Petite visite de Huay Xai, point de départ des croisières sur le Mékong

Petite visite de Huay Xai, point de départ des croisières sur le Mékong

Dans le cadre d’une croisière sur le Mékong, effectuée l’année dernière (et oui déjà), on s’arrêtait avec mes parents dans la petite ville Laotienne de Huay Xai. A défaut de croisière, ça reste un point de passage vers le Laos pour beaucoup de monde visitant le nord de la Thailande.

Situé juste en face de Chiang Khong, petite ville Thailandaise faisant partie du fameux triangle d’or, sa voisine d’en face est finalement peu visité, au même titre que des villes comme Savannakhet, où le plupart se rendent essentiellement pour faire leur visa (moi y compris, mais je l’avais visité et j’en parle ici).

Petit point sur la traversée de la frontière entre la Thailande et le Laos

Avant de rejoindre Huay Xai, il nous fallait donc rejoindre le Laos depuis la ville de Chiang Khong. Généralement, les gens prennent un transport depuis Chiang Rai, à 100 km de là. Vous trouverez des bus locaux faisant le trajet jusque Chiang Khong pour 65 Bahts.

À ce tarif-là, ce sera des petits bus locaux, s’arrêtant souvent et au confort limité, comptez facile entre 2 et 3h pour effectuer ce trajet. D’après l’article des Love Trotteurs ayant fait ce trajet en 2015, il est possible que le bus s’arrête à l’entrée du village au lieu de vous déposer au carrefour menant au pont qui fait office de frontière.

Ceci afin de vous obliger à payer à Tuk Tuk pour finir le trajet (faut bien faire bosser les « collègues » un peu…).

huay xai - laos

Tuk tuk, tuk tuk ?

Petite parenthèse. C’est assez courant… À la frontière plus au sud entre Mukdahan et Savannakhet, il m’est arrivé plus d’une fois que le bus ne m’attende pas le temps que je fasse faire mon visa pour le Laos, malgré le fait de payer explicitement un ticket Mukdahan-Savannakhet, et non Mukdahan-poste frontière.

M’obligeant soit à attendre une 1h pour le prochain bus (certes, c’est pas la fin du monde…), soit à prendre un tuk tuk…

Fin de la parenthèse. Oui, parce que maintenant, le passage se fait par un pont. Certains préféreraient la bonne vieille méthode, où, auparavant, il fallait se rendre à l’immigration au bord du Mékong, on traversait alors en bateau et arrivait direct à Huay Xai.

La traversée par le pont engendre des frais, puisque celui-ci ne peut être traversé à pied, il faut prendre une navette, généralement pleine à craquer pour 25 Bahts.

Prévoyez de changer des dollars avant pour vous payer le visa Laotien de 30$. Vous perdrez au change si vous le payez en Bahts (n’oubliez pas non plus d’avoir une photo d’identité, avec fond blanc recommandé).

tuk tuk huay xai - laos

Si vous n’avez pas encore de Kip, la monnaie laotienne, vous pouvez changer au poste-frontière, sinon pas d’inquiétude, vous pourrez utiliser vos Bahts à Huay Xai (après le change ne sera pas forcément en votre faveur, car la monnaie vous sera rendue en Kip à l’arrondi près)

La navette traversant le pont vous déposera au terminal de bus 4 km après le poste frontière. Il restera alors 7 km pour rejoindre le centre de Huay Xai. Des tuk tuk seront bien évidemment près à vous y emmener, à vous de faire jouer vos talents de négociateur 😉

L’avantage si vous arrivez à plusieurs, c’est qu’il y aura moyen de faire baisser le prix puisque le tuk tuk sera rentabilisé sur le nombre. Dans mon cas, il me semble qu’on avait payé 80 Bahts par personne (environ 20 000 Kip)

huay xai - laos

Une fois ce petit trajet, et bien vous y êtes, bienvenue à Huay Xai !

Huay Xai, petite ville typique du Laos

Typique ? Oui, à savoir je dirais, calme, poussiéreuse, sans être péjoratif, c’est ce qui caractérise les villes et villages en général dans ce pays ô combien plus pauvre que la Thailande. En traversant la frontière, le contraste est frappant. Beaucoup l’aiment pour ça et considère donc le Laos comme « plus authentique ».

Je ne vais pas revenir sur ce débat de « l’authentisme » puisque ce n’est pas le sujet ici, mais vous simplement vous résumer ce qu’on peut faire à Huay Xai, que l’on prononce Houai Saï.

maison a huay xai - laos

Une maison « typique » à Huay Xai.

Le fort Carnot

Après avoir posé nos affaires à notre hôtel (pour info, le Sabaidee Guesthouse), c’est vers le fort Carnot que nous nous dirigions.

Le fort fut construit par les Français au tout début du XXe siècle, peu après avoir intégré le Laos dans l’Indochine. Situé en hauteur sur la petite colline dominant Huay Xai et sa voisine en Thailande, c’était un poste d’observation idéal.

C’est un fort qui n’a jamais été un centre important, vu le manque d’activité militaire dans le coin. A son apogée, il n’y avait guère que quelques officiers français et une trentaine de soldats stationnés ici (pour la plupart de enrôlés Lao et Vietnamien). Une fois que le Laos a obtenu son indépendance en 1954, le Laos avait d’abord repris le fort pour utiliser le bâtiment comme logement.

L’air de rien, le fort Carnot est le bâtiment militaire colonial le mieux préservé au Laos, beaucoup d’autres ayant été détruit. La structure est clairement en ruine malgré une tentative de restauration en 2011. De grands arbres grimpent le long des murs et aujourd’hui, il n’y a pas grand à chose à voir d’autant que l’intérieur était fermé d’accès…

devant fort carnot de huay xai - laos

arbre fort carnot huay xai - laos

vue mekong huay xai

C’est un lieu méconnu (il est même pas indiqué sur Google Maps !), j’en avais entendu parler à la guesthouse, et si ce n’est pas un lieu exceptionnel, il y a toujours la satisfaction d’être seul et la montée est un bon moyen de faire un peu d’exercice et avoir une vue partielle sur la Thailande (même si au final, vous avez la même chose depuis le temple dont je parle après).

Ça reste une balade possible, qui permet notamment de croiser ses habitants. Au détour d’une rue, on y croisait justement l’un deux, parlant un français impeccable, n’ayant pourtant jamais vécu en France d’après ses dires ! Celui-ci nous invitait même à prendre un verre à sa table, l’accueil laotien dans toute sa splendeur !

Se rendre au fort Carnot

Longez la rue principale le long de la rivière comme si vous reveniez vers le terminal de bus (donc vers le sud). Vous passerez devant un lycée puis le bureau de poste (marqué en français en plus), puis vous trouverez un peu plus loin sur votre gauche un chemin de terre un peu raide pour y monter.

huay xai - laos

La poste.

huay xai - laos

Chemin menant au fort Carnot.

Concrètement, l’entrée qui s’apparente comme étant la principale (avec la tour penchée et une cour devant) était fermée, mais parait-il qu’il y en a une autre, côté Est, qui n’est pas verrouillée. Pas pu testé, car ayant fait le tour, je n’ai rien vu de tel…

Si d’aventure, vous arrivez à y entrer, vous y croiserez les anciens dortoirs et cellules, vous pourrez admirer une vue imprenable sur la ville et la rivière et si vous êtes assez téméraires, vous pourrez emprunter les escaliers brimbalant de la tour encore debout près du précipice.

A la recherche du marché de Huay Xai

Suivant les conseils du gentil monsieur parlant français, on essayait de rejoindre le marché de Huay Xai. J’ai bien les marchés en général, car c’est un bon lieu pour rencontrer les gens et s’imprégner d’une ambiance purement locale.

Malheureusement, les indications pour y aller restaient assez vagues et je n’avais pour ainsi dire aucune idée de là où ça se trouvait… Pour ne rien arranger, les quelques personnes a qui je demandais soit n’avaient pas l’air de comprendre ce que je cherchais, soit confirmait la direction sans plus de précisions…

Et enfin, « last but not least », la chaleur du mois de mars ne poussait pas trop l’envie de marcher en plein cagnard…

Il aura fallu la rédaction de cet article pour visualiser concrètement où cela se trouve… (voir en bas de l’article sinon taper Muangkeo Market sur Google Maps)

Ce n’était qu’à 700 m de notre position… Tant pis.

Le temple de la colline de Huay Xai : Wat Chomkao Manilat

L’autre point de visite « important » à Huay Xai, c’est son temple sur une autre petite colline. Après la balade retour le long de la route principale, longeant la rivière, nous étions au pied de la colline. L’accès se fait depuis le chemin en face de celui menant aux bateaux pour faire les croisières.

Un escalier longé classiquement par des Nagas (le serpent mythologique dans le bouddhisme, sorte de dieu des mers et des rivières, qui abrita le Bouddha des intempéries lors de sa longue séance de méditation).

Des moines étaient en train de passer le balai, activité classique dans un temple l’après-midi. Le temple lui-même est très coloré, pas particulièrement mémorable, mais c’est surtout la vue sur la rivière et la Thailande en face qui font le charme, qui plus est alors que le soleil couchant, rougissant, venait parfaire le tableau.

Quelques moines, jeunes pour la plupart, vaquaient dans le coin avant de rejoindre le temple à l’heure de la prière. Un panneau indique le fort Carnot à 900 m, preuve en est qu’il n’est pas forcément nécessaire de redescendre depuis l’autre colline pour rejoindre le temple (après la distance est la même).

L’ambiance est paisible et à part un petit groupe de touristes et 2/3 curieux, pas grands monde venait perturber ce moment de sérénité.

On profitait des derniers rayons de soleil pour redescendre, la faim commençant à faire un appel du pied. Je mangeais ce soir là en dessert une excellente crêpe qui pourrait, au même titre que la très bonne mousse au chocolat de l’hôtel à Thakhek, m’y faire revenir.

restaurant huay xai - laos

restaurant huay xai - laos

Huay Xai en résumé

Il est certain que vous ne passerez pas des jours dans le coin, mais je dirais que de s’y arrêter un petit peu le temps d’une journée peut suffire pour voir un bout de Laos en dehors de la sempiternelle Luang Prabang et autres destinations généralement plébiscitées au Laos.

Sur une carte voici en résumé ce qu’il faut retenir de ce petit tour à Huay Xai :

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage, photos, conseils et récits de la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui serait tenter par l'aventure de l'expatriation, ceux qui rêvent d'Asie et ceux qui veulent rêver tout court.

2 Avis

  1. FERAUD Martine 5 mois ll y a

    Magnifique ,j’en rêve depuis toujours ,j’espère ,un jour pouvoirs le faire ce voyage merveilleux,très beau documentaire av de la sensibilité ,belle photo ,bien expliquée

    • Auteur
      Romain 5 mois ll y a

      Merci ! Je vous souhaite de réaliser ce rêve somme toute assez accessible (l’un de mes rêves serait d’expérimenter l’apesanteur, c’est pas gagné…).

Laisser un commentaire

Petite visite de Huay Xai, point de départ des croisières sur le Mékong

by Romain time to read: 7 min
2