Haut
  >  Blog de voyage   >  Lieux de tournages : Jospéhine, ange gardien – restons zen (épisode en Thaïlande)

Voilà bien un titre qui peut vous interpeller… D’autant plus si vous êtes habitué à ce blog. D’abord, quel peut être le rapport entre la Thaïlande et notre chère Joséphine bien française ? Et pourquoi cet article ? Et bien comme le titre le suggère justement, un épisode de cette célèbre série mettant en scène Mimi Mathy, se déroule en Thaïlande. L’idée étant ici de vous exposer les lieux de tournages de cet épisode, car je me dis que ça peut intéresser certaines personnes.

Et aussi, je ne vais pas m’en cacher, j’ai passé un certain temps pour dénicher tous ces endroits, je me suis dit, autant fructifier ce temps-là et vous le partager. Je me suis dit au passage que ça allait me permettre de m’essayer un style d’écriture différent, à mi-chemin entre une “enquête” policière et une critique “cinéma”.

Jospéhine, ange gardien : restons zen

Juste pour remettre dans le contexte de comment j’en suis arrivé là, j’étais en mode “pause” hier, alors que je bosse quasi continuellement chaque jour à vous préparer des nouveaux articles. Traînant sur Facebook, je tombe sur l’un des groupes consacré à la Thaïlande que je suis (vous pouvez aussi faire un tour sur mon groupe Facebook au passage) avec une personne évoquant la rediffusion de cet épisode, qui ravive donc des souvenirs de leur voyage en Thaïlande avec nostalgie.

Comme la série est un minimum connue et suivie, j’étais intrigué par comment la Thaïlande serait représenté dans ce genre de production. Je me retrouvais alors, pour la première fois de ma vie, à regarder un épisode de Joséphine, ange gardien…

Notez que je me suis servi d’une vidéo Youtube en particulier pour regarder l’épisode et faire mes recherches, ce qui n’étais pas toujours évident vu la qualité de cette dernière (en plus d’être bruité, elle est au format 4/3 donc un peu écrasé). Ce n’est qu’après avoir fait toutes mes captures d’écrans et recherche que je tombais sur une version récente en bien meilleure qualité… Et en parlant de captures d’écran, je vous ai rajouté des flèches jaunes pour faciliter la correspondance entre la série et les photos (oui, j’avais vraiment du temps à “tuer”…).

Voir l’épisode “Jospéhine, ange gardien : restons zen” ci-dessous, il s’agit du 6e épisode de la 14e saison (correspondant à l’épisode 68 en tout). C’est la vidéo qui m’a servi de référence, je vous la mets ici histoire que les temps donnés dans l’article correspondent, d’autant que la vidéo de meilleure qualité est une version tronquée de presque 20 minutes (mais si ça vous intéresse, c’est par ici):

Je précise que lorsque je mettrais des photos côte à côte pour comparer, celles provenant de la série seront à gauche tandis que la photo provenant de Google ou perso sera à droite.

Les lieux de tournages se déroulant à Bangkok

On commence par la première scène en Thaïlande, l’aéroport. Comme le suggère le plan à 3:55, c’est bel et bien l’aéroport principal, Suvarnabhumi, par lequel vous arrivez en effet à Bangkok depuis l’Europe. Toutes les scènes du début, l’accueil de Joséphine, les escalators et le plan extérieur du départ du taxi sont bel et bien de cet aéroport.

On arrive ensuite à la scène du commissariat. Comme tout se passe en intérieur, jusque-là difficile de dire où ça se passe… Alors que Joséphine sort, on voit un plan extérieur à 12:00. Un peu juste pour trouver vu qu’on ne voit pas de nom et que les commissariats ont tendance à se ressembler de l’extérieur. J’y reviendrais.

aeroport suvarnabhumi episode josephine ange gardien thailande

Vient ensuite la scène dans les canaux. Là, c’était facile. j’ai reconnu direct puisqu’il s’agit du canal où se trouve la maison aux artistes (dont je vous mets le lien ici : Au fil des khlongs – The Artist House). Je revois la statue rouge sur le bord et le pont qui permet de joindre les deux côtés du canal et permet d’admirer la vue avec laquelle un court plan montre le bateau naviguer sur le canal (vue en contre-plongée).

photo canal episode josephine ange gardien thailande

Ici on reconnaît bien le pont sur lequel était la jeune femme dans la série.

À 14:25, là aussi, c’est facile. Pour qui a l’habitude, on reconnaît la cour arrière du célèbre Wat Pho, où se trouve le Bouddha couché. Je passe l’incohérence de plan où à 14:25, on les voit s’éloigner d’une chapelle juste à gauche, dans laquelle ils rentrent justement dedans sur le plan suivant à 14:30. Pour l’anecdote, dans ce bâtiment, vous pouvez assister au chant des moines à 17 h. Ce que dit le personnage de Bastien reste vrai, il s’agit d’un des plus vieux temple de Bangkok.

Par contre, ne cherchez pas la statue de Mae Thorani (dont on ajoute parfois le préfixe Phra, pour souligner la caractère déique) au Wat Pho. La statue que vous voyez dans la série a été rajoutée à cet endroit. Après ça peut être tout à fait possible d’en croiser dans d’autres temples ou même ailleurs dans le Wat Pho. Ce qui est dit sur Phra Mae Thorani (en thaï พระแม่ธรณี), parfois écrit Phra Toranee, est vrai. Il s’agit bien d’une déesse de la Terre dans la mythologie bouddhique qui, en essorant ses cheveux, en fit sortir de l’eau pour noyer Māra, un démon envoyé pour empêcher le Bouddha d’atteindre l’illumination quand il méditait sous l’arbre de la bodhi. Par contre, cela se prononce Mai Thorani et non Maé Thorani comme ils le disent.

La suite nous emmène à l’hôtel Loy La Long. Aucune triche, l’hôtel existe bien et se trouve au bord du Chao Phraya. Il y a bel et bien une terrasse avec la vue qu’on voit dans la série. Je connais aussi cet hôtel puisqu’il est dans la liste des hôtels que je recommande pour dormir à Bangkok. L’entrée se trouve derrière un temple (le Wat Pathum Khongkha), comme le montre furtivement le plan de Mimi avec deux chedis derrière elle en arrivant sur place.

Pour les quelques minutes suivantes, on ne revient que vers des lieux déjà vu, de nouveau l’aéroport Suvarnabhumi et le Wat Pho. On passe alors dans la suite de l’action, se déroulant dans le nord selon la réalité des personnages (voir la rubrique suivante).

photo loy la long hotel episode josephine ange gardien thailande

L’hôtel au bord du Chao Phraya.

On fait donc une ellipse temporelle puisque revient sur Bangkok alors que Joséphine appelle Bastien, alors toujours à Bangkok. Ce dernier se trouve sur le pont avec la grande arche blanche, enjambant l’avenue Sathorn. C’est à côté de la station de BTS Chong Nonsi, c’est un lieu assez connu de Bangkok donc facile à reconnaître.

Encore un petit saut dans le temps et on arrive à 45:49, avec un plan montrant Bangkok avec de la verdure en premier plan. C’est une vue du parc Lumphini, probablement filmé depuis le Sofitel So, qui venant d’ouvrir quelques mois plus tôt. Le nom a depuis d’ailleurs été simplifié puisqu’il s’appelle désormais le SO/ BANGKOK. Le court plan suivant est une vue aérienne sur la pont Saphan Taksin, point de départ pour beaucoup afin d’embarquer sur le bateau Chao Phraya Express. Si je détail, vu l’angle, cela a dû être tourné depuis le haut de la CAT Tower (l’équivalent de France Telecom, enfin, Orange maintenant). À 45:52, tout le monde aura reconnu le fameux Wat Arun, situé en face du Wat Pho.

Arrive la scène du délire de Bastien dans le bar/restaurant. Et quand il sort dans la rue, avec cette vue en contre-plongée, je reconnais direct RCA (Royal City Avenue). Il s’agit d’une rue surtout fréquentée le soir pour ses nombreux bars et boîtes de nuits. Et la scène se passe précisément au Old Leng RCA dont on reconnaît la façade en bois, avec à côté, un concessionnaire de moto Triumph.

Toute la scène suivante, avec la petite “course poursuite” en voiture de police se passe autour du vieux quartier de Bangkok. C’est dans la zone qu’on appelle Rattanakosin, derrière le Palais-Royal. Précisément, il s’agit du petit quartier de Phuton, reconnaissable à ses façades de maison d’époque. Tout se passe sur Phraeng Phuton Road, et alors que Bastien tourne à gauche de l’écran, le plan suivant se passe en fait toujours sur la même rue… Quand il s’engage dans une petite rue à 48:42, on est en fait tout juste de l’autre côté de la petite place au centre de ce quartier. Le plan suivant est cohérent, on gravite toujours autour de la même place.

place autour phuton road episode josephine ange gardien thailande

la place autour de laquelle ils gravitent.

À 49:39, on passe sur la rue voisine de Phraeng Nara, où l’on peut reconnaître (en ayant l’œil) une façade d’un bâtiment ancien, autrefois résidence d’un prince. À 49:47, ils sortent un peu des ruelles de Phuton et passent sur Atsadang Road, où l’on aperçoit de l’autre côté d’un canal le bâtiment abritant le ministère de la Défense. Puis la fin de la poursuite nous ramène de nouveau sur Phraeng Phuton Road, cette fois devant le bâtiment de la Croix Rouge qui s’y trouve.

batiment ancien episode josephine ange gardien thailande

Le vieux bâtiment en question de la rue Phraeng Nara.

Alors qu’ils roulent vers le commissariat vers 50:13, on voit un plan dans la rue à Bangkok. Comme on voit la ligne de métro aérien, qui plus est avec une courbe, on peut reconnaître l’avenue Naradhiwas-Rajanagarindra. Je vous le donne dans le mille, coût de production oblige, c’est à côté du pont à l’arche dont je parlais plus tôt avec la scène de Bastien devant un orchestre Thaï. De plus, le plan suivant le confirme puisqu’on voit l’avenue Sathorn, perpendiculaire à Naradhiwas. La vue est d’ailleurs prise depuis le pont à l’arche, logique d’un point de vue prod, mais ne prends pas de considération logique géographique par rapport au plan précédent.

On en revient à notre commissariat. Dont le premier plan extérieur à 50:48 ne m’aide toujours pas… Au début j’étais d’ailleurs prêt à laisser tomber, après tout, ce n’est qu’un commissariat, ça n’a dans l’absolu aucun intérêt de préciser lequel est-ce… Mais je suis têtu et pour le geste de ce jeu de piste, je vous donne la réponse. La “délivrance vient à 54:52, où l’on voit clairement un plan extérieur du commissariat. C’est très flou vu la qualité donc je distingue pas super bien les lettres, mais on peut quand même déchiffrer un peu avec notamment la présence à trois reprises de la lettre

ngo nguu – une lettre étant toujours associé à un objet ou animal pour faciliter l’apprentissage, ici nguu veut dire serpent. Partant de ce postulat, j’ai d’abord vérifié la liste des différents districts de Bangkok, ce qu’on appelle des Khet pour Bangkok (équivalent pour les provinces de Tambon). Rien ne correspond. Du coup je me rabats sur les sous-districts, ce qu’on appelle des Khwaeng (dont vous avez la liste ici). Et là, re Bingo, je vois Thung Song Hong, en thaï ทุ่งสองห้อง. Tout correspond, voilà donc notre fameux commissariat, c’est le Thung Song Hong Police Station. En faisant la vérif, je tombe sur une photo montrant l’ancienne façade (le panneau a depuis changé), c’est validé.

Et là encore, vous allez voir qu’il y a une logique de production ! Dans un premier temps, le plan suivant à 56:10 est encore un extérieur de l’aéroport international de Suvarnabhumi. 57:30 également, c’est bien les comptoirs de Suvarnabhumi.  Idem pour la discussion au café, dont on voit le logo The Miracle, même si c’est normalement plutôt une salle de lounge (salon d’attente privé) qu’un petit café comme ça. Au passage, l’anecdote du médecin à 58:48 reste vrai, le système de santé en Thaïlande est excellent.

C’est le plan suivant à 59:39 que me ramène à cette logique de production. Cette salle d’attente n’étant pas à Suvarnabhumi, mais à Don Muang, l’ancien aéroport principal. J’imagine que les autorisations de tournage dans cette zone devaient être plus faciles ou seulement possibles à cet endroit. Comme on voit des sièges roses, on peut même préciser la zone en question, c’est l’attente pour les portes d’embarquements 41-46. Les escaliers et la scène extérieure étant bien aussi tourné à Don Muang, je confirme que ce genre d’autorisation aurait été compliqué à Suvarnabhumi qui bouge pratiquement 24h/24.

Les lieux de tournages se déroulant dans le nord

Et le premier plan de l’aéroport est bien celui de Chiang Mai. Par contre le plan de nuit à l’hôpital, ne l’est pas. Si l’on se fit à la façade qu’on voit partiellement à 26:13, on voit le terme “hôpital” (โรงพยาบาล en thaï) plus quelques lettres. En tapant sur Google Maps โรงพยาบาล+ลำลู soit hôpital + les lettres qui sont visibles, ça me sort le Lamlukka Hospital, situé à Pathum Thani, une banlieue au nord-est de Bangkok. En regardant les quelques photos à disposition, cela a l’air de correspondre.

Les quelques plans suivant, vers 26:20, montre un temple en évidence. Il s’agit du principal temple au cœur de la vieille ville de Chiang Mai, le Wat Chedi Luang. Tel que c’est filmé, on dirait qu’une route passe comme ça à côté alors que non. En réalité il s’agit de l’intérieur de l’enceinte du temple, donc on n’y circule pas comme ça en peine nuit…

Pour l’hôtel que l’on voit juste après, j’avais que je suis vaincu…. Les indices sont trop maigres. J’aurais pu reconnaître ceci dit car j’ai beaucoup séjourné à Chiang Mai mais là, je ne reconnais d’autant pas la façade visible que ce n’est pas forcément à Chiang Mai même. Il y a tellement d’établissements… J’ai cherché en tapant plusieurs déclinaisons du style “hotel chiang mai façade teck”, en anglais également. Certains hôtels ressortaient mais ce n’étaient pas ceux là. Soit dit en passant, ça m’a fait trouver quelques beaux hôtels que je vous partage ci-dessus :

Ce dernier me semblait d’autant plausible qu’il est de la même branche que l’hôtel situé juste à côté du principal lieu de tournage au nord (au camp des éléphants), le Sibsan Resort & Spa. Mais a priori ça colle pas quand même…

wat chedi luang chaing mai avril

Le Wat Chedi Luang, l’un des principaux temples de la vieille ville.

Ce qui me fait arriver à la partie sur la route, où, je vous le dit tout de suite, ça ne sera pas comme sur cette séquence. Il reste rare de croiser autant d’éléphants sur le bas-côté de la route et encore moins des charrues tirés par des bœufs… Toutefois, cela me donnait un indice de taille. Ils ont tournés prêt d’un centre aux éléphants, ça forcément, vu la suite de l’épisode, mais vu que c’est pas commun, c’était surtout près d’un lieu offrant des balades en charrues tirées par des bœufs, logique. Avant de trouver précisément la route, il m’avait d’abord fallut cibler le camps en question, servant pour l’intrigue autour de Romane.

Une fois fait, c’est relativement une question de logique. Les tournages faisant en sorte d’éviter de trop bouger, pour une raison de gain de temps et de coût, je me doutais que toute une série de plans fût tournée dans la même zone. Et ce faisant, je pouvais facilement trouver le temple que l’on aperçoit à 29:25, il s’agit du Wat Mae Ta-Man. Ce qui me fait préciser au passage que contrairement à ce qui est dit, ce n’est pas Mae San, qui existe aussi, mais se trouve dans la région de Lampang, un peu plus au Sud. En l’occurrence, cela se passe le long de la rivière Mae Taeng, à 1 h au nord de Chiang Mai.

Comme tout se tient, la séquence suivante montrant un village avec des femmes au long cou se passe au village de Ban Huay Pa Rai. Le village est simplement répertorié Karen Women Village sur Google Maps, à 1 km du temple et du camp d’éléphant. Il s’agit d’un genre de village un peu “polémique” puisque ce sont des femmes qui sont des réfugiés venant de Birmanie. Sans la nationalité Thaï, elles n’ont d’autres choix que de vivre dans ces sortes de village un peu “zoo” humain… J’y reviendrais dans un article dédié.

Et on arrive justement au camp d’éléphant, qui centre l’intrigue sur Romane. C’était le plus dur à trouver car il peut y avoir de multiples possibilités. Et c’était le plus important à trouver du fait de cette logique de tournage exposé jusqu’alors. En trouvant le camp, j’ai pu en déduire les autres endroits jusqu’à trouver la route même ci-dessus. Vu le grand nombre de camp d’éléphants et le peu de plan large, il m’a fallu me creuser un peu… Mais je vous explique le raisonnement. Tout d’abord, on en vient à nos bœufs tirant des charrettes, mon indice de départ. Le second indice, c’est qu’on aperçoit sur certains plans concernant la rivière jouxtant le camps, des radeaux en bambous en train de naviguer (je sais c’est furtif si on y fait pas gaffe).

Hors, il y a en gros deux rivières possibles pour ça. L’une au Sud de Chiang Mai, la rivière Mae Wang, près du Doi Inthanon, et l’autre au Nord, avec la rivière Mae Taeng. Et dans les deux zones, on trouve des camps et sanctuaires pour éléphants. À partir de là, j’ai commencé à scruter sur Google Maps les endroits possibles. Sachant qu’on voit bien que la zone bordant la rivière est montagneuse, donc ça élimine les parties de la rivière en plaine et à l’inverse, il faut aussi qu’il y ai la place pour le camp, donc pas possible dans les zones où la rivière serpente entre deux montagnes. Avec ces éléments, cela me dirigeait plutôt vers Mae Taeng que Mae Wang, ce qui était aussi mon intuition première. J’avais un peu hésité et jeter un oeil le long de la rivière Ping, non loin de Mae Taeng, qui restait une “candidate possible”, mais je me rendais à l’évidence, ce n’était pas là. Pour rappel, Mae Taeng est là où se trouve le fameux parc à éléphant, le Elephant Nature Park, avec une vallée comportant plusieurs camps et la rivière longeant le flanc de montagne de l’autre côté.

Heureusement, Google Maps étant un outil formidable, j’ai fini par tomber par sur une image à 360° prise juste au bord de la rivière, à côté d’un camp d’éléphant que j’avais en mire. Et si l’angle ne correspond pas trop, beaucoup d’éléments concordent. Comme par la suite, me basant sur cette suspicion, je trouvais le temple et voyais le village Karen, j’avais peu de doute que ce ne soit pas le bon endroit. D’autres scènes plus loin allaient d’ailleurs confirmer ma trouvaille. Et le résultat, c’est que ça a été tourné au Maetaman Elephant Camp & Bamboo Rafting. Après, je tiens à préciser que ce n’est pas le genre de camp que je recommanderai de visiter en tant que tel.

À 42:25, on nous explique que les personnages doivent rejoindre un hôpital à Chiang Khong. C’est une ville qui existe vraiment, et se trouve bien dans le Triangle d’Or, là où est censé se dérouler l’action. Chiang Khong est aussi bien au bord d’un fleuve, le mythique Mékong. Il est alors possible de traverser en face au Laos, dans la petite ville de Huay Xai et faire une croisière le long du Mékong jusqu’à Luang Prabang. À l’inverse, et cela se voit bien lorsque l’éléphant traverse le cours d’eau en arrivant au camp, on voit bien que ce n’est pas un fleuve, Mae Taeng n’étant qu’une petite rivière de montagne. Les deux régions ne sont pas non plus à côté donc n’espérez pas faire cette balade en bateau de 20 min. Chiang Khong est à presque 300 km de là et je doute que vous fassiez le voyage sur l’eau.

Et là encore, la déduction du lieu de tournage reste logique. Sur les images, on voit clairement qu’il s’agit d’un lac et non d’un fleuve. Et ça tombe bien, en regardant la carte, on voit vite qu’à l’Est de Mae Taeng, se trouve effectivement un barrage avec un lac, Mae Ngat Somboon Chon. On peut même reconnaître les toits des hôtels flottant bordant ce lac et un hôtel en particulier, le Pae Rim Tarn (เรือนแพริมธาร). Même le bateau, au toit plat correspond donc aucun doute. Pour l’anecdote d’ailleurs, alors que c’est très furtif, c’est bien l’actrice Thaïlandaise qui pilote le bateau sur la séquence en question, elle a dû apprendre juste pour un plan de 2s.

La scène suivante se déroule donc à l’hôpital. Et là, c’est la “magie du cinéma” (ça va bien avec le thème !), puisque cela ne se déroule pas à Chiang Khong ni même dans le nord… Là aussi, j’ai un peu galéré au début, car ça ressemble un peu à n’importe quel petit hôpital de campagne. Mais un détail au tout début du plan à 43:36 me donnait un indice important. Au-dessus de l’hôpital, vous apercevez le haut d’un immeuble, dont on voit les vitres bleutées et une bordure blanche. L’autre indication évidente étant tout simplement la façade de l’hôpital affichant un nom. Toutefois, avec ce seul plan, je n’étais pas en mesure de trouver l’endroit, car la qualité de la vidéo plus le fait que des lettres sont manquantes car caché par le poteau, ne m’aidaient pas.

C’est le plan de la sortie de l’hôpital à 47:16 qui allait combler ce manque d’info. La vue permet de mieux voir le nom, il me suffisait de rentrer l’info sur Google Maps et hop, il s’agit du Burachat Chaiyakon Hospital. Tout concorde, le toit dépassant, l’allure du bâtiment, on voit que le drapeau thaïlandais à été remplacé par une croix rouge pour bien faire comprendre aux téléspectateurs qu’on sort de l’hôpital.

Là encore, c’est d’autant cohérent que la scène s’insérant entre le début de l’hôpital et la sortie, c’est Bastien et sa crise de démence, dont le lieu de tournage est proche (RCA), comme évoqué au paragraphe concernant Bangkok.

haut toit hopital episode josephine ange gardien thailande

Le haut du toit qui m’a mis la puce à l’oreille.

sortie hopital episode josephine ange gardien thailandegoogle maps sortie hopital episode josephine ange gardien thailande

On fait là encore un saut dans le temps et on arrive à 01:01:53, avec le vol en hélicoptère ramenant toute la joyeuse clique dans le Nord de la Thaïlande. Ce plan est facile à reconnaître pour moi, car c’est un endroit où j’avais emmené Jitima boire un coup un soir. C’est un survol de l’hôtel Dhara Dhevi Chiang Mai Resort, situé en périphérie à l’Est de Chiang Mai.

Le plan extérieur d’après à 01:02:02 est le survol d’un temple surplombant une vallée. J’ai eu du mal à le localiser dans un premier temps, mais là aussi, j’ai fait fonctionner la logique. Vu que le plan d’avant montre une zone située à l’Est, je cherchais surtout du côté des montagnes à l’Est de Chiang Mai. Même si c’est un hélico et qu’ils auraient pu tout aussi bien se rendre rapidement vers une autre zone. Même cette stratégie fut tout de même payante, puisque j’identifiais finalement ce temple comme étant le Wat Phra That Doi Saket, situé au Nord-Est de Chiang Mai. Le vol se poursuivant vers cette direction, c’est donc tout naturellement que le plan suivant à 01:02:31 nous montre le lac situé non loin de là, Mae Kuang.

Visuellement, je n’arrive pas à repérer le H pour l’atterrissage de l’hélico mais je pense que ça se passe bien à l’aéroport de Chiang Mai. Par ailleurs, si jamais un tel tour vous intéresse, il faut savoir que c’est possible (voir ici). Par contre c’est évidemment pas donné. Pour 20 minutes de vol, c’est 30 000 bahts (environ 880 €), ouch.

La dernière demi-heure se passant entre le camp aux éléphants et l’hôpital, j’ai donc terminé mon “enquête”. Voilà, vous connaissez tous les lieux de tournage !

Analyse et critique de l’épisode

Je commencerai dans l’ordre de ce qu’on peut voir en regardant cet épisode. Et je commence avec la scène de l’avion. On se doute bien que ce soit un avion type “studio” servant à filmer ce genre de situation. Perso, j’ai tiqué en ne voyant aucun écran. Même alors que cet épisode à dû être tourné, selon mes estimations, vers février/mars 2013 (avec première diffusion en fin d’année 2013 et vu l’état de la végétation dans le nord et la brume qu’on aperçoit sur les plans aérien), n’importe quelle compagnie propose des écrans individuels sur des vols long courrier.

Alors certes, je pinaille déjà, mais c’est un détail qui me faisait “sortir” de ce voyage démarrant à peine. J’aime bien qu’un film ou série soit un minimum “réaliste”, au moins dans les limites de son univers (ce qu’on appelle la diégèse), car on est d’accord qu’un ange gardien qui claque des doigts, n’est pas par défaut “réel”.

En arrivant au commissariat, j’ai un doute sur l’actrice, qui a certes des origines asiatique, mais son accent en Thaï m’interpelle. Je peux vous le dire tout de suite, , qui incarne Jeera, a dû apprendre et prononcer du texte en thaï, mais ne le parle clairement pas. Vu le peu de dialogue qu’elle a, ce n’est d’autant pas dérangeant que personne en France n’y fera gaffe (en dehors de Thaïlandais établi dans notre pays).

scene commissariat daphne hacquard josephine ange gardien thailande

La scène du commissariat avec Daphné Hacquard s’essayant au Thaï.

Pour la suite par contre, ça me fait décrocher encore plus…. Pourtant, j’ai bien réussi à regarder l’épisode en entier mais quand je vois le policier Thaïlandais parler aussi bien le français, désolé, mais non…. Je comprends bien que la cible de cette série n’est pas forcément du genre à apprécier des sous-titres m’enfin, ce côté “comme par hasard”, tout le monde parle français en Thaïlande, très peu crédible…

Si encore, ça s’était arrêté à ce personnage en particulier, allez, pourquoi pas. Mais quand arrive le chef et que lui aussi se met à parler un français impeccable… Bon ben là, j’explose de rire moi. Pour être un minimum plus réaliste, et ce qui est là par contre plausible, c’est d’avoir un interprète. Il y a parfois des étrangers bénévoles qui assistent la police touristique et dans certains commissariats. Cela m’étais arrivé à côté du parc Lumphini, alors que je devais réclamer un papier suite à la perte d’un ticket pour sortir du parking… Mon Thaï était alors particulièrement bancal, et par principe, j’ai du mal à parler anglais devant des Thaïs. Et là arrivait justement un étranger, qui se trouvait, de mon souvenir, être Belge francophone. Ça aide.

Si l’on continu sur cette thématique, un moine rencontré par hasard au Wat Pho comprend direct la direction que demande Bastien. Sachant que le moine en question me parait un étranger, ça peut alors paraître plausible que le hasard fait qu’il rencontre un francophone, même si ça reste gros…. En revanche, le moine d’après devant la statue de Mae Thorani, idem, il parle le français dis donc, super chouette la Thaïlande hein ? Et pour en rajouter une couche, le jeune frappant Bastien dans le bar parle lui aussi français, là je trouvais cette “facilité” de langage franchement abusive et nullement crédible. Déjà que l’anglais est pas toujours courant, alors le français, je vous laisse imaginer la probabilité…

Pour revenir au fil de l’histoire, on voit la scène du canal où Bastien s’accapare les reines du bateau et passe une vitesse et le pilote comme ça direct, aussi facile que de prendre en main un vélo… chapeau ! Mais pour avoir essayé, je sais que ce n’est certainement pas instinctif.

Vient ensuite la partie sur le nord. Qui commence par une belle caricature, alors que les personnages évoquent les routes mal entretenues en montant vers le Triangle d’or, comme si en s’éloignant vers le nord, l’état général des routes seraient forcément plus négligés… Après la remarque “ils roulent comme des dingues”, ça s’est valable partout en tant que tel (voir mon article sur le conduite en Thaïlande).

Et ça continue de plus belle avec cette image représentant la campagne thaïlandaise avec des éléphants à gogo se baladant au bord des routes et des chariots tirés par des bœufs… Bon ok, la Thaïlande du Nord, c’est encore les années 60 d’après eux… Idem la scène du village. Je comprends la notion de vouloir montrer de l’exotisme, pour exagérer les trais et bien forcer l’aspect, c’est l’Asie, la Thaïlande “ces terres lointaines”… Et donc on vous colle des dames de la tribus des Padaung (les fameuses “femmes girafes“) qui croyez moi, ne court pas les rues.

femme long cou padaung nord thailande

Une femme “girafe” dans un village du nord de la Thaïlande (c’était il y a 10 ans).

La scène suivante, je la comprends encore moins… La voiture a été accidenté, a priori il y a déjà plusieurs jours… Bon, et donc tout le monde s’en fou, on la laisse là sur le bas-côté de la route ?? Et la suite ? Et bien bizarrement cela devient enfin un minimum cohérent. Bon là encore, la petite amie de Romane, Yindee, parle évidemment français, mais comme elle est vétérinaire, on peut imaginer des études en France, pourquoi pas, idem pour le médecin. Et ô miracle, l’électricien est la seule personne de tous ces Thaïlandais qui enfin ne parlent pas français.

Du coup, sur tout le reste, l’histoire se ficelle dans une certaine logique et on rentre un peu plus dedans. Si on résume, il y a donc certes des incohérences et exagérations, mais la représentation de la Thaïlande reste un minimum respectable et ne rentre heureusement pas trop dans la caricature. Il y a des libertés en terme d’emplacements des sites, mais ça reste la “magie” de la télévision, les gens ne sont évidemment pas censé situer précisément tous ces lieux.

Voilà qui conclut cette article un peu particulier. En cherchant une image adéquat pour illustrer cette article, je suis tombé sur le blog perso de l’actrice Thaï jouant Yindee, qui a posté en anglais, avec quelques photos des coulisses : https://maythaveeweiss.wordpress.com/tag/elephant-village/

Si ce genre de format d’article vous plaît, n’hésitez pas à vous soumettre vos suggestions de films, série, on verra si jamais je me prends au jeu à vous délivrer d’autres lieux de tournages sous cette forme ! Je terminerai par évoquer que ce n’est pas le seul épisode à se passer en Thaïlande. J’ai vu qu’il y avait aussi le 6e épisode mais de la saison 11 (équivalent à l’épisode 43 au total), intitulé : Sur les traces de Yen (qui vient juste d’être rediffusé d’ailleurs). Une histoire d’adoption qui tourne mal, mais je n’ai pas réussi à trouver l’épisode en ligne en regardant vite fait. De toute façon je vais attendre vos retour avant de m’atteler à une suite.

Si vous avez regardé l’épisode, qu’en avez vous pensé du coup ?

 

L'article vous a plu ?

Note globale 5 / 5. Nombre de votes : 1

Pas encore de vote. Soyez le premier à noter cet article !

L'article vous a plu ?

Suivez moi sur les réseaux sociaux

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.