surtout bordée de cocotiers. 

Par opposition, plus on arrivait sur la partie Ouest, se rapprochant du pont enjambant la rivière Chanthaburi, plus la végétation changeait puisque c’est bordé par des sapins et la plage est alors bien plus large. C’est là qu’on se posait, à l’un des restaurants disposant de tables directement sur la plage. Je n’ai malheureusement pas le nom (il n’est pas indiqué sur Google Maps…) mais je sais que le parking est juste à côté du Leamsing Beach Resort (voir ici sur GMaps)

restaurant laem sing - chanthaburi

Resto sur la plage.


bout plage laem sing - chanthaburi

La plage est plus large sur cette partie.

Tuek Daeng (bâtiment rouge) et Khuk Khi Kai

C’est moins d’un kilomètre après le restaurant qu’on arrivait au niveau de la place du « bâtiment rouge » (Tuek Daeng en Thaï). Nom sobre désignant cet édifice restant de l’occupation française. Le bâtiment fut construit dès le début de cette période, en 1893, en même temps que la prison de Khuk Khi Kai.

Tuek Daeng est un simple bâtiment composées de briques dont les murs sont peints en rouge et d’un toit en tuiles également rouges. D’un seul étage, Tuek Daeng s’étale sur 32 mères de long pour 7 mètres de large. À l’intérieur, vous y trouverez de cinq pièces, toutes reliées les unes aux autres. Il fut construit sur les restes d’un autre fort Thaïlandais construit pendant la guerre siamoise-vietnamienne fort Phikhat Patchamit, dont les briques ont été utilisés/recyclés pour la construction. C’était le quartier général français de l’estuaire de Laem Sing et servait de logement pour les soldats de la garnison basés au camp de  Laem Sing jusqu’à l’arrêt de l’occupation de Chanthaburi en 1904.

Bien plus tard en 1984, le bâtiment a été rénové en bibliothèque publique du district de Laem Sing. Mais l’idée n’a pas persisté et de nos jours, le lieu n’est plus une bibliothèque et ouvre comme une simple attraction touristique, avec entrée gratuite, vu qu’il n’y a plus grand chose dedans à part quelques panneaux explicatifs uniquement en Thaï et un vieux canon. C’est le seul bâtiment ayant survécu après toutes ces années car si rien de particulier n’est mentionné, il ne devait alors pas y avoir qu’un seul bâtiment à cet emplacement, qui accueillait toute un bataillon (le reste étant à l’autre camp, situé dans la ville de Chanthaburi).

À côté du bâtiment, c’est un quartier plutôt calme au moment de notre passage. C’est à côté du bord de mer où l’on a une vue sur le pont enjambant la rivière de Chanthaburi qui se jette dans la mer à cet endroit. On aperçoit au loin un temple blanc au nom tout trouvé, le Wat Khao Laem Sing (temple de la colline de la péninsule du lion) et des bateaux de pêche parqués dans la zone.

Quant à Khuk Khi Kai, c’est une petite tour en brique carrée de seulement 4,4 mètres de large de chaque côté et de 7 mètres de haut, ayant deux rangées d’aérations et un haut toit. Située à 350 m du bâtiment rouge, il s’agit en fait d’une prison (parfois considéré comme la plus petite prison au monde) car oui, il n’y avait rien d’autre que cette seule tour. Construite par les Français dès 1893, elle avait pour fonction d’enfermer les Thaïlandais qui résistaient aux troupes françaises.

Le nom actuel Khuk Khi Kai peut se traduire par la prison aux crottes de poules. Du temps de son utilisation, il n’y avait pas de toit comme on pourrait penser qu’il a disparu, mais seulement une grille avec un poulailler… Les poulets déversaient alors continuellement leurs excréments sur les prisonniers… Yeurk

Phairi Phinat Fort

Pour s’y rendre, on passait le pont Taksin Maharaj, qui offre une belle vue sur l’estuaire. On longeait ensuite la route passant la péninsule de Laem Sing, où se trouve notre prochaine étape, les ruines du vieux fort. Soyons honnête, il n’y a pas grand chose à voir en tant que tel. Mais c’est si on prend en compte uniquement l’aspect « ancien fort » puisque c’est ça qu’on vous indique. Et du vieux fort, il ne reste que quelques vieux canons (Même pas sûr qu’ils soient d’origine, mais probablement rajouté histoire de dire « hey vous avez vu, y’avait un fort là hein !?« ) et des traces au sol rappelant la fonction des lieux.

À savoir qu’il s’agissait essentiellement de tourelles à canons pour protéger la côte en cas d’invasion de la marine Vietnamienne. Le royaume craignant un retour de bâton suite à l’invasion siamoise au sud du Viêtnam au cours de la 2e guerre siamoise-vietnamienne (1831-1834), alors que les deux nations se battaient notamment sur le contrôle du Cambodge. C’est donc sous le règne de Rama III (1824-1851) qu’est ordonné la construction de ce fort, qui possède une vue stratégique sur la plage de Laem Sing.

fort phairi phinat laem sing - chanthaburi

escalier fort phairi phinat laem sing - chanthaburi

Les escaliers menant aux « ruines ».


acces chedi fort phairi phinat laem sing - chanthaburi

L’accès au chedi de la victoire.


ruines fort phairi phinat - laem sing - chanthaburi

J’vous ai prévenu, y’a pas grand chose…

phairi phinat fort - laem sing - chanthaburi

point de vue laem sing - chanthaburi

Mais y’a quand même cette vue ! Surtout si vous comptez pas aller au phare, c’est un minimum.

point de vue sur laem sing - chanthaburi

En faisant aujourd’hui un excellent spot pour admirer la plage et la vue offerte par cette colline. C’est aussi un lieu de refuge pour des macaques traînant dans cette zone, l’occasion d’observer un peu des singes sauvage si vous n’en avez pas encore eu la possibilité en Thaïlande. 

En plus ce point de vue et des « restes » du fort, on peut y voir un vieux chedi en contre-haut. S’il y avait déjà une première version d’un chedi plus petit dont je n’ai pas trouvé de date, ce dernier a été construit par dessus celui d’origine en 1904 pendant le règne de Rama V. Intitulé le chedi de la liberté, ce dernier fut construit pour commémorer le retrait des troupes françaises de Laem Sing, après que la France ait rendu le territoire de Chanthaburi au Siam (faisant suite à l’incident de Pak Nam, que j’évoque dans mon article sur la ville de Chanthaburi).

au fort phairi phinat laem sing - chanthaburivue sur laem sing depuis fort phairi phinat - chanthaburivieux chedi fort laem sing - chanthaburi

singe fort phairi phinat - laem sing - chanthaburi

Un des singes traînant au niveau du fort.

Le vieux phare de Laem Sing

Moins d’un kilomètre après cet arrêt au fort, on poursuivant sur la route longeant le bord de mer sur la péninsule de Laem Sing, direction le phare. Je savais que pour atteindre ce dernier, il fallait marcher un peu dans la forêt. Mais avant cela, on s’arrêtait voir un genre de sanctuaire au bord de mer, où l’on avait une vue sur la plage de Laem Sing. À la base, c’est parce qu’on pensait qu’il y aurait quelque part des toilettes, mais aussi parce que la route ne va pas plus loin. On s’était garé en contre-haut de cet endroit et après quelques photos, on passait la barrière indiquant la fin de la route pour poursuivre notre chemin vers le phare.

On passait les maisons du staff gérant le phare et la zone (même si ce dernier marche aujourd’hui automatiquement, alimenté par un panneau solaire) qui bordent une plage de gravier (gros sable on va dire plutôt), puis on traversait un petit pont qui mène à l’entrée du chemin montant dans la colline où se trouve le phare. En tout, il y a 400 m de grimpette pour y accéder. Attention aux gravas, mais le tout reste assez facile, car on atteignait le phare en à peine 15 minutes.

drapeau flottant laem sing - chanthaburisanctuaire bord mer laem sing - chanthaburimer laem sing - chanthaburi

plage pres phare laem sing - chanthaburi

La plage juste avant le chemin menant au phare.

bateau naviguant laem sing - chanthaburibaie laem sing - chanthaburi

dang duang harruethai bridge laem sing - chanthaburi

Petit pont pour arriver au début du chemin.

chemin phare laem sing - chanthaburi

arrivee phare laem sing - chanthaburi

À cet arbre, vous apercevrez le phare et arrivez au bout de la montée.

À côté, une vieille cabane en bois qui servait autrefois au personnel est à l’abandon. La vue depuis le phare est superbe et domine tout Laem Sing, notamment la plage, le pont Taksin Maharaj et l’estuaire de Laem Sing, où arrive la rivière de Chanthaburi dans la mer. Et en parlant du nom, savez vous que cela signifie le cap du lion ? Cela vient du fait qu’au pied de cette péninsule se trouve un rocher dont on dit qu’il représente une tête de lion. Pour le voir, vous avez un point de vue à 50 m du phare, et en plus du rocher, vous pouvez apercevoir au loin une petite île, appelée Ko Chula (probablement nommée en l’honneur de Rama V).

phare laem sing - chanthaburi

Le phare de Laem Sing, c’est petit, oui.



point vue rocher laem sing - chanthaburi

Le point de vue sur le rocher et l’île de Chula, c’est ici.


rocher lion laem sing - chanthaburi

Le fameux rocher donnant son nom à la péninsule, sujet de cet article.


vue ko chula phare laem sing - chanthaburi

Vue sur l’île Chula.

Khao Laem Sing Forest Park et la plage d’Ao Krathing

Après avoir repris la voiture, on revenait au niveau du croisement juste après le « fort » (où l’on croisait plusieurs singes au milieu de la route) pour cette fois prendre l’autre route, également en cul-de-sac et menant au « Forest Park« . Khao Laem Sing Forest Park est une zone protégée de la péninsule (mais qui n’a pas le statut de parc national, notamment de par sa surface très restreinte). Et en dehors de la forêt qui l’entoure, c’était surtout de voir la plage associée au parc qui m’intéressait.

Certaines personnes remontaient de leur baignade tandis qu’on descendait les escaliers menant à la plage d’Ao Krathing (j’écris toujours le nom local comme avec les temples et le fameux mot « Wat », mais pour info, Ao signifie « baie »).

khao laem sing forest park - chanthaburi

Accès vers la plage d’Ao Krathing.

bois ao krathing laem sing - chanthaburi

attention serpent laem sing - chanthaburi

Vous voilà prévenus.

En arrivant dans le sous-bois bordant la plage, un panneau indique « gentiment » de faire attention aux éventuels serpents venimeux traînant dans la zone. Bon, on va faire gaffe alors. Nous sommes alors peu après 16h, il n’y a pas grand monde, à part quelques familles d’un côté, et un groupe se mettant à picoler sur l’une des tables de pique nique disponible. C’est là l’avantage d’un parc national, où ce genre de comportement y est alors prohibé, parce que bon, ici, je doute malheureusement que tous leurs déchets ont bien été ramassé à la fin… 

On ne s’éternisait pas trop sur cette pourtant belle plage, car je voulais voir une autre plage dans la foulée, mais c’est un bel emplacement pour se reposer un temps si jamais. Le sable est doux, plutôt clair et l’ensemble m’avait paru plutôt propre.

Hat Ao Yang

Dernière étape pour cette journée, avant de rejoindre notre hôtel. Comme c’était dans une autre zone que Laem Sing, ce sera pour un autre article, mais si l’hôtel vous intéresse, c’était le Peggy’s Cove Resort, situé vers la plage de Kung Wiman. On voulait changer de l’hôtel qu’on avait prit à Chanthaburi, histoire de et afin de se rapprocher (un peu) de Bangkok (y’avait que 30 km de différence mais bon).

Pour en revenir à notre dernière visite, on peut traduire le nom de ce lieu par la plage de la baie aux hévéas (l’arbre à caoutchouc). Ici, le sable est d’une couleur presque orange (accentué par le coucher de soleil auquel nous assistions) mais comme il y a des rochers, je ne sais pas si c’est propice à la baignade. Toutefois, la zone est un peu développée puisqu’on croisait quelques hôtels et restaurants. C’est une plage avec une berge aménagée, mais entouré de végétation et comme c’est en cul-de-sac, j’imagine que ça reste généralement assez calme.

plage ao yang laem sing - chanthaburi

Un bout de la plage d’Ao Yang.


hat ao yang laem sing - chanthaburi

L’autre bout, où se trouvait un restaurant, a priori rattaché à un hôtel.


coucher soleil hat ao yang laem sing - chanthaburi

Et le coucher de soleil qui arrivait pour clôturer cet article !

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2012-2020 Copyright

Chanthaburi : Que visiter autour de la plage de Laem Sing

par Romain temps de lecture : 10 min
0