Haut
  >  Voyage au Laos   >  Vientiane   >  Aperçu de Vientiane, capitale endormie du Laos
rue proche parc Anouvong Vientiane Laos

Depuis la sortie de l’ambassade Thaï de Vientiane nous prenions un tuk tuk pour le centre-ville histoire d’aller au plus vite, sinon on aurait pu marcher, Vientiane n’est pas une ville très grande pour une capitale. Sans me rappeler le prix vous devriez vous en sortir pour 30.000 à 40.000 kip (entre 4$ et 5$) selon votre habilité à négocier Nous allions faire un tour sur le bord du Mékong, la rivière qui fait office de frontière, le village en face, en Thaïlande, s’appelant Si Chiang Mai à ne pas confondre avec « l’autre » Chiang Mai bien sûr.

Le parc du roi Anouvong, un tournant historique sur le destin de Vientiane

Le parc au bord du Mékong porte le nom d’un roi du Laos, dont une énorme statue trône là, le regard tourné vers la Thaïlande. Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire, il s’agit d’Anouvong. Celui-ci parvint aux portes de Bangkok avec son armée mais à cause de mauvais choix tactiques, il fût repoussé jusqu’à Vientiane où il fût vaincu. Il se réfugia à Hué aux Vietnam d’où il ramena des soldats supplémentaires Vietnamiens, mais malgré cela, fût encore vaincu…

Le roi Siam de l’époque, Rama III, voulu alors donner une leçon et rasa la ville de Vientiane (sauf un temple, le Vat Sisaket). Anouvong tenta de s’échapper en Chine mais fût capturer et mourut à Bangkok, prisonnier dans une cage en fer…

Un aperçu des temples de Vientiane

Après cet arrêt dans le parc Anouvong, alors que la chaleur fait rage nous rejoignons l’avenue principale (surnommée les « Champs-Elysées » de Vientiane) de Lane Xang, le temps de voir le Palais présidentiel, un aperçu des temples des environs (Wat Sisaket, Wat Phra Keo) et guère plus car il nous fallait déjà rejoindre notre hôtel pour récupérer nos sacs et rejoindre la station de bus.

 

10,58 km du Capte Town...

10,58 km du Capte Town…

Ambiance de rue à Vientiane.

Ambiance de rue à Vientiane.

Une maison « à la française » datant de l'époque coloniale.

Une maison « à la française » datant de l’époque coloniale.

 

On voit au loin le Patouxai, « l'arc de triomphe » de Vientiane, sur l'avenue Lan Xang.

On voit au loin le Patouxai, « l’arc de triomphe » de Vientiane, sur l’avenue Lan Xang.

Dans la rue pour rejoindre notre guesthouse, à gauche nous croisons l'ambassade de France, à droite le Vat Phra Kew, aujourd'hui utilisé comme un musée.

Dans la rue pour rejoindre notre guesthouse, à gauche nous croisons l’ambassade de France, à droite le Vat Phra Kew, aujourd’hui utilisé comme un musée.

 

Aperçu du Wat Sisaket.

Aperçu du Wat Sisaket.

Le rescapé de la fureur de Rama III (voir plus haut) le Vat Si Saket.

Le rescapé de la fureur de Rama III (voir plus haut) le Vat Si Saket.

Construction d'un « City Pillar Shrine » ce qui se traduit littéralement par Pilier Sacré de la Ville (le sens premier de Shrine étant sanctuaire) comme il existe aussi à Bangkok. Comme son nom l'indique son but est d'offrir une protection (plutôt spirituelle) à la ville.

Construction d’un « City Pillar Shrine » ce qui se traduit littéralement par Pilier Sacré de la Ville (le sens premier de Shrine étant sanctuaire) comme il existe aussi à Bangkok. Comme son nom l’indique son but est d’offrir une protection (plutôt spirituelle) à la ville.

En marchant vers l’hôtel nous passerons devant l’Ambassade de France mais aussi devant un city pillar shrine (voir la photo ci dessus) et surtout le Wat Si Muang. Non dénué de charme le temple ne fait pas vraiment son « âge », sa construction datant tout de même de 1563. Les restes de l’ancien temple Hindu Khmer sont visibles derrière le bâtiment principale (ce qu’on ne saura pas au moment de la visite…)

Alors que les jeunes étudiant/es sortaient d’école nous étions déjà à notre hôtel, situé à quelques 150 m seulement du Wat Si Muang. De retour à notre hôtel nous croisions le proprio, super sympa, nous lui avions demander de nous réserver un tuk tuk pour aller à la station de bus, situé derrière le marché du matin (le Talat Sao, qui donne sur l’avenue Lan Xang)

C’est la sortie de l'école, des étudiantes retournent a leur maison, ici dans la rue de notre hôtel.

C’est la sortie de l’école, des étudiantes retournent a leur maison, ici dans la rue de notre hôtel.

rue heuan lao guesthouse Vientiane Laos

Le proprio et ses chats indisciplinés qui viennent quasiment manger dans sa gamelle.

Le proprio et ses chats indisciplinés qui viennent quasiment manger dans sa gamelle.

Lorsque je découvrais la Thailande en 2006, je ne m'attendais certainement pas à y poser mes valises 2 ans plus tard ! Depuis, je suis basé à Bangkok et je voyage régulièrement à travers toute l'Asie. Je partage mes récits, photos, conseils sur la vie d'expatrié en Thailande et sur les pays d'Asie, pour ceux qui veulent découvrir le pays du sourire, qui cherchent un peu d'aventure et ceux qui rêvent d'Asie (ou ceux qui veulent rêver tout court ;-)

Commentaires:

  • 29/01/2014

    Salut Romain,

    Vientiane est une très petite capitale que j’ai bien aimée. Pourtant, il n’y a pas grand chose à y faire, si ce n’est de voir le Pha That Luang, le Patuxai, l’agréable promenade bordant le Mékong et les quelques temples que tu as cités dans ton article. Mais c’est une ville agréable et paisible (trop peut-être, surtout en soirée). Je l’ai visitée en vélo et j’ai trouvé ça génial. Par ailleurs, il est intéressant d’y trouver des boulangeries et des restaurants de cuisine française parmi les moins chers au monde (résultat de la présence française au Laos). Ceci dit, je n’irais pas jusqu’à recommander Vientiane à tout prix, mais il peut être intéressant d’y faire un bref arrêt. Au final, j’espère que tu as aimé toi aussi !

    répondre...
  • 29/01/2014

    Belle présentation !! merci

    répondre...

publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aperçu de Vientiane, capitale endormie du Laos

by Romain time to read: 3 min
3