Haut
  >  Coup de coeur   >  Ko Phra Thong : repos et safari sur une île au paysage unique

Ko Phra Tong est une île de la province de Phang Nga, le long de la côte de la mer Andaman. Située presque à mi-chemin entre Phuket et Ranong, elle est peu connue du « grand public », pourtant, c’est une île abritant des paysages uniques, avec son lot de grandes plages désertes.

La légende raconte qu’une bande de pirates y aurait caché une statue de Bouddha en or, d’où son nom, Ko Phra Thong pouvant se traduire par l’île au Bouddha d’or.

vieux tronc koh phra thong - thailande

 

Une île épargnée à ce jour par le tourisme de masse, avec peu d’infrastructures. Quelques hôtels, tous centrés dans la même zone, un village de pêcheurs principal, pas d’école (en fait une, mais abandonnée en tout cas), ni supermarchés et encore moins d’ATM (distributeur de billets), tout juste elle possède un centre de soin basique… Les gens d’ici ne se sont jamais vraiment remis du tsunami qui a frappé en 2004.

On distingue 3 villages sur l’île, regroupant en tout 300 Moken, aussi appelé gitans des mers (avant la catastrophe, ils étaient au moins 1200 habitants). Même si j’écris dessus, vous dévoilant ne serait-ce que son existence, j’espère qu’elle restera ce petit bijou inconnu afin de garder son caractère atypique. Récit de ces 2 jours d’exploration.

Comment se rendre à Ko Phra Thong

Si pour notre part c’est depuis Ranong, que nous venions de visiter, que nous nous rendions sur l’île de Ko Phra Thong, le cheminement restera le même depuis Phuket.

À savoir qu’il faudra vous rendre dans la localité de Khura Buri (aussi orthographié Kuraburi, jamais simple avec les noms des lieux en Thaïlande…)

Sachant que le quai est à 8 km au nord de la ville. Ce n’est pas en tant que tel le plus proche de l’île, mais c’est le principal accès. Je précise ça, car d’une part, c’est en voiture par mes propres moyens que je m’y rendais, et à l’origine, en faisant mes repérages via Google Maps, j’avais vu un quai au sud de l’île, très proche. Sauf qu’à part les pêcheurs locaux, ce n’est pas vraiment possible de rejoindre par là les plages et hôtels de l’île, faute de chemin pour y accéder…

Heureusement, voyant un panneau sur la droite, le long de la route principale Phet Kasem (n°4) indiquant un quai pour se rendre à Ko Phra Thong, je décidais de le suivre sans poursuivre vers mon quai repéré, à plus de 40 km de là.

montagne khura buri - thailande

Vue du quai de Khura Buri.

Sachant pour comprendre cette situation que le quai principal est au nord, car l’accès vers l’île se trouve plutôt au nord de celle-ci. C’est là où se trouve le village de pêcheurs principal, le seul de l’île en gros. Et il n’y a pas de quai plus proche car la zone est composée de mangrove.

Sur place, il est préférable d’avoir un arrangement avec un hôtel réservé à l’avance qui se chargera du transfert en bateau. Comme c’est privé, c’est pas donné, normalement 2000 ฿ l’aller-retour. Comptez un peu plus d’1 heure de traversée pour rejoindre Ko Phra Thong.

Vous longerez alors la mangrove, en admirant les montagnes en fond d’un côté, et l’île de Ko Ra, île quasi-déserte de 11 km de long qui est, parait-il, une superbe réserve de faune sauvage (si ça vous intéresse, il y a un lieu pour y dormir, le Ko Ra Eco Lodge même si apparemment un peu cher pour le service qui va avec).

koh ra - thailande

L’île de Ko Ra, juste au nord de Ko Phra Thong.

Parcours dans la vieille ville

Depuis Ranong

Départs toutes les heures de 9h00 à 21h45, coût de 100 ฿, cela devrait prendre 3 heures.

Depuis Phuket

Départs toutes les heures de 7h00 à 18h00, coût de 160 ฿, cela devrait prendre également 3 heures.

Depuis Khao Lak

C’était dans notre cas notre destination suivant notre séjour à Ko Phra Thong. Khao Lak est l’une des destinations les plus susceptibles d’être votre point de départ pour l’île, si vous remontez par la suite vers Ranong et souhaitez poursuivre votre voyage vers Bangkok.

Départs toutes les heures de 7h00 à 18h00, coût de 85 ฿, durée du trajet : 1h30 via les bus faisant le trajet de/vers Phuket.

Depuis Bangkok

Il est possible de se rendre directement à Khuri Buri depuis Bangkok via le terminal sud (Southern Bus Terminal). C’est via la compagnie Lignite, avec un départ à 19h05 et une arrivée à 5h25 du matin (soit 10h20 de trajet, de nuit) pour un coût de 715 ฿ ou 954 ฿ selon le type de bus.

Il y a également des bus partant depuis la station Mo Chit, au nord de Bangkok. Plusieurs choix s’offrent alors à vous:

  • En 1re classe express (bus VIP généralement) pour un coût de 492 ฿, avec des départs à 12h00, 13h40, 17h40, 18h15 et 19h15, comptez 11 heures de trajet.
  • En 2e classe (bus local) pour un coût de 380 Bahts, départs à 11h30, 14h00, 15h40, 17h30 et 19h15, le trajet prends 14 heures.
Powered by 12Go Asia system

Balade sur les principales plages

En résumé, pour comprendre comment l’île est composée, c’est assez simple, côté ouest, c’est des longueurs de plages, côté est, par lequel on arrive, c’est plutôt de la vase et de la mangrove. Le tout est plus ou moins en fait composée de 2 îles, car un canal traverse sur toute sa longueur l’île, la séparant concrètement en 2 parties (comme à Ko Lanta).

quai khura buri koh phra thong - thailande

Au départ du quai de Khura Buri.


bateau pêche khura buri - thailande

C’est aussi un petit port de pêche.

bateau khura buri koh phra thong - thailande

arrivée île koh phra thong - thailande

En arrivant vers l’île de Ko Phra Thong.

Bienvenue chez M. Chuoi

C’est par le principal village, au nord-est de l’île, qu’on arrivait, un village de pêcheurs appelé Thapayoi. Ses habitants sont pour la plupart des Mokens. C’est le point d’accès le plus proche du quai de Khuri Buri, par lequel nous arrivions. C’est notre hôte, M. Chuoi en personne qui venait nous accueillir, après nous avoir fait venir en bateau (d’une connaissance).

Le temps d’arriver de Ranong, après quelques visites matinales, d’attendre notre transport et s’y rendre, il est déjà 14 h passé lorsque nous débarquons à Ko Phra Tong les pieds dans l’eau, et dès les premières minutes, je suis déjà conquis. La marée étant alors basse, pas possible d’accoster sur le quai et c’est les pieds dans la vase qu’on est accueilli sur l’île. Le reste du trajet se fait via son vieux 4×4 brinquebalant.

debarquement koh phra thong - thailande

On descend là.


sur 4x4 mr chuoi koh phra thong - thailande

A dada sur mon 4×4 !

chemin traversant koh phra thong - thailande

Profitant du beau temps, c’est sur les sièges du bac arrière (extérieur donc) qu’on prenait place pour rallier ses cabanes depuis Thapayoi. Il a quand même fallu une bonne vingtaine de minutes via un chemin bétonné sur une bonne partie et sablé sur les dernières centaines de mètres.

Il faut savoir que M. Chuoi est une légende locale, ce dernier ayant survécu au tsunami en s’accrochant à un arbre. Il a tout reconstruit son espace d’hébergement lui-même et sa compagne, en tout, 20 bungalows de tailles différentes pouvant autant accueillir des couples comme nous mais aussi des familles et groupe.

petit pont mr chuoi bar and hut koh phra thong - thailande

L’arrivée chez M. Chuoi.

mr chuoi bar and hut koh phra thong

chambre mr chuoi bar and hut koh phra thong - thailande

Notre bungalow.

Le temps de s’installer dans notre bungalow et l’on rejoignait la plage la plus proche à quelque 300 mètres de là. La marée est basse, l’espace est vaste, vide de personnes. Le ciel bleu légèrement « moutonneux » complète ce tableau idyllique, alors qu’on entame notre balade le long des plages.

Une impression de liberté incroyable

C’est le genre de moment où vraiment, on se sent bien dans la nature. Une vraie promenade en bord de plage sans croiser personnes ou presque. Car ce petit paradis attire un peu quand même, on y croisait justement dans la soirée des Français.

Après un peu plus de 300 m de marche sur la plage qui fait face à l’îlot de Ko Rang Nok, on arrivait à une pointe où l’on passe alors à la plage voisine. Là, en face de ladite pointe, se trouve l’îlot Ko Pho Ta.

accès plage mr chuoi bar and hut koh phra thong - thailande

L’accès à la plage la plus proche de chez M. Chuoi.


koh rang nok face koh phra thong - thailande

Sur la plage, avec l’îlot de Ko Rang Nok en face.


plage proche mr chuoi koh phra thong - thailande

Personne.


panorama plage koh phra thong - thailande

Toujours personne.


transition plage koh phra thong - thailande

On arrive sur la plage suivante.

Ici se trouve une petite butte rocheuse, parsemée de maisons aux esprits, en tant que tel rien de surprenant, on est en Thaïlande. Mais leur signification ici remonte au fameux tsunami de 2004, alors qu’une personne aurait survécu en montant sur ce promontoire et s’accrochant aux arbres, je vous le donne dans le mille, M. Chuoi himself !

Face à nous, une étendue de sable, bordée de pins, là aussi déserte. C’est ici que se trouve le Moken Eco Village, l’un des principaux hôtels de l’île, que je cite aussi plus bas dans la rubrique « où dormir ». Comme on voit le bout de cette seconde plage tout en croissant, on poursuit donc notre chemin. Sachant tout de même qu’avec sa courbure, elle fait un peu plus d’un km de long.

plage moken eco village koh phra thong - thailande

La plage du Moken Eco Village.


rocher maisons aux esprits koh phra thong - thailande

La « butte » de rocher ».


promontoire maisons esprits koh phra thong - thailande

Avec ces maisons aux esprits.

Coquillages et bernard-l’hermite

Sur le sable, quelques beaux coquillages et pas mal de bernard-l’hermite facétieux, jouant à cache-cache dès qu’on s’approche trop près. on croise alors un habitant et son chien, le propriétaire du NOK Bar & Restaurant, encore en travaux de préparation avant ouverture pour la saison. Arrivé au bout, même scénario, il y a comme une petite pointe rocheuse, mais avec aussi un passage à travers les cocotiers épars pour rejoindre la plage suivante.

C’est ici que se trouve le Golden Buddha Resort, du nom de la plage principale de l’île, qui donne aussi son nom à l’île. Cet hôtel est également évoqué plus bas dans les lieux où dormir, on pensait dîner là alors qu’on arrivait en fin d’après-midi et toujours rien mangé depuis ce matin, mais celui-ci n’était pas encore ouvert…

Devant nous, s’étale la plus longue plage de l’île, plus de 10 km de sable non-stop ! On s’arrête donc là pour aujourd’hui et rebroussons chemin. On espère alors  trouver un endroit où s’arrêter manger tout en admirant le coucher de soleil qui ne saurait déjà tarder.

vers golden buddha beach koh phra thong - thailandecocotiers koh phra thong - thailande

golden buddha beach koh phra thong - thailande

La très longue plage du Golden Buddha Resort.

rochers golden buddha beach koh phra thong - thailande

retour plage moken eco village koh phra thong - thailande

Comme un air de petit paradis !

belle plage koh phra thong - thailande

nok bar koh phra thong - thailande

Le Nok Bar vu depuis la plage.

À la recherche d’un restaurant

Après s’être arrêté jouer avec le chien du NOK Bar, on tentait notre chance au Horizon Eco Resort. Si l’hôtel en lui-même venait d’ouvrir, puisqu’on y croisait une famille, le service de restauration en bord de plage n’était pas encore opérationnel et ne proposait que des boissons.

Malgré la faim et alors qu’on se balade depuis plus de 2 h, on se dit qu’un petit break rafraîchissant ne fera pas de mal. Après cette petite pause impromptue d’un quart d’heure, on décide donc de continuer à revenir vers notre bungalow, en se disant qu’au pire, même si ce n’est pas en bord de plage, on pourra toujours manger là.

repos horizon resort koh phra thong - thailande

coucher soleil koh phra thong - thailande

Un beau coucher de soleil comme on aime !

C’est avec le soleil couchant juste avant 18 h qu’on revenait à hauteur du Moken Village. Voyant des gens dans le coin, on tente notre chance et Bingo ! Le restaurant est ouvert !

But atteint, quoi de mieux pour terminer cette belle journée et balade sur l’île, par un petit dîner en amoureux au bord de plage, sur fond de crépuscule.

restaurant moken eco village koh phra thong - thailande

Le restaurant du Moken Eco Village.


vue plage depuis restaurant koh phra thong - thailande

La vue sur la plage depuis le restaurant.


crepuscule koh phra thong - thailande

Les derniers rayons du soleil au crépuscule.

Retour à la nuit tombée

Pour l’anecdote, le retour fut quelque peu « épique ». En effet, on n’avait pas pensé à un léger détail, depuis notre balade en journée, la marée est montée ! Et revenir par les terres nous semblait pas particulièrement une option car on ne savait pas si un chemin mènerait par derrière jusque chez M. Chuoi, sans compter que ça nous faisait passer à travers une propriété privé (le Moken Resort en somme).

C’est donc comme à l’aller, par la plage, qu’on décide sur le moment de revenir à notre bungalow. Et il y a tout de même une sacré différence de niveau puisque la plage n’est carrément plus là ! Tout juste un bout de sable léché par les vagues venant se frotter aux arbres. Sur quelques mètres, ce n’était pas bien grave puisqu’on avait que les pieds à se mouiller.

retour bungalow de nuit koh phra thong - thailande

On voit pas grand chose…

Mais très vite, on se trouve confronté à un petit bémol. On n’avait pas remarqué plus que ça la sortie d’un canal se jetant dans la mer, coupant alors le bout de notre plage en 2. À marée basse, on passe sur le sable d’où s’écoule un filet d’eau. Là, l’eau remonte jusqu’à l’embouchure du canal.

D’abord hésitant, je n’avais pas envie de faire demi-tour sans trop savoir où me diriger. Armés de nos téléphones portables en guise de torche, on a donc dû se mouiller plus que prévu pour rejoindre notre hutte puisque pour traverser ce canal, il y avait de l’eau jusqu’à la taille (surtout pour Jitima qui est plus petite que moi).

traversée canal koh phra thong - thailande

Faut bien traverser…

Revenue dans notre « domaine », on croisait l’animal de compagnie de M. Chuoi, pas un de ces chiens, ni ces poules, mais une biche ! Pas farouche du tout et qui se laissait approchait sans broncher.

biche mr chuoi koh phra thong - thailande

La biche (je sais c’est flou…)


grenouille salle de bain koh phra thong - thailande

Petit bonus, une grenouille sur notre douchette de salle de bain, de retour à notre bungalow.

Le village abandonné et petit safari sur l’île

En ce début de notre 2e journée, le temps est déjà plus mitigé que la veille. On voit certes un peu de ciel bleu mais plus chargé en nuages. La mer est encore haute, mais posera moins de problèmes pour rejoindre de nouveau le Moken Eco Village.

Satisfait de notre dîner la veille, on décidait de s’y poser pour notre petit-déjeuner. Sauf que la météo va vite changer et quelques minutes après notre arrivée, c’est le déluge. Ce qui ne nous arrange vraiment pas, car dans ce cas, il n’y a vraiment pas grand chose à faire sur une île comme ici. 

plage maree haute koh phra thong - thailande

Ça change avec la marée haute !

pins plage koh phra thong - thailandeplage mr chuoi maree haute koh phra thong - thailande

crabe koh phra thong - thailande

Les yeux flippant d’un crabe.


entre 2 plages koh phra thong - thailande

Le passage entre les 2 plages.


canal jetant mer koh phra thong - thailande

C’est le canal qu’on a du traverser la veille, rebelote mais de jour c’est plus facile !

Sachant qu’à la base, on avait prévu ce jour de faire une balade sur l’île, dans les terres cette fois, pour aller notamment voir un village à l’abandon et la « savane » de l’île. Et on va rester « coincé » au resto du Moken pendant plus de 4 h…. Ce qui fait qu’on y prenait également notre déjeuner, tant qu’à faire.

Au moins, c’était repos forcé, au calme.

Baan Lion : le village Moken abandonné

Alors oui, ce sous-titre peu porter à confusion mais je parle là des Mokens, le peuple des mers et non plus du Moken, le resort. Une fois le temps devenu plus clément, on quittait notre cocon pour rejoindre notre autre cocon, celui de notre bungalow. Il est alors déjà presque 15 h. Il reste un peu de temps pour faire des visites.

après la pluie koh phra thong - thailande

Juste après la pluie. C’est du coup redevenue marée basse.

Mon idée première, fidèle à ma façon de faire, était de louer une petite moto et me balader par nous-même sur l’île. Sauf que voilà, c’est Ko Phra Thong… Donc pas d’agence de loc et pas vraiment de motorbike.

D’abord aidant et conciliant, M. Chuoi, essaye de me trouver un véhicule et si une connaissance a bien une petite moto, ce dernier n’est pas trop chaud malgré l’état de son engin, à le laisser aux mains d’un inconnu (LOL).

Celui-ci nous propose alors de nous faire les visites en question avec son vieux 4×4, moyennant finance évidemment (300 B / personne pour 2h de visite). Je reste compréhensif qu’il faut bien qu’il casse la croûte et notre hôte savait se vendre en expliquant que connaissant bien l’île, il saura nous emmener aux points photogéniques et intéressants direct (je parle surtout pour la balade dans la « savane » locale).

Le temps de se préparer et c’est à 17h qu’on décollait sur la piste de béton et de sable menant au nord de l’île, direction le village de Baan Lion à seulement 5 min en voiture.

chemin vers baan lion koh phra thong - thailande

En route vers le village de Baan Lion.

Avec la visite de la savane le lendemain, ça faisait parti des lieux que je tenais à voir en séjournant sur Ko Phra Thong. Le nom de ce village vient de l’organisme caritatif qui l’a financé, qui s’appelle Lions Club. Face à la puissance du tsunami, le village Moken qui jouxtait la mer sur cette partie de l’île a complètement été rasé. Le Lions Club a donc fait reconstruire un village « moderne », en peu en retrait de la mer, comprenant une centaine de maisons sur pilotis, l’électricité et une école, pour remettre sur pied la vie locale et aider ses habitants à tourner la page de la catastrophe.

Malheureusement, la vie n’étant plus comme avant, beaucoup ont préférés quittés les lieux, rejoignant le continent pour trouver du boulot notamment. Aujourd’hui, seules 6 familles subsistent sur place. L’école, faute d’élèves, à fini par fermer il y a quelques années.

entree baan lion koh phra thong - thailande

En arrivant au village.

maison village baan lion koh phra thong - thailande

Baan Lion est donc un peu un village fantôme, à l’abandon. Les maisons restés vides sont entourés par la végétation. On se surprend à y voir ces quelques locaux qui, n’ayant nulle part où aller, s’organisent autour de ce qu’il reste de ce village.

On y trouve par exemple une petite supérette, le bricolo du coin, qui retape les motos et aussi, plus surprenant, une sorte de petit musée de la mer. Ce dernier est l’œuvre d’une ONG dont l’objectif est de surveiller et d’aider à protéger l’environnement local et la faune, notamment des tortues. Naucrates, son nom, possède justement des bureaux dans ce même village.

Le sentiment en se baladant là est somme toute, assez étrange. Même si cela remonte à plus d’une décennie, on est quelque part face à une conséquence de la tragédie qui a changé la face du monde pour bien des familles cette année-là. Le vide ressenti en me baladant dans les salles de classe désertes, dont les tableaux sont maintenant remplis de message (parfois obscène et stupide malheureusement…) était à peine effacé par le sourire des quelques enfants encore présent parmi les familles restante.

Ces enfants débordant de joie contrastait pas mal avec la tristesse de l’endroit. Pour autant, je trouve cette visite agréable, car c’est une facette de l’île. C’est une manière de faire comme une visite de « courtoisie », de ne pas oublier ses habitants, ses gardiens de l’île qui sont et restent les descendants des peuples des mers aujourd’hui si rare.

escalier maison abandonnee koh phra thong - thailandevillage abandonne koh phra thong - thailandebaan lion koh phra thong - thailandevue village abandonné koh phra thong - thailande

école abandonnée baan lion koh phra thong - thailande

L’école.


interieur ecole baan lion koh phra thong - thailande

La salle de classe, en sale état…

Le temps de faire le tour, discuter un peu avec les gens de la supérette tout en leur achetant un petit snack au passage et on repartait du village au bout de 40 minutes.

L’aller-retour pour cette visite nous a tout juste prit une heure. On revenait au bungalow juste avant le crépuscule. Ce soir-là, on goûtait enfin à la cuisine de notre hôte, ayant la flemme de revenir jusqu’au Moken Eco Lodge et histoire de changer un peu.

alignement maisons baan lion koh phra thong - thailande

En quittant le village.


enfants moken koh phra thong - thailande

Heureusement qu’il était là pour remettre du sourire sur les lèvres !


biche koh phra thong - thailande

En revenant chez M. Chuoi, sa biche était pas loin !

En mode safari en Thaïlande

C’est le jour de notre départ. Et pourtant, il nous reste une visite et non des moindres, la savane locale. Ko Phra Thong est en effet connue pour abriter un paysage digne de la savane africaine, le sable en plus.

Et c’est encore avec M. Chuoi qu’on faisait évidemment cette dernière visite. L’idée étant de s’y arrêter au passage, en nous ramenant au village principal pour reprendre le bateau vers Khuri Buri.

route principale koh phra thong - thailande

En route vers la « savane ».


piste koh phra thong - thailande

Hors piste.


savane koh phra thong - thailande

On se rapproche.


paysage koh phra thong - thailande

On dirait pas trop une île tropicale là.

C’est donc avec nos bagages qu’on partait assis à l’arrière du 4×4 aux amortisseurs fatigués. En mode safari, comme dans le titre. Et très vite on quitte le chemin bétonné, à peine plus large qu’une seule voiture, pour s’engouffrer sur une piste de sable blanc.

On passe alors pendant quelques minutes une vaste prairie, parsemée d’arbustes avec çà et là des arbres au tronc blanchâtre. C’est à l’ombre de l’un d’eux qu’on faisait un premier stop. Le tronc ressemble à un torchon vrillé, l’écorce à une peau qui pèle. Notre hôte nous brief alors sur la savane de Ko Phra Thong, expliquant que celle-ci abrite une flore unique dont il nous montrera quelques exemples peu après.

paysage savane koh phra thong - thailande

 

C’est chose faite à l’arrêt suivant, au bord d’un étang. Sur l’eau, on voit des feuilles ressemblant aux nénuphars commun, mais la petite fleur qui les accompagne est, en effet, inédite.

etang koh phra thong - thailande

petits nenuphars koh phra thong - thailande

Mini nénuphars.

Le 3e spot est certainement le plus beau. Au milieu de ces arbres à écorces blanches, nous sommes proches d’une mare, le sol est recouvert d’une herbe fine du plus bel effet. Accrochées aux arbres, M. Chuoi nous montre des petites orchidées sauvages unique, au sol, un genre de petite plante carnivore (j’arrive pas à distinguer si c’est un Drosera spatulata ou burmannii). 

En gros vous l’aurez compris, tout est en version « mini » ici. L’endroit est très photogénique et me donne vraiment sur le moment l’impression d’être ailleurs qu’en Thaïlande.

foret savane koh phra thong - thailandechemin savane koh phra thong - thailandesavane koh phra thongmilieu savane koh phra thong - thailande

drosera spatulata koh phra thong - thailande

Une drosera ça ressemble à ça.


orchidees sauvages koh phra thong - thailande

Orchidées sauvages.


notre guide mr chuoi koh phra thong - thailande

À force d’en parler, une petite photo de notre guide et hôte, M. Chuoi.


Malheureusement, notre bateau allait arriver à quai et nous devions rejoindre le village de Thapayoi. Mais avant de remonter à bord et rejoindre le parking où nous attendait sagement la voiture, on prenait quelques minutes pour se balader dans le village, s’imprégner de l’ambiance matinale.

La marée étant haute, c’est bien depuis un quai cette fois qu’on quittait l’île avec le même bateau qu’à l’aller. C’est le sourire aux lèvres et déjà un brin nostalgique que j’observe les maisons sur pilotis et d’autres flottantes, au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’île.

village moken principal koh phra thong - thailande

Au principal village Moken de l’île (Thapayoi).

bateau vilage pecheur koh phra thong - thailandemaison sur pilotis koh phra thong - thailandedans village pecheur moken koh phra thong - thailandebord de mer village koh phra thong - thailande

depart village koh phra thong - thailande

Nous quittons Ko Phra Thong.

maison village pecheurs koh phra thong - thailande

maison flottante koh phra thong - thailande

Maison flottante pour la pêche.


pecheurs koh phra thong - thailande

Ce n’est qu’on au revoir !

Où dormir à Ko Phra Thong

À noter que l‘île étant préservée du tourisme, l’offre et est donc limité, « pire », il dépend même des saisons. Les hôtels de l’île n’ouvrent en effet qu’en hiver, généralement du 1er novembre jusqu’au 30 avril. Le reste de l’année, il reste possible d’y séjourner via notre choix d’hôtel (voir ci-après) mais comme ce sera en saison des pluies, pas évident d’apprécier les lieux s’il pleut, vu que les activités y seront limités.

Notez aussi que la plupart des hôtels sont axés sur une clientèle au budget moyen, il faut en prendre compte.

Mr. Chuoi bar and hut

Pour ce genre de séjour, je préfère toujours réserver à l’avance, et mon choix se portait sur cet établissement, notamment parce qu’on l’avait vu dans un reportage Thaï (à l’origine aussi de notre venue sur cette île).

Il a bonne réputation, possède son propre restaurant et point important aussi, c’est un petit budget (à partir de 13€) avec petit-déjeuner inclut. A noter que c’est le seul de l’île à rester ouvert toute l’année, son propriétaire M. Chuoi, y vivant à l’année.

Autres suggestions d’hôtels à Ko Phra Thong

Il y a quelques options supplémentaires sur place autre que celles évoqués ici, notamment pour les petits budgets il y a le Horizon nature Resort. Mais comme l’île est limité en choix et peut vite se remplir, il reste préférable de réserver à l’avance, ne serait-ce que pour bénéficier d’un transport depuis le continent.

C’est pourquoi je vous propose quelques hôtels que l’on trouve sur des plateformes de réservations en ligne, qui, vous le savez déjà peut-être, me permet de toucher une commission (sans changer le tarif pour vous). C’est une manière pour vous de m’aider indirectement à continuer le blog et toujours un geste appréciable.

Tawan Bar and Bungalows

Situé sur le bord de plage non loin des bungalows de M. Chuoi, le Tawan Bar and Bungalow est une version rustique mais un peu plus élaboré et donc plus cher (à partir de 25€) que notre choix. Celui-ci donne directement sur la plage et possède comme son nom l’indique, un bar associé pour se détendre le soir.

tawan bar and bungalows koh phra thong

The Moken Eco Village

L’un des plus connus de l’île, et plus huppé, le Moken Eco Village fait référence au peuple nomade des mers, qui habitent encore cette île (car de nos jours, la plupart sont sédentarisés). À partir de 45 € par nuit, c’est un bungalow standard même si plus cosy que dans les autres hôtels. Pour un bungalow clairement plus confort, c’est à partir de 69 €. Dans les 2 cas, c’est avec un service, notamment de restauration, supérieur.

C’est d’ailleurs dans leur restaurant qu’on dînait le premier soir, alors que c’était leur jour d’ouverture ! On y retournait également le lendemain midi. De ce que j’ai compris, à part fin octobre si l’établissement est déjà ouvert, il est demandé un minimum de 2 nuitées pour y séjourner (forfait de 91 €)

bungalow moken eco village

Sea Rounding

Si vous cherchez un peu de confort, vous aurez des bungalows plus costaud et sur pilotis au Sea Rounding. Situé derrière le M. Chuoi, le long d’un canal donnant sur la plage à côté. Le tarif reste raisonnable à partir de 43 €, ils ont aussi des tentes confortables en bord de plage à partir de 34 €.

sea rounding koh phra thong

Golden Buddha Beach Resort

Situé sur la plage du même nom, donnant son nom à l’île, le Golden Buddha Beach Resort est un peu la « star » de l’île. Du moins le plus classe et donc aussi le plus cher, d’autant qu’ils demandent à priori un minimum de 3 nuitées pour y séjourner (à partir de 308 €).

C’est ce même hôtel, tenu par une francophone, qui était mis en avant lors d’un reportage récent sur la Thaïlande (dans Échappées Belles). Décrit comme un véritable petit paradis en communion avec la nature, ce dernier n’était pas encore ouvert lors de notre passage.

bungalow golden buddha beach resort koh phra thong

En résumé : que faire sur Ko Phra Thong

Balade le long des plages: de longue bande de sable rien que pour soi ou presque.

Snorkeling: les fonds marins dont on n’a pas profité sont moins beaux par rapport à d’autres îles, mais ça reste une option envisageable.

Découverte de la savane: l’attraction principale de l’île, indispensable selon moi ! Avec M. Chuoi, possibilité de visite en 2 heures (300 ฿/personne) ou même à la journée (forfait de 1500 ฿ / personne).

Canoë: M. Chuoi possède des canoës. Comptez 300 ฿/jour.

Quad: pas toujours dispo mais s’ils sont là, c’est 400 ฿/heure chez M. Chuoi toujours.

En vrac : c’est une île pour se relaxer, idéale pour un peu de lecture, une balade au bord de l’eau, observer les bernards-l’hermite, faire des châteaux de sable (y’ pas d’âge pour ça 😉 ) et, si le temps le permet, se dorer la pilule au soleil.

parasol horizon resort koh phra thong - thailande

 

Après, ce n’est pas possible depuis Ko Phra Thong même, mais à noter que les îles Surin sont au large de celle-ci, à 50 km de là.

En conclusion

C’est le genre d’article qui me semble toujours un peu « délicat ». Car même si je n’ai pas la prétention d’être un « grand influenceur » pour la Thaïlande (et encore moins pour l’Asie), moi combiné à d’éventuels autres pourrait transformer le destin de cette île en mettant trop la lumière dessus.

Il faudrait que localement, la tentation de construire toujours plus ne se fasse pas et que l’île garde son âme « Robinson Crusoé » et sa quiétude. Suite au tsunami de 2004, l’île a quasiment été abandonnée, mais on comptait déjà sept hôtels en 2014, il y en aurait au moins neuf aujourd’hui en 2019.

Même si tous se veulent éco-responsable et font l’effort de se fondre dans le décor, il reste vital de ne pas suivre le chemin d’autres îles populaires comme Ko Phi Phi etc.

soleil couchant plage koh phra thong - thailande

Perso, c’est un véritable coup de cœur, car ça démontre une fois de plus que même en Thaïlande, et heureusement, il reste des endroits comme ça préservée du tourisme masse et offrant un cadre fantastique.

Ko Phra Thong, c’est un havre de paix parfait pour un petit break sur 2, 3 jours. Se balader seul·e·s sur de grandes belles plages reste toujours une sensation de liberté incroyable.

Alors, vous prendrez bien une petite dose de paradis ?

1

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

Commentaires:

  • Mario

    09/06/2019

    Tu espères que cet île restera comme elle est sans les dommages touristique je l’espère aussi.
    Je ne sais si tu connais le pirate Barbe noir (Teatcher de son vraie nom) il est mort sur l’île d’okracoke en Caroline du nord USA la première fois que j’y suis allé c’était merveilleux petit village style Anglais il y avait du tourisme juste assez pour l’île mais la machine touristique est allé y foutre un gros hotel et voila destruction total de l’île et son histoire c’est ce genre de place tranquille que je recherche ça fait egoïsme peut être mais c’est le plaisir de découvrir et préserver.

    répondre...
  • Kanchana

    09/06/2019

    C’est incroyable vous publiez un document avec Ko Phra Thong ! Et vous persistez à l »appeler en globish Koh !
    Les toponymes thaïlandais doivent s’écrire en RTGS… et ???? c’est Ko

    répondre...
      • Kanchanana

        10/06/2019

        Le lecteur lambda ne s’en émeut pas. Le rédacteur peu exigeant non plus. Moi et certains de mes amis ça nous gène.
        Ce n’est pas parce que les gens non instruits, les fonctionnaires incultes et le anglosaxons (qui méprisent les cultures locales), écrivent Koh au lieu de Ko, Nakhorm au lieu de Nakhon que ces usages sont corrects.
        Il est vrai que c’est un détail dans une typographie d’amateur…
        Quelques exemples que l’ancien professionnel a relevé…
        « A PROPOS » c’est « À PROPOS »
        « Armé de nos téléphones portable » c’est « Armés de nos téléphones portables »
        « drosera spatulata » c’est « Drosera spatulata »
        « A force » c’est « À force »
        « B » c’est « ? » pour le baht
        « seul.e.s  » c’est « seul·e·s » (et le point médian c’est important pour Google)
        « Mr.Chuoi » c’est en anglais « Mr Chuoi » en francais « M. Chuoi »
        « déjà 7 hôtels » aussi est incorrect, on écrit les nombres inférieurs à dix en lettres…
        …/…
        Je trouve que c’est dommage pour un site très agréable. Un manque de finitions qui le hisserait au niveau « pro »…
        Ne croyez pas que je fais ce genre de remarques aux torchons qui sont publiés sur Internet à propos de la Thaïlande dont l’orthographe et la typographie ne sont pas les seuls défauts….
        Cordialement

        répondre...
          • Patrick

            21/08/2019

            Cher Kanchanana, si la perfection est rarement de ce monde, il très triste qu’en perdant autant de temps à corriger ces minuscules fautes de français, vous ayez raté le magnifique couché de soleil sur cette plage paradisiaque si amoureusement décrite par Romain.
            Bien amicalement.
            Patrick

  • kanchana

    21/08/2019

    Patrick,
    Je n’ai rien raté surtout pas un « couché » (coucher, lever) de soleil . Il exceptionnel que surfe sur le Web avant la nuit tombée.
    La perfection n’est pas de ce monde, la viser c’est échapper à la médiocrité mortifère qui nous entoure, c »est préférer la gastronomie au fastfood médiatique, dont certes plus quatre-vingts pour cent des lecteurs ne font pas attention aux détails, ils ne lisent même pas le texte et survolent les images… Qui a vu le chien et (massa9e), le salaeng bleu…, qui s’est interrogé sur ces orchidées curieuses dont les feuilles ont une nervure centrale (les orchidées ont normalement des nervures parallèles) ?
    J’aime les pages travaillées, dont on perçoit qu’elles ont été polies, dégagées de la matière brute et non livrées en vrac comme c’est devenu la norme sur Internet.
    C’est dans le soucis du détail que l’artisan, l’artiste se démarque du tâcheron. Comme le dit joliment Boileau :
    « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
    Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
    Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
    Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. »
    Ce site est très agréable, le style est sympathique et les photos de grande qualité, j’ai été enseignant, mais c’est surtout la déformation professionnelle du travail de correcteur d’imprimerie, puis d’édition numérique qui m’a fait réagir.
    Amicalement.

    répondre...

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ko Phra Thong : repos et safari sur une île au paysage unique

by Romain time to read: 25 min
9